Vieillir ou Croître ? Là est la question !

Les murmures, la méfiance, le doute, la peur, l’hésitation, avaient fait traîner le peuple sur le chemin de son héritage en Élohim. Ce peuple au cou roide avait vieilli, il avait pris de l’âge, mais sans croissance.

On peut prendre de l’âge, en écoutant des enseignements, en regardant beaucoup de vidéos, en assistant à plusieurs conférences. Mais aussi longtemps qu’on reste dans la peur, dans l’hésitation, dans la méfiance, ou dans les murmures, jamais on arrivera à la Croissance. Ce peuple avait vu Moise faire des prodiges. Il écoutait les enseignements du plus éminent messager d’Élohim à cette époque, mais jamais il ne croissait pour autant dans la perception des desseins d’Élohim. Il suffisait d’une moindre situation difficile pour qu’il oublie, rejette, ignore et remette en doute tout ce qu’il avait vu, entendu ; et il a pris de l’âge, se fatiguant de plus en plus. Les Écritures nous révèlent : « Qu’ils sont tous morts dans le désert. »

Force est de constater que le fond des murmures, de la méfiance, du doute, du soulèvement, de la rébellion de ce peuple contre Élohim, était : «Le Manger, le Boire», donc, les soucis de la vie matérielle. Quand ce peuple se souvenait de l’Égypte, c’était pour ce qu’il y mangeait et buvait, mais jamais de son esclavage. Et quand bien même il parlait de Canaan, c’était par rapport au lait et miel qui y coulent, mais jamais de la liberté, la liberté de vivre avec leur sauveur, de l’adorer et de communier avec lui. Oui, évidemment, le peuple était charnel, tandis que la loi qui leur parlait est spirituelle. Quel contraste !

Nous avons pris de l’âge à parler de Job, d’Elie, de Josué, de Paul, de Pierre …. Mais nous refusons de laisser Élohim nous mouler comme il l’a fait avec ceux que nous passons le temps à citer chaque jour. Dès qu’il y’a la moindre difficulté qui pourtant n’est là que pour nous faire grandir et nous faire passer à une autre étape, on murmure, on doute, on se pose toutes sortes de questions, on oublie l’esclavage du monde et on se souvient rapidement des « bouts de pain» que l’ancien maitre nous donnait pour nous récompenser de s’être appuyé sur nous pour bâtir et peupler son royaume. Voilà comment nous vieillissons en tournant en rond, en murmurant. Et pour nous consoler, nous parlons quand même des exploits de Paul, et pire, même le citer, pour justifier nos incompréhensions, car étant complètement animés par une conscience contraire à celle qui animait Paul au moment de ces écrits.

Jordy Tousse

Jordy Tousse

Parler de Paul, de Pierre, de Jean et de Jacques, chaque jour, chaque année nous fait vieillir. Mais devenir un autre exemple comme Paul ou Pierre, en nous laissant mouler dans le même moule qu’eux, nous fait croître. Voyez-vous la différence ?

La Croissance n’est pas de parler de Moise, d’Elie, de Samuel, de Job, ou de Pierre, de Paul, de Jean, mais c’est accepter de passer par le même moule qu’eux, c’est lier son sort à celui du Messie. Nous parlons de ces personnages témoins du Messie sans imaginer l’endurance, la souffrance, l’hostilité à marcher à contre sens du monde qu’ils ont subi exactement comme leur Maître.

Chacun devrait se demander s’il est dans le vieillissement ou dans la Croissance ?

Jordy Tousse

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 16 février 2016. Filed under Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.