Sortir du monde à l’instar de Jean-Baptiste : une preuve de spiritualité ?

Jean 17:15 « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver de la pénétration de la Conscience Cosmique. »

Jean-Baptiste : un personnage unique en son genre

La Bible nous dit que le personnage de Jean-Baptiste fut atypique dans l’histoire biblique. En effet, Jean avait la révélation de ce que ce monde est sous l’emprise du Malin, le Prince du monde. Aussi Jean décida-t-il de ne rien toucher de ce qui est impur. Jean-Baptiste avait un vêtement de poils de chameau pour ne pas mettre les vêtements fabriqués par les serviteurs de l’impie. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage pour ne pas manger les aliments fabriqués par les bâtisseurs du système des nations. Jean n’exerçait à notre connaissance aucune activité séculière. Assurément, Jean ne consultait jamais les médecins, ces agents du diable. Et si Jean avait eu des enfants, il ne les aurait jamais inscrits dans le système scolaire que contrôle l’adversaire. Et pour tout couronner, on peut bien comprendre que Jean ne se serait jamais imaginé qu’il puisse louer une maison construite par un enfant du monde. Et si César s’était hasardé à demander à Jean-Baptiste de payer quelque impôt que ce soit, Jean l’aurait très probablement envoyé balader de peur que son impôt ne participe à la construction des écoles, routes, hôpitaux et autres structures de Babylone.

Jean est sorti du monde à sa manière

Autant dire que Jean avait la révélation de ce que c’est que sortir du monde. Jean-Baptiste était sorti du monde. Qui dit mieux en la matière ? Est-ce pour cette raison que Yeshoua dira : « Je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’y en a point de plus grand que Jean » ? (Luc 7:28) Certains disciples contemporains de Jean-Baptiste ne sont pas loin de le penser. Alors, tout enlacés qu’ils sont dans le filet tissé par les humains au service du diable, ils crient à la sortie du monde sans jamais franchir le pas que Jean-Baptiste a franchi. Des prouesses de Jean, ils vont simplement piquer une ou deux pour s’enorgueillir et faire croire aux naïfs que c’est en cela que la sortie du monde consiste, et, par conséquent, ils héritent de la grandeur temporelle de Jean-Baptiste telle que proclamée par Yeshoua.

Ne pas se fier au jugement de valeur venant d’un humain

Quelle valeur peut-on en réalité accorder au jugement des humains ? Que vaut vraiment leur louange ? En effet, Jean est venu, ne mangeant ni ne buvant, et ses contemporains ont affirmé qu’il a un démon. Yeshoua est venu, mangeant et buvant, et ces mêmes individus ont déclaré qu’il est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie. (Matthieu 11:18-19) Plus grave, Yeshoua exerçait le métier de charpentier, moyennant rémunération (Marc 6:3). De quoi crier au scandale dans notre compréhension de ce à quoi doit ressembler un homme sorti du monde, un Fils de Dieu. Comment comprendre que Yeshoua ait contribué à la construction du monde par son impôt ? (Matthieu 17:24-27)

Le fait est que les humains ont du mal à comprendre que Yeshoua n’est pas venu livrer une bataille charnelle contre sa Création. Il n’est pas venu parler de comportement et des prouesses visibles par les hommes. « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver de la pénétration de la Conscience Cosmique. » (Jean 17:15) Yeshoua est Esprit, et les esprits ne parlent que le langage de la Conscience (énergie). Un esprit peut être dans une prison physique et pourtant être plus libre dans sa conscience que ceux qui se croient libres parce qu’ils déambulent dans le monde. Yeshoua est venu affranchir les humains de la servitude de la Conscience Cosmique pour leur donner le pouvoir de revêtir la Conscience Collective qui seule affranchit de l’ego.

C’est quoi sortir du monde en définitive ?

Le monde, la conscience du monde : c’est l’ego. Sortir du monde c’est être délivré de l’envoûtement de l’ego. Point ! C’est ainsi que l’on peut comprendre que Paul, cet esprit libre en prison selon les hommes, reprit en son temps des aspirants disciples de Yeshoua qui affirmaient leur désir de divorcer de la Conscience Cosmique mais en qui on trouvait encore les œuvres de l’ego (compétition, disputes, divisions, calomnies, colère, jalousie, excès de table, et des vices de tous genres), parce que le divorce de la Conscience Cosmique (ego) est un processus douloureux et qui peut durer dans le temps. Yeshoua, Paul et les autres apôtres ne dispensaient pas la science du comportement, certainement parce que le comportement est facilement sujet à imitation. Mais la mort à l’ego ne peut point être simulée. C’est ce qui sort de l’homme qui le rend inéligible à la Vie en pérennité avec YHWH en Yeshoua. (Matthieu 15:17-19) « Et, comme si vous aviez mis un vêtement neuf, vous êtes devenus une personne nouvelle. Cette personne se renouvelle sans cesse et elle ressemble de plus en plus à son Créateur. C’est ainsi que vous pourrez pénétrer la Conscience Créatrice pleinement. » (Colossiens 3:10)

Est-ce pour autant que Paul devait les livrer à Satan, dans un élan d’impatience (ego spirituel) et le désir de proclamer la condamnation des fœtus spirituels dans le placenta, parce qu’ils n’ont pas encore atteint le niveau de sortie du monde de Jean-Baptiste ?

Guy Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 16 décembre 2015. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.