Spiritualité et drogues fortes

La spiritualité et les drogues fortes ont ceci en commun que les deux sont des portes d’évasion de l’homme de la servitude de la pensée compulsive, qui est une émanation des démons, pour nourrir sa personnalité, le tout sous l’oppression de l’ego, le souffle de Satan.

La nuance est que dans la spiritualité, le sujet conserve toute sa conscience alerte, éveillée. Mieux, il est plus que lucide et fait un usage intelligent et éclairé de la pensée qui provient alors de son Dieu. Faute de quoi, l’humain inconscient ou somnambule, le pécheur est asservi à un flot de pensées compulsives qu’il subit impuissant pour accomplir les œuvres à la gloire de Satan.

Quant au drogué, il perd toute lucidité et sa pensée est annihilée, le ramenant quasiment au statut de bête, voire de fou, le temps que dure l’effet de la drogue qui, du reste, est susceptible de lui causer des lésions à long terme. Les hallucinations conséquentes lui donnent par ailleurs une illusion de connectivité à Dieu, et pourtant il a à faire aux démons.

Guy Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 26 août 2017. Filed under Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.