Et si les principes de justice divine et de péché vous étaient révélés ?

Les origines de l’univers, les dimensions dans l’espace, l’identité des entités qui occupent les différentes sphères de l’univers, la raison d’être de l’être humain sur la terre, etc. sont autant des préoccupations existentielles auxquelles n’ont pas encore été trouvées des réponses qui s’imposent à tous. En réalité, ce but est loin d’être atteint tant que l’humain n’aura pas pénétré le Créateur pour connaître, comme lui, les tenants et les aboutissants de ce qui est. En attendant cette phase de l’évolution de l’humanité qui est inévitable et imminente, nous ne pouvons que nous limiter à des conjectures du genre big bang et les différentes théories tendant à expliquer l’évolution de l’univers dans le temps, sans omettre la thèse biblique du créationnisme.

Les trois dimensions de l’univers des humains

Parlant des dimensions dans l’univers des humains, le mental humain est encore peu prompt à réaliser que les terriens sont des entités qui fonctionnent en parallèle sur trois (3) sphères : le spirituel, le mental et le physique. Certains auteurs parleront plutôt du psychique, du psychologique et du physiologique. Aussi est-il courant de dire que l’homme est un esprit qui a une âme et qui habite dans un corps. Pour les adeptes du créationnisme, au rang desquels nous comptons, l’homme a donc été créé par le Créateur sur trois sphères de l’univers en rapport avec les terriens : spirituelle, mentale et matérielle.

Une des préoccupations qui obsèdent l’humain a de tout temps été de se donner une identité de justice dans l’absolu, c’est-à-dire dans son rapport avec le Créateur, quand il est créationniste dans sa conception de la genèse de l’univers. Pour les autres, le besoin de justice est relatif à des lois et autres codes moraux que les individus cohabitant dans le même espace géographique, ou alors interagissant les uns les autres d’une manière ou d’une autre, s’engagent à observer pour garantir la paix et l’harmonie dans leurs relations. Puisque c’est le concept de justice vis-à-vis du Créateur qui nous intéresse dans le cadre de ce papier, il nous semble utile de souligner les similitudes que nous trouvons dans les trois dimensions dans lesquelles l’homme existe, pour en dégager une définition unique des principes de justice et de péché. Mais déjà, nous pouvons dire que la justice, entendue comme le contraire du péché, est le fait pour un humain d’exister et d’agir en totale conformité avec les desseins du Créateur. Mais alors, en quoi consistent ces desseins du Créateur ?

Comprendre la divinité créatrice

Les spéculations les plus connues sur les origines de l’univers affirment qu’au commencement, il n’y avait RIEN. Et si ce RIEN était ce que nous appelons couramment l’Espace, un espace dépourvu de matière, le Vacuum, le Vide qui remplissait tout ? En fait de Vide, il ne s’agit que d’un Vide apparent, un peu comme notre espace, apparemment vide, contient les gaz et les microorganismes invisibles à l’œil humain. Ceci pour dire que ce Vacuum du début a bel et bien une texture que nous allons révéler dans les lignes qui suivent.

Nous pouvons cependant déjà constater que ce Vacuum du début est omniprésent, puisque l’apparition de la matière, quel que soit le mécanisme qui a commandé à sa manifestation, ne peut pas avoir conduit à la disparition du Vacuum. Le Vacuum du début Est ! Il Est présent. Il Est en toile de fond dans l’univers. Il Est omniprésent, en dépit du fait que les humains l’ignorent.

Et si ce Vacuum du début, omniprésent, était intelligent ? Souvenez-vous que nous nous hasardons ici sur le terrain des hypothèses. Un Vacuum intelligent signifierait qu’il est capable d’émettre des lois opérationnelles sur le fondement desquelles il agirait. Nous émettons l’hypothèse selon laquelle, le Vacuum du début, omniprésent et intelligent, est à l’origine de l’apparition de la matière, de la forme, de tout ce qui remplit aujourd’hui ce Vacuum du début, abstraction faite des moyens dont il a pu faire usage pour y parvenir : big bang, Parole, ou autre mode opératoire, selon les courants de pensées. Ceci lui confère dès lors l’attribut d’omnipotence, puisqu’il a tout, mais alors absolument tout, amené à l’existence. Et par conséquent, il connait les lois qui sont le fondement de la création, il connaît tout sur tout. L’on peut donc dire du Vacuum du début, omniprésent et omnipotent, qu’il est omniscient.

De là à affirmer que ce Vacuum du début, qui est doté des attributs d’omniprésence, d’omnipotence et d’omniscience, est ce que plusieurs appellent Dieu, c’est un pas que nous nous permettons de franchir. Ce jalon étant posé comme axiome, nous affirmons que Dieu est comparable au Vacuum du début, omniprésent, omnipotent et omniscient, qui a bien voulu amener à l’existence toutes les formes qui remplissent aujourd’hui ce Vacuum du début, devenu notre univers avec toutes ses galaxies connues et inconnues des humains. Pour nous, la forme est une autre manière d’identifier tout ce qui est créé. Le Vacuum du début s’est rempli, lui-même, d’une pléiade de formes. Le lecteur comprendra certainement qu’il existe des formes visibles et des formes invisibles à l’œil humain.

Nous avons dit plus haut que le Vacuum du début n’était qu’apparemment vide, parce ce qu’en réalité, il a bien une texture invisible, une substance, une matière première immatérielle qui baigne dans une sorte de brise puissamment agissante appelée Souffle de Dieu ou Souffle sacré.

La fonction du Souffle de Dieu est de maintenir en UN toutes les créatures afin qu’elles demeurent pour toujours en fusion avec le Créateur, qu’elles ne se désintègrent donc pas en dehors du Vacuum du début, le Créateur, Celui qui Est. La texture remplissant le Vacuum du début est le constituant invisible à partir duquel toutes les formes intemporelles devaient être créées plus tard. Nous appelons cette texture la Chair de Dieu, la Conscience de Dieu ou la Conscience Créatrice.

Autant donc dire qu’au commencement, la Conscience de Dieu remplissait le Vacuum et elle baignait dans le Souffle sacré.

Reformulons la genèse de l’univers

Genèse

C’est un véritable défi que de vouloir expliquer l’univers infini en faisant usage du langage humain si limité, surtout quand on n’a pas encore parfaitement pénétré l’unicité du Vacuum pour en hériter de l’intelligence. Qu’à cela ne tienne, nous suggérons au lecteur le tableau qui précède en guise de rapprochement entre les trois sphères d’existence des terriens par rapport au Divin.

Reformulons donc ainsi la genèse de l’univers en paraphrasant l’apôtre Jean dans la Bible. Au commencement, la Conscience divine était avec Dieu et elle baignait dans le Souffle sacré. Par elle, Dieu a fait toutes choses et il n’a rien fait sans elle. En elle, il y a la vie, et la vie est la lumière de l’univers. Se limitant à la galaxie soleil, le récit biblique nous dit que le Créateur décida par la suite de créer successivement la terre informe, vide et couverte des ténèbres. Puis il créa la lumière, le ciel, les mers, la verdure, l’herbe portant de la semence, les arbres, les luminaires dans l’étendue du ciel, les animaux, les oiseaux, les poissons, etc.

Toutes ces créatures sont faites d’une texture qui ne les qualifie pas à se devenir la réplique du Créateur. Elles ont pour fonction que de servir de « jouets » aux autres fils de Dieu qui devaient être créés par la suite. Toutes ces créatures, sans exception, sont destinées à disparaître à terme, quand elles ont perdu leur utilité de jouet pour les autres fils de Dieu qui devaient être créés par la suite.

En effet, la Conscience de Dieu, encore appelée Fils Unique de Dieu ou Fils aîné de Dieu ou Pain de Dieu, a été révélée au terriens sous une forme physique appelée Yeshoua, en qui habitait corporellement toute la plénitude de la divinité. Ensuite furent créés, dans la Conscience de Dieu, les anges qui avaient pour fonction de servir le Fils Unique et ses frères, les autres fils de Dieu qui devaient être créés par la suite, les esprits humains qui choisiraient de demeurer dans le UN en conscience avec le Créateur.

Il s’agit pour les anges, d’aider les autres fils de Dieu à manifester les vertus et attributs de la divinité créatrice pour accomplir les tâches que leur assigne Dieu, leur Père, après qu’ils ont été pénétrés par le Souffle sacré et qu’ils sont devenus UN avec la Conscience de Dieu. Le Fils Unique de Dieu et ses frères sont par ailleurs les seuls dépositaires de l’Intelligence et de la Sagesse.

L’apparition de l’homme spirituel dans l’univers

Avant la création de la forme matière donc, le Créateur avait déjà créé des formes énergétiques, des entités immatérielles, créées à partir de sa conscience et demeurant toutes UN en lui par le lien du Souffle sacré. Ce sont les esprits invisibles et intemporels que nous appelons les anges, pour faire simple. Cependant, l’un d’eux, appelé aujourd’hui Satan, suivi par un tiers des esprits méchants que nous appelons les démons, avait déjà choisi de se rebeller du Créateur, en convoitant sa position. Par conséquent, il fut éjecté du lien du Souffle sacré et repoussé dans une sphère du Vacuum qui est privée de la présence du Souffle de Vie, le Souffle sacré. C’est alors qu’il remplit sa sphère d’existence de son souffle souillé que nous appelons l’ego. Depuis lors, Satan a pour désir le plus grand que d’attirer toute la création dans sa sphère d’autorité par l’ego agissant, parce qu’il veut jouer à être Dieu.

Après qu’il avait tout appelé à l’existence par Son Fils Unique, le Créateur décida de lui créer des frères en l’homme énergétique, invisible et intemporel que nous appelons en langage terrien l’esprit humain, ou tout court, l’esprit. L’homme, dans son essence, est donc d’abord esprit, fait d’une portion de la Conscience de Dieu que nous appelons la conscience humaine, ou tout simplement la conscience. Le Créateur avait prédestiné l’homme à devenir son fils, sa créature qui devait se développer pour être à son image, selon sa ressemblance en termes de vertus, capacités et attributs, avec pour responsabilité première que de gouverner toute la création sous la supervision du Souffle sacré.

La séparation d’une créature d’avec le Créateur par la rupture du lien du Souffle sacré est appelée la mort, parce que le Créateur est la Vie. La cause d’une telle séparation est appelée le péché. Une créature est dite juste ou obéissante quand elle n’est pas séparée du Créateur, quand elle demeure dans le UN en conscience avec le Créateur, par le lien du Souffle sacré.

Pour permettre à l’homme d’interagir avec la création matérielle et de jouir de l’usage des jouets cités plus haut, le créateur enveloppa l’homme dans le corps physique qui est fait à base de poussière, une matière qui vibre à la même fréquence que les autres créatures matérielles. Toutefois, instruction avait été donnée à l’homme de se garder d’épouser la création, d’adorer la matière, de devenir UN avec les jouets qui étaient à son service au risque de rompre son lien par le Souffle sacré avec Dieu. Et c’est exactement ce que fit l’homme quand il permit que Satan le pénétrât de son souffle souillé, l’ego.

L’apparition de l’homme mental dans l’univers

Après que l’homme spirituel avait succombé à la séduction de Satan, Dieu le chassa du Vacuum du début en sa présence et c’est ainsi que l’esprit humain perdit la Vie. Son nouveau Père, Satan, l’accueillit à bras ouverts et développa toute une stratégie pour aider l’homme à ne jamais regretter la séparation d’avec Dieu, voire à l’oublier complètement, ou tout au moins, à le considérer comme méchant pour ne plus jamais vouloir s’en approcher. C’est ce que sont aujourd’hui presque tous les terriens.

Pour ce faire, Satan avait opté d’essayer de redonner à l’homme un simulacre de ce qu’il avait perdu dans le sein de Dieu. Ainsi, en lieu et place du Vacuum divin, Satan lui proposa le vacuum mental, encore appelé espace mental. Le Souffle sacré qui donnait de la force agissante à l’homme fut remplacé par l’ego. Comme l’homme ne recevait plus des instructions de Dieu au moyen de sa conscience morte du fait de la rupture de son lien d’avec la Conscience de Dieu par le Souffle sacré, Satan lui proposa le subconscient et le corps de souffrance comme sources d’inspiration de ses actions.

Donc, de même que la conscience de l’homme spirituel était connectée à la Conscience de Dieu par le Souffle sacré pour le conduire, le subconscient de l’homme mental est connecté à la conscience souillée de Satan par l’ego pour le conduire.

Comparatif de Royaumes

En l’homme mental, l’esprit créé dans la Conscience de Dieu par la puissance du Souffle sacré, a été remplacé dans sa fonction par la personnalité créée dans l’espace mental par la puissance de l’ego. Ce qui est engendré par l’Esprit est esprit, et ce qui est engendré par l’ego est ego. Raison pour laquelle nous pouvons désigner la personnalité de l’homme par l’identité de son père qu’est l’ego. Et l’homme mental parlera alors de son ego pour dire, sa personnalité.

Envoûté par l’ego, l’homme mental a été amené à épouser la création matérielle, à adorer la matière, à devenir UN avec les jouets qui étaient prévus pour être à son service, au point d’en faire des divinités, des idoles donc, pour le grand plaisir de Satan. Ce faisant, Satan a inspiré la religion à l’homme mental pour compenser la perte de sa communion avec Dieu. Dans la religion, l’homme mental adore des idoles sans se préoccuper de vouloir retourner à la stature de son héritage dans la Conscience de Dieu.

Comprendre la justice et le péché

Au terme de notre développement, le lecteur comprendra certainement que la justice divine pour l’homme se résume à son retour à son identité d’homme spirituel, à sa fusion avec la Chair de Dieu. Le chemin de ce retour est cependant jonché de pleins d’embûches.

En effet, c’est déjà un grand challenge pour l’homme mental que de se reconnaître comme tel, s’avouer son imposture et sa rébellion en sortant du déni de sa nature ego qu’il s’entête à faire passer pour la nature d’un fils de Dieu, un sosie de Yeshoua qu’il n’est pas. Les plus enténébrés des hommes mentaux affirment même que ce retour dans la Conscience de Dieu est impossible à l’homme.

Le second écueil que nous voyons pour l’homme mental est d’être délivré de l’idolâtrie des jouets en les reconnaissant comme tel, ce que nous appelons aussi les conjoints egoïques ou les indicateurs de l’ego. En effet, ces objets matériels qui remplissent l’espace empêchent l’homme mental de prendre conscience de l’existence et de l’amour de la Conscience de Dieu pour lui. L’homme mental aime les jouets à lui donnés par le Créateur plus que le Créateur qu’il considère comme méchant. La preuve en est qu’il redoute, plus que tout, le jour de son éventuel retour dans le Vacuum divin par la désintégration de son corps physique. Satan lui a fait appeler ce retour dans la présence du Créateur, pour effectivement redevenir UN en conscience avec lui, la mort. Ce faisant, l’homme mental ne sait plus que c’est par sa préférence de la présence de Satan dans le monde de la matière qu’il est déjà mort.

Le troisième challenge pour le salut de l’homme mental consiste à divorcer des jouets maléfiques et psychologiques que sont les pensées et les émotions. Ces jouets sont des créatures de Satan qui lui sont inspirées par le subconscient et le corps de souffrance sous le strict contrôle total de l’ego. Le subconscient est donc la mémoire des étiquettes que l’homme mental prend pour de la connaissance, tandis que le corps de souffrance est la mémoire de ses souffrances et douleurs. Son identification aux pensées que lui inspirent ces deux sources maléfiques en fait un zombie qui s’ignore, un humanoïde conduit par l’ego, un inconscient qui se prend pour conscient, bref un pécheur, un mort vivant.

Les autres défis sur le chemin du retour de l’homme mental dans la Conscience de Dieu sont, le rejet de la religion et la délivrance de la corruption sémantique.

Tel est le but de l’existence des rares êtres humains qui sont déjà sortis de l’envoûtement collectif de l’humanité par l’ego, les êtres éveillés en conscience dans le Souffle sacré. Ils sont les seuls fils de Dieu sur la terre. Leur travail consiste à appeler, crier, publier, parler, enseigner, exhorter, prêcher, prophétiser, bref faire usage de tout instrument que leur donne le Créateur pour essayer de secouer les consciences des morts, et les inviter à se réconcilier avec la Conscience de Dieu. Ils travaillent donc à l’éveil des consciences des pécheurs.

C’est en cela que consistait la quintessence de la mission de la Conscience de Dieu, quand elle a été incarnée par Dieu dans un corps semblable à celui des humains en Yeshoua, le Christ, afin de devenir la Parole vivante qui donne la Vie. Et tel il Est, tels sont ses disciples.

Guy Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 3 août 2016. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.