Notre captivité est à l’image de celle d’Israël en Égypte

Alors que le peuple d’Israël était en séjour en Égypte, le prince de l’illusion, principe de l’opposition au Créateur, s’appuiera sur l’Égypte, expression de son pouvoir pour rendre Israël captif.

Comme peuple d’Israël en Égypte

exodeCette captivité s’exprimera visiblement par la fabrication des briques pour bâtir l’Égypte et étendre sa domination sur la terre. Tout en étant eux-mêmes en Égypte, ce peuple va fabriquer des briques pour la construction des pyramides et autres projets pour faire assoir d’avantage le pouvoir de la rébellion contre le Créateur. Ce peuple n’avait aucun moyen d’échapper à la condition de forçat, signe de leur captivité. Être captif, c’est participer à l’hégémonie du pourvoir rebelle contre le Créateur et n’avoir aucune issue pour en échapper par soi-même.

Le principe de la captivité étant toujours le même. Aujourd’hui encore, notre captivité s’exprime par notre participation directe ou indirecte au projet de domination de ce monde inique, lugubre et totalement rebelle et opposé au Créateur. Ce qui est très grave c’est que cette captivité est si évidente et chronique qu’on ne se rend même plus compte de notre état de prisonnier.

L’expression de notre captivité

Le blasphème et le mensonge consistent à nous donner l’impression que nous sommes utiles par notre participation au développement des sciences de l’urbanisation, des sciences fictions, des sciences de la morale, des sciences sociales, de la physique, de la métaphysique, des progrès techniques ; en faisant construire ou en construisant des routes, des immeubles, etc. alors même que ceci est la parfaite expression de notre captivité qui nous donne l’illusion d’une existence meilleure. Le père du mensonge déploie toute son énergie pour se rassurer que nos chaînes deviennent de plus épaisses tout en nous donnant l’impression d’une liberté fallacieuse et utopique qui nous entraîne sûrement vers le désespoir et le gouffre.

Notre captivité s’exprime plus clairement par notre attachement inconditionnel et notre dépendance totale à la créature, faisant d’elle un maître qui oriente, organise la marche du monde par l’excitation des passions et désirs de posséder tout, pour se donner l’impression d’être importants et utiles. Oh quelle fourberie bien orchestrée ! En lieu et place d’assujettir la créature pour lui donner sa place dans la participation de l’offrande d’une adoration profonde et de bonne odeur au Créateur, nous sommes malheureusement assujettis par la créature pour participer à l’adoration de l’impie, Satan le rebelle.

Crions pour notre délivrance

Merci à YHWH pour l’exemple de ce peuple qui, malgré sa captivité, a réalisé qu’il faut crier vers le Créateur, seul capable de le délivrer. La réponse du Créateur se manifestera par la naissance de Moïse en qui coule un sang 100% hébreu. Pour l’épargner du pouvoir de la captivité, le Créateur va le cacher dans le camp de l’oppresseur, car le libérateur ne peut être lui-même un captif. YHWH va lui-même former l’instrument de la délivrance de son peuple en ceci que, tout étant dans le camp de l’oppresseur, il va manifester non pas les caractères de l’oppresseur, mais plutôt les vertus de YHWH en marquant son désir ardent de rétablir l’ordre et la justice, ce qui va provoquer un rejet de la part de ses frères qui étaient encore jusque-là complètement aveuglés par le pourvoir de l’oppresseur.

En accomplissement du type libérateur Moïse, YESHOUA est l’unique possibilité pour nous sortir de la captivité. La quête de la conformité à la stature de YESHOUA est la libération. Notre libération s’exprime quand nous suivons YESHOUA sur le chemin qu’il est, dans la vérité qu’il est et dans la vie qu’il est.

Avez-vous réalisez comme moi que nous sommes captifs ? Si oui, crions ! Crions nuit et jour pour notre libération d’abord, puis celle nos frères et sœurs !

Notre situation est lamentable, alors qu’il y a bel et bien espoir en YESHOUA!

Jordy Tousse

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 12 octobre 2015. Filed under Jud Enseignements, Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.