Nous aussi avons besoin de la démocratie en Afrique pour construire nos États !

Ce cri du cœur lancé par le Président Laurent Gbagbo le 28 février 2013 devant les juges et procureurs de la Cour Pénale d’Injustice à la Haye (CPI) semblaient exprimer le désespoir des peuples africains à qui le colon dénie depuis des siècles le droit à l’auto-détermination. Avec ses allures de professeur émérite face à des étudiants de première année en études de droit, le Président Laurent Gbagbo s’est senti obligé de rappeler à ces maîtres du “droit injuste” de ce siècle le B+A = BA de ce pourquoi ils ont prêté serment avant de prendre leurs fonctions de magistrats dans une instance supposée dire la justice et le droit au terme de longues études universitaires. 

Leçon de démocratie et de logique

Laurent GbagboD’un air candide et un brin débonnaire, Laurent Gbagbo a commencé par rappeler à son auditoire les prérogatives régaliennes du Chef d’un État souverain qui voit son pays agressé par des légions étrangères françaises et burkinabè sous le label de quelques-uns de ses compatriotes qui se sont mis en intelligence avec des étrangers contre leur pays; ce qui s’appellerait sous d’autres cieux « haute trahison ». Ces complices locaux sont à la Côte d’Ivoire ce que les Pétainistes étaient à la France. Et pourtant, les droits constitutionnels qui sont dévolus au Chef de l’État font un pan important de l’accusation que porte la procureur de la CPI contre Laurent Gbagbo.

Et comme si cette partie du cours ne suffisait pas à révéler aux intelligences de la CPI le ridicule de la procédure en cours contre lui, notre Professeur émérite en sciences humaines et démocratiques va continuer par un exposé liminaire sur la démocratie et la logique. Tenez-en quelques morceaux choisis :

« Et puis il ne faut pas me donner des paroles que je n’ai pas prononcées … Madame la Présidente, toute ma vie, et ça, ça se sait non seulement en Côte d’Ivoire, mais aussi dans toute l’Afrique et dans toute la France politique, j’ai lutté pour la démocratie …

Qui a gagné les élections ? Parce que c’est celui qui ne les a pas gagnées qui a semé des troubles. Je crois que c’est ça la logique … la question est là : qui a gagné les élections ?

Et donc quand je demandais qu’on recompte les voix, ce n’était pas une phrase en l’air … C’est ça le fond de la question. On nous a attaqués en 2002, j’ai fait mon travail. C’est-à-dire que je savais qu’ils ont tort, mais pour s’en sortir, j’ai toujours cru à la discussion … nous avons besoin de la démocratie Madame.

Mais la démocratie ce n’est pas seulement le vote, c’est qui dit le vote. Qui dit le résultat du vote. C’est ça aussi la démocratie …

La démocratie, c’est le respect des textes, à commencer par la plus grande des normes en droit qui est la Constitution. Qui ne respecte pas le Constitution, n’est pas démocrate …

Madame, c’est parce que j’ai respecté la Constitution, qu’on m’a amené ici. Alors je suis là, mais je compte sur vous. »

Laurent Gbagbo ne comprend pas le monde

Au plus fort de la crise ivoirienne en 2011, Laurent Gbagbo affirmait à un journaliste qui lui avait posé la question qu’il savait bien faire la différence entre la politique et la foi. Et pourtant … Force est de constater que le Président Gbagbo ne comprend rien à la marche du monde. D’où l’exclamation du journal le monde du 2 mars 2013  qui constate que : « Rien, chez Laurent Gbagbo, ne semble avoir changé depuis les violences de Côte d’Ivoire consécutives à la présidentielle de décembre 2010. » 

En effet, Laurent Gbagbo semble totalement déconnecté de la réalité de la marche du monde. Il est par exemple ignorant de ce lexique qui a été révélé à Madame Melissa Ewoud :

– COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE : Nom inventé pour désigner les pays occidentaux

– PAYS RICHES : Pays incapables d’acheter les matières premières sans menaces, bombes et assassinats

– DICTATEUR : Chef d’État qui refuse de lécher les bottes de la communauté internationale

– TIERS MONDE : Parties du globe considérées comme terrains de jeu de la communauté internationale

– TUER SON PEUPLE : Refuser de donner des marchés publics à la communauté internationale

– RÉGIME : Parti politique d’un Chef d’État qui refuse de se soumettre à la communauté internationale…

Gbagbo semble ignorant des conditions dans lesquelles les Africains ont contribué à la construction des grandes démocraties contemporaines; ce que Monsieur Jean-Marc Soboth nous a recommandés de lire dans un livre de Charles-André Julien, professeur d’histoire de la colonisation à la Sorbonne, et intitulé «Les Français en Amérique au XVIIème siècle», publié aux éditions SEDES/CDU, Paris, 1976 pp. 77, 78.

Escalavage noir

Esclaves noirs : seront-ils jamais affrachis

‘’Le texte en question met en lumière la politique esclavagiste française sur les Africains commencée par des expéditions armées. Il illustre surtout le cynisme avec lequel les grandes démocraties se sont construites. Le mépris pour la vie humaine qui y est relevé s’est sans doute mué aujourd’hui en banalisation de la vie humaine tous azimuts telle qu’observée dans les opérations soi-disant humanitaires de ces mêmes puissances anciennement esclavagistes.

Les Africains y comprendront trois choses : on ne les a jamais aimés; néanmoins, on ne les a jamais détestés. Ces deux sentiments n’existent pas. Les Africains, morts ou vifs, libres ou captifs — ils devaient payer cher leur “libération” –, avec leur territoire et leurs richesses, ne sont qu’une perspective de profit égoïste. Lisez seulement. ‘’ (Jean-Marc Soboth)

Par ailleurs, Laurent Gbagbo ne semble pas avoir été informé des 10 commandements de la FrançAfrique … et ainsi il a tenté de les violer tous. Erreur très grave.

Et surtout, le croyant évangélique Laurent Gbagbo ne semble pas se souvenir que la Bible a prédit les temps que nous vivons dans ce monde qui semble marcher sur la tête.

Le règne de l’iniquité se met en place

Le lecteur attentif de la Bible ne peut ne pas s’interroger sur la gravité spirituelle de « l’iniquité » quand il lit cet avertissement de Jésus-Christ : « Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » (Matthieu 7:22-23).

La pratique ou la complicité à l’iniquité sera donc vraisemblablement un critère déterminant pour la séparation éternelle d’avec Dieu qui fait dire à l’apôtre Jean « Toute iniquité est un péché, et il y a tel péché qui ne mène pas à la mort. » (1Jn 5:17). L’iniquité est l’arme ultime mise dans les mains de qui veut la perdition éternelle de l’homme pour parvenir à ses fins. Aussi la Bible, inspirée par celui qui veut le salut éternel de l’homme, l’en prévient-elle dans moult passages

« Car le mystère de l’iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. » (2Th 2:7) Matthieu 7:22-23; Matthieu 13:41; Matthieu 23:28; Matthieu 24:12; Luc 13:27; Actes 8:23; Romains 6:13; Romains 6:19; 2Corinthiens 6:14; 2Thessaloniciens 2:7; 2Thessaloniciens 2:10; 2Timothée 2:19; Tite 2:14; Hébreux 1:9; Jacques 3:6; 2Pierre 2:13; 2Pierre 2:15; 1Jean 1:9; 1Jean 5:17.

« Néanmoins, le solide fondement d’Élohim reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau: Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent; et: Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité. » (2Timothée 2:19).

« Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume! » (Esaïe 5:20)

Le mystère de l’iniquité est dans sa phase de parachèvement « Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,  traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. » (2Timothée 3:2-5) Et ils le sont déjà !

Laurent Gbagbo devait s’éloigner de ces hommes-là. Mais hélas, il a parcouru le monde pour essayer de faire la paix avec ces hommes-là. Il n’a pas compris que ces hommes-là sont conduits par un autre esprit, l’esprit d’iniquité, l’esprit du mal qui gouverne le monde et qui dicte aux dirigeants la marche du monde.

Le monde est dans l’impasse parce que même ses leaders qui se veulent croyant en Dieu ne sont pas toujours au fait de ce complot diabolique contre l’humanité qui doit toujours s’enfoncer dans l’iniquité. Les hommes sont dans la confusion parce qu’ils ne connaissent pas leur adversaire, ses forces et ses faiblesses. Leur adversaire est une entité spirituelle qui ne demande qu’à asservir tous les hommes vivants sur la terre. Cette entité est représentée par les centres de pouvoir humains et leurs instruments de mise en place de l’iniquité. Forts de cette confusion, les opprimés se surprennent souvent à réclamer le maintien et le retour des agents leaders de l’iniquité au pouvoir au détriment des amis de la justice.

Laurent Gbagbo n’a pas compris qu’il a été donné à l’esprit d’iniquité « de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation. » (Apocalypse 13:7). Pour les agents du principe du mal et lui-même, les termes, les concepts universitaires, philosophiques et humanitaires du genre constitution, démocratie, justice, paix, vie, liberté, équité, accord, loyauté, etc. ne s’appliquent pas à ceux qui ne lui appartiennent pas. L’esprit d’iniquité travaille uniquement à la mise en place de ses agents à la tête de toutes les nations du monde. Et quiconque ne collabore pas consciemment avec lui est combattu sans relâche jusqu’à sa chute, voire sa mort.

D’autres ignorants dans le champ de bataille

Hollande fait des déclarations dangereuses

Hollande fait des déclarations dangereuses

N’allez pas croire que Laurent Gbagbo est le seul ou le plus cancre des Chefs d’États dans ce champ de bataille. Vous les reconnaîtrez à un ou plusieurs des points ci-dessous :

– Leurs déclarations qui vont à contre-courant de la marche du monde et de l’iniquité dominante;

– Leur hésitation à peine voilée quand le vent politique leur impose de poser des actes d’iniquité;

– Les masses et les médias du système qui s’acharnent sur eux en les accusant sans preuves des crimes commis impunément par d’autres;

–  Leur humanisme et à leur désir sincère de ne pas imposer aux autres hommes ce qu’ils ne se souhaitent pas à eux-mêmes, leur famille et tous ceux qui leur sont chers;

–  Leur profession de foi qui souligne leur soumission à Jésus-Christ de Nazareth.

– Ils croient naïvement que les termes constitution, démocratie, justice, paix, vie, liberté, etc. s’appliquent aussi à eux et leur peuple dans ce monde.

–  Etc.

Il faut par exemple être un parfait ignorant de cette réalité pour déclarer que «Le temps où la France nommait des chefs d’États en Afrique est révolu ! » (François Hollande, 28/03/2013), à moins que ce ne soit que pour amuser la galerie car ceci constitue une grave violation des 10 commandements de la FrançAfrique. Est-ce dès lors innocemment que François Hollande subit-il les foudres des médias et du peuple français ces derniers temps ? Serait-il une erreur de parcours dans la mise en place du règne de l’iniquité en France et dans le monde ? Seul le temps nous le dira.

Thabo Mbeki regrette ses erreurs politiques contre Gbagbo

Thabo Mbeki regrette ses erreurs politiques contre Gbagbo

Conclusion

Loin de nous l’intention de dissuader les résistants à la mise en place de l’iniquité de continuer leur combat contre le rouleau compresseur qui se déploie lentement mais surement et résolument sur l’humanité. Mais notre conviction évangélique nous impose de conclure que les ennemis de l’iniquité, les justes donc, seront bientôt appelés à disparaître de la terre soit par l’épée de l’ennemi de l’homme et ses agents, ou alors au cours de l’enlèvement imminent des justes par Jésus-Christ afin que Satan puisse se donner à cœur joie à l’accomplissement de ses desseins sur la terre, à savoir soumettre l’humanité à la souffrance.

Il est donc peut-être bon de combattre pour résister à ce sort que d’aucuns pourraient considérer comme fataliste pour l’humanité. Mais ce qui est encore mieux, c’est de révéler aux hommes la seule et unique issue de secours de ce projet diabolique : Jésus-Christ « Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. » (Marc 8:35).

Guy François Olinga

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 30 mars 2013. Filed under Sec Justice, Sec Points de vue. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.