Qu’est-ce qu’un Juif ?

kippa juiveCette question n’est pas aussi étrange que cela puisse paraître à première vue.

Examinons cette créature libre qui a été isolée et opprimée, foulée aux pieds et  poursuivie, brûlée et noyée par tous les dirigeants et les nations, mais qui n’en est pas moins vivante et prospère en dépit de tout le monde.

Qu’est-ce qu’un Juif qui n’a pas succombé à toutes les tentations mondaines offertes par ses oppresseurs et persécuteurs de sorte qu’il aurait renoncé à sa religion et qu’il aurait abandonné la foi de ses pères?

Un Juif est un être sacré qui s’est procuré un feu éternel du ciel et, avec lui il éclaire la terre et ceux qui y vivent.

Il est le printemps et la source d’où le reste des nations ont puisé leurs religions et leurs croyances.

Un Juif est un pionnier de la culture. Depuis des temps immémoriaux, l’ignorance était impossible en Terre Sainte, de même que de nos jours dans l’Europe civilisée. En outre, au moment où la vie et la mort d’un être humain ne valaient rien, Rabbi Akiva s’est prononcé contre la peine de mort qui est maintenant considérée comme une peine acceptable dans la plupart des pays civilisés.

Un Juif est un pionnier de la liberté. Retour dans les temps primitifs, quand la nation a été divisée en deux classes, les maîtres et les esclaves, l’enseignement de Moïse interdit la tenue d’une personne comme esclave pendant plus de six ans.

Un Juif est un symbole de la tolérance civile et religieuse,  «donc montrez votre amour pour l’étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d’Égypte.” Ces paroles ont été prononcées au cours de lointains, et barbares temps où il était communément acceptable entre les nations d’asservir les autres.

En termes de tolérance, la religion juive est loin de recruter des adhérents. Bien au contraire, le Talmud stipule que si un non-Juif veut se convertir à la foi juive, il faut lui expliquer combien il est difficile d’être Juif et que les justes des autres religions aussi héritent le royaume céleste.

Un Juif est un symbole de l’éternité.

La nation qui ne n’abat, ni ne torture pourrait exterminer, la nation que ni le feu ni l’épée des civilisations ont été en mesure d’effacer de la surface de la terre, la nation qui la première annonce la  Parole de Dieu, la nation qui a préservé la prophétie depuis si longtemps et qui l’a passé au reste de l’humanité, une telle nation ne peut pas disparaître.

Un Juif est éternel, il est une incarnation de l’éternité.

Léon Tolstoï, 1891


Léon Tolstoï

Léon Tolstoï

Tolstoï Léon (1828-1910)

Tolstoï, peintre des destinées humaines, la voix de la conscience nationale, conçoit l’art véritable comme étranger à la recherche du plaisir purement esthétique. Pour lui l’art est un moyen de communication des émotions et d’union entre les hommes. Il s’est opposé au pouvoir de l’Etat et à celui de l’Eglise orthodoxe leur préférant la communauté rurale et l’amour fraternel. Frappé dès son enfance par le sentiment de l’absurdité de la vie, il refuse l’hypocrisie des relations sociales. Le sentiment moral est ce qu’il y a de véritablement divin : toute la morale de Tolstoï est fondée sur ce sentiment.

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 27 juillet 2014. Filed under Jud Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.