On ne construit pas son adhérence sur les dérives des autres

L’histoire ainsi que la réalité nous enseignent que la plupart des religions ont été bâties sur les dérives des autres mouvements.

L’histoire des religions

Bible et LoiEn effet, le judaïsme s’est construit avec la critique des religions païennes ; le christianisme (catholicisme) a mené une croisade contre les “fables judaïques”; l’islam a fondé son idéologie sur les incohérences du christianisme ; le protestantisme s’est levé contre la fourberie des “pères” catholiques ; les évangéliques et les mouvements qui s’y rattachent se sont développés comme refouloir des imperfections religieuses.

Loin d’être amis de la justice, ces mouvements religieux ont tous prétendu (et continuent encore de prétendre) détenir de la vérité, laquelle selon eux leur conférait le pouvoir de rétablir l’ordre là où les autres mouvements avaient engendré le désordre. Pourtant le temps a fini par révéler leur immaturité ainsi que leur ignorance qui n’étaient que le reflet de leur imposture. Ainsi, comme des bêtes des champs, après avoir passé leur temps à attaquer les autres, ils ont fini par se dévorer eux-mêmes.

Ce qui a été, c’est ce qui est !

Cela dit, ne sommes-nous pas de nos jours dans une suite qu’on dirait “logique” de ce qui est décrit ci-haut?

En effet, nous assistons depuis peu à un sursaut, que l’on peut appeler un “éveil de conscience” tel qu’il en existe avant l’avènement d’un nouveau mouvement religieux. En fait, aujourd’hui, nombreux sont ceux qui se lèvent, se mobilisent et se rassemblent contre les méfaits, les dérives, et les fourberies des mouvements religieux, politiques, voire contre les dérives du système dans son ensemble en prônant le détachement, la rébellion contre ledit système, et en militant pour le changement.

Ainsi, ces individus, épris de bon sens (pour la plupart), développent des dogmes, des doctrines, des idées philosophiques, et (les plus extrémistes) prescrivent des ordonnances, lesquelles, selon eux, constituent l’antidote face au poison que le système ne cesse savamment d’inoculer aux hommes. Les plus avancés d’entre eux s’autoproclament et se laissent appeler (sous le manteau de l’humilité) guide, berger, conseiller, penseur, spiritiste, imam, calife, disciple en devenir, disciple, maitre, pasteur, bishop, évêque, pape etc…

Mais force est de constater que ces néo-réformateurs développent des méthodes qui ne sont en rien différentes de celles qu’utilisent les mouvements qu’ils prétendent combattre.
En réalité, il se révèle que ces individus gaspillent plus leur temps et épuisent le maximum de leur énergie à épiloguer sur les dérives des autres mouvements, lesquels, selon eux, constituent les maillons forts du système, et à dénoncer tous ceux qui flirtent avec le système, au lieu de rendre témoignage à la Vérité qu’ils affirment pourtant détenir. Ils oublient peut-être que seule la Vérité a le pouvoir d’affranchir selon qu’il est écrit : « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira. »

Réformateurs et/ou censeurs ?

Par ailleurs, il est encore très étonnant de constater que ces mouvements ont produit des censeurs, des accusateurs et des “préfets de discipline” qui n’hésitent pas à lapider même au sein de leurs écuries tous ceux qui ont l’audace de lever le petit doigt pour mettre en exergue quelques incohérences que contiennent leurs affirmations. Ils ne tolèrent pas la correction et ne prennent point plaisir à la contradiction.

On découvre bien là un mouvement qui se construit du mépris, du dédain et du rejet des autres qu’ils prennent pour des infiltrés, des incultes, des insensés, etc… On se poserait bien la question de savoir qu’y a-t-il de différent entre ces mouvements et le système qu’ils pensent combattre ?

Le résultat est qu’ils finissent dans leur confusion par se dévorer eux-mêmes après avoir passé leur temps à attaquer les autres. Ils suivent les mêmes pas que les mouvements qu’ils pensent combattre, bien qu’ils aient la volonté de changer les choses et de se défaire de ce système qu’ils haïssent tant !

Oh ! Malheur à l’homme confus car il finit toujours par marcher à la suite de ceux qu’ils pensent combattre.

Aux hommes la stupidité et la folie, à Elohîms seul la Sagesse et l’intelligence !

Kevin Ngunga Mekiedje

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 12 décembre 2015. Filed under Méditation, Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.