Vous avez dit « bons » et « mauvais » serviteurs de Dieu ?

L’expression « Serviteur de Dieu» est devenue aujourd’hui le mot de passe par excellence pour manipuler et tromper le petit peuple, la masse des religieux. Il est donc d’une importance capitale de restituer ce terme pour anéantir le fil de la manipulation. Il est d’abord nécessaire de savoir que tout être vivant est serviteur de Dieu (même l’Impie, Satan) car le serviteur, c’est celui qui fait la volonté du maître ! Cependant, parmi les serviteurs, il y en a des « bons» et des « mauvais». Mais alors, qui est bon serviteur ? Et qui est mauvais serviteur ?

Les modèles parfaits de serviteurs

Suis-moiL’Impie, Satan est le modèle parfait des mauvais serviteurs, ceux qui font la volonté du Créateur pour leur propre ruine. Il a utilisé des supports tels que Caïn, Pharaon, Hérode, Juda… Ces prototypes font la volonté d’Élohim le Créateur dans le sens où ils lui permettent de manifester Sa Puissance, Sa Gloire. Ceux-ci participent à la réalisation du plan du Créateur sans en faire partie ; ils participent au projet tout en étant en dehors. Voilà ce que c’est que le mauvais serviteur, mais qui n’en demeure pas moins un serviteur. Il se dit sacrificateur, tout en demeurant hors du sacrifice !

Yeshoua est le modèle parfait du bon serviteur. Yeshoua ne fait pas seulement la volonté d’Élohim, mais il est la volonté d’Élohim. Faire la volonté d’Élohim pour Yeshoua est la conséquence de ce qu’il est la volonté d’Élohim ! C’est parce que Yeshoua est le Sacrifice, qu’il est Sacrificateur ; c’est la raison pourquoi laquelle il s’offre lui-même ! Yeshoua ne participe pas à un quelconque projet, mais il est le Projet en lui-même.

Les premiers disciples de Yeshoua ont suivi fidèlement la trace du Maître, attestant avec certitude qu’il est possible, non pas de faire la volonté d’Élohim, mais d’être la volonté d’Élohim ; non pas de participer au projet de YHWH, mais de faire partie du Projet, être une portion de ce Projet. La pierre n’est pas utile parce qu’elle est pierre, mais parce qu’elle fait partie intégrante de l’édifice ! Par son sacrifice personnel, Yeshoua nous donne la possibilité de devenir des sacrificateurs pour nous offrir nous-mêmes comme un parfum de bonne odeur. Le but, la finalité n’est pas d’être sacrificateur, mais c’est de s’offrir soi-même.

L’autre marque du bon serviteur

Le bon serviteur donne la bonne nourriture au temps convenable. La lecture attentive de Matthieu 24:43-51 permet non seulement de mieux cerner la notion du temps convenable, mais aussi de savoir à qui donner la nourriture. Le Messie lui-même a déterminé le temps convenable et ses apôtres, depuis ce temps-là, se sont mis à l’œuvre. Le temps convenable n’est pas un jour, ni une heure, ni même une quelconque atmosphère. Le temps convenable, c’est depuis la manifestation de Yeshoua sur la terre jusqu’à l’aube de son retour pour la grande récolte.

En matière de nourriture, il doit être clair qu’on ne nourrit pas un mort. Comment parler de bonne nourriture pour un mort? On ne mourir que ce qui est né pour que ça puisse grandir. D’ailleurs c’est après avoir ressuscité la petite Tabitha que Yeshoua demande qu’on lui donne à manger! Le même principe sera confirmé après la résurrection de Lazare. L’apôtre Paul donne à son fils Timothée l’attitude qu’il doit avoir face aux morts. Pour eux, il n’y a pas de temps convenable. Il faut leur prêcher le vrai Évangile en temps favorable ou non! (2 Timothée 4:1-2). On ne nourrit pas un mort, mais on le réveille. La nourriture c’est pour ceux qui vivent et qui ont besoin de croissance. C’est pour eux que la Bible parle de temps convenable, car à un enfant on donnera du lait compte tenu de sa fragilité, mais la nourriture solide sera préparée pour sa maturité !

Quelle est la condition temporelle des morts

Mais Yeshoua lui répondit : «Suis-moi et laisse les morts enterrer leurs morts. » (Matthieu 8 : 21-22) Si par « l’intelligence artificielle faible», le prince de l’illusion, marchant du sable, n’a pas fini d’envoûter les masses, alors par « l’intelligence artificielle forte», il va certainement sceller le sort de plusieurs par l’apparition de nouvelles fourberies peintes à la pacotille encore plus fausse et d’une brillance lugubre qui va exciter de façon exponentielle les passions, les désirs, les plaisirs des envoûtés de « l’intelligence artificielle faible» jusqu’à les accompagner dans le gouffre de la tombe!

Les initiés et suppôts du prince des ténèbres ont dit : « La venue de l’intelligence artificielle forte, c’est la mort de la mort. » Avez-vous bien saisi ? La mort de la mort ! Il ne faut surtout pas penser à un monde d’immortels, comme les perroquets des mots qui embrouillent la foule chantent.

Mais pour toi qui veut être intelligent, suis Yeshoua, le serviteur parfait et laisse-toi conduire à la croix ! C’est là que tu seras épuré pour non seulement participer à la Vie, mais aussi pour être une vie !

Jordy Tousse

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 4 octobre 2015. Filed under Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.