Un Prince ne peut pas durablement se plaire à vivre dans une porcherie

Luc 15: « 11 Il dit encore: Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. 14 Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. 16 Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait. 17 Étant rentré en lui-même, il se dit: Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim! 18 Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d’être appelé ton fils; traite-moi comme l’un de tes mercenaires. »

PorcherieJ’ai observé les hommes et les femmes dans leur quotidien et je me suis étonné de ce que plusieurs se plaisent à vivre dans une porcherie, car vu du règne spirituel, ce monde visible et temporel par essence n’est ni plus, ni moins qu’une porcherie dans laquelle se vautrent avec joie ceux qui lui appartiennent par ceci qu’ils s’y plaisent au point de vouloir y prolonger leur séjour.

Ils ne travaillent qu’à s’y développer, c’est-à-dire, y rendre leur séjour toujours plus long, toujours plus confortable, toujours plus facile, toujours plus agréable, toujours plus jouissif, par le moyen de l’acquisition de toujours plus de connaissances livresques du monde, de l’acquisition de toujours plus de biens matériels et de toujours de plus de religiosité, le tout sans considération aucune pour le Créateur du monde et Ses desseins pour Ses créatures qu’Il aime tant. Telle est la définition véritable de la religion UNIQUE de la porcherie : LE DEVELOPPEMENT, LA CROISSANCE, LE CONFORT, LE PLAISIR ! Des mots synonymes … en quelque sorte.

Mais alors, ce qui m’étonne vraiment, c’est de voir que certains porcs, aimant tant la porcherie et ressemblant à les confondre à tous les autres porcs, clament contre toute évidence, contre toute réalité crevant les yeux, qu’ils sont sortis de la porcherie. Ils se disent enfants de YHWH, nés d’en-haut, nés d’en-haut, au point d’oser traiter de non croyants, donc de porcs, les autres porcs avec qui ils ont pourtant l’idolâtrie (adoration de la matière périssable et des démons) en commun. Ils se disent princes d’Élohim et pourtant …

Et pourtant un prince d’Élohim ne saurait durablement se plaire à vivre dans une porcherie. Il y vit seulement le temps de son ignorance enfantine. Parvenu à sa majorité, il considère le fait de partir de la porcherie (la mort physique) comme un gain.

Et pourtant un prince d’Élohim ne peut que désirer manifester le Royaume de son appartenance dans sa vie et dans la porcherie de laquelle il ne peut qu’être pressé de sortir (mort au monde) pour aller vers son Père (naître d’en-haut).

Et pourtant la marque du véritable prince de YHWH-Adonaï c’est son genre de vie semblable à celui que le modèle unique et parfait des princes d’Élohim, Yeshoua Ha Mashiah, a mené durant son séjour de 33 ans dans la porcherie. Ce genre de vie que les porcs (religieux et autres chrétiens) déclarent haut et fort qu’il n’est pas accessible aux porcs … une lapalissade en somme.

Alors cher lecteur, ne nous y trompons pas. On ne se moque pas de YHWH. Si tu te plais encore dans cette porcherie et ne vit que pour t’y faire un « long et agréable » séjour pendant que tu ne manifestes encore rien du genre de vie de Yeshoua, alors, soit tu es un prince immature, soit tu es un porc, un enfant du monde appelé à passer son éternité loin de YHWH.

Mais dans l’un ou l’autre cas, tu n’as pas encore suivi Yeshoua Ha Mashiah hors de la porcherie, hors du monde.

Un prince de YHWH vit dans le monde sans être du monde. Il n’aime point le monde.

Guy François Olinga

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 1 juillet 2014. Filed under Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.