Mais où sont donc passés les fils de YHWH contemporains ?

Le modèle parfait du Fils d’Élohim nous a été manifesté sur la terre en la personne de Yeshoua Le Mashiah. Il est l’étalon, la mesure parfaite, le repère, la référence qui doit servir à identifier un enfant d’Élohim. La Bible affirme qu’Il est né d’une femme comme tout homme, a subi toutes les tentations auxquels le diable soumet tous les hommes; mais jamais Il ne s’est conformé à la conscience du monde, jamais Il n’a obéi au diable, jamais Il n’a manqué de faire que la volonté de Son Père, YHWH.

Les premiers disciples étaient des esprits vivifiants

Le-martyr-des-apôtresC’est donc à juste titre que Yeshoua Le Mashiah déclare : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » En d’autres termes, Il dit, nul ne peut être sauvé de la conscience du monde s’il n’a pas ma stature, si Yeshoua n’est pas le modèle à qui il désire ressembler. Et pour ceux qui veulent s’inquiéter de la difficulté qu’Il y aurait à vivre comme Lui, Yeshoua répond : « Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu: car tout est possible à Dieu. » (Marc 10:27).

Autant un enfant dans la chair ne s’accouche pas et ne s’éduque pas, pour sa croissance, par lui-même, autant Élohim seul est l’Engendreur, le Géniteur et l’acteur de la croissance en Lui (transformation) de Ses enfants. Étant donné par ailleurs qu’Élohim est Esprit, et que ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né du Souffle sacré est esprit, Ses enfants véritables sont donc de facto des esprits vivifiés, à l’instar de leur Frère aîné, Yeshoua Ha Mashiah.

Quoi donc, serait-Il possible à Élohim d’engendrer d’autres esprits vivifiants, ressemblant à Yeshoua ? L’histoire rapportée par la Bible répond par oui. Les premiers disciples de Yeshoua étaient des esprits vivifiants, des hommes et des femmes que leurs contemporains ont trouvés tellement semblables à leur Maître qu’ils les ont désignés par « Sosies de Christ » ou encore « Chrétiens ». Le témoignage de leur adhérence était renommé dans le monde entier. Ils n’avaient point reçu le souffle du prince de ce monde, la conscience du monde, mais le Souffle sacré de YHWH, et Celui-ci leur a donnés de connaître avec excellence les choses qu’Élohim leur a données par Sa grâce.

Une race d’adultères peut-elle se prévaloir de la qualité de disciple ?

Oh que c’est affligeant de m’entendre dire avec mes contemporains, aveuglés par la conscience du monde qui s’est durablement bâtie en nous, que ce qu’Élohim a fait des premiers disciples de Yeshoua, Il ne peut plus le faire aujourd’hui. Élohim aurait-Il changé ? Yeshoua aurait-Il promis des choses inaccessibles aux hommes ?

En quoi les enfants d’Élohim diffèrent-ils de la race d’adultères que nous sommes et qui nous voulons être des fils d’Élohim ?

1. Les enfants de YHWH font toujours ce qui est agréable à leur Père. Leur nourriture est de faire la volonté de leur Père Céleste, et d’accomplir Son œuvre. Ainsi, même au prix de leur existence (vie), ils refusent que leur volonté ne se fasse, mais celle d’Élohim. En réalité, c’est le Père Céleste seul qui accomplit Ses œuvres et parle au travers d’eux.

2. Or la volonté ultime d’Élohim est que quiconque a la révélation (voit) de l’identité du Mashiah (entendu comme Celui qui est venu accomplir la promesse qu’Élohim a faite à Abraham que de transférer gracieusement Sa nature, Sa stature, Son ADN à sa descendance), et Lui demande sincèrement à recevoir cette stature (croit en lui), ait la vie éternelle. Et ce n’est que de telles personnes qui sont les frères et les sœurs de Yeshoua, Ses véritables disciples, c’est par de telles personnes qu’Il continue à Se révéler au monde, c’est de telles personnes qu’Il dira avoir connues et qu’Il ressuscitera pour la Vie. (Jean 6:40)

3. Pour un véritable disciple de Yeshoua, prolonger les jours de son existence dans ce monde auquel il n’appartient pas n’est en rien un privilège car le départ de son corps de ce monde à la demande de Son Père lui est un gain. Ainsi il n’aime pas l’existence dans ce monde au point de craindre d’en partir. Aussi considère-t-il comme un privilège le fait de partir de ce monde en martyr pour la gloire de son Père YHWH Adonaï. D’ailleurs, il existe dans ce monde en pèlerin, se considérant comme mort à ce monde, et vivant caché avec Christ en Élohim dans les lieux célestes.

4. Le véritable disciple de Yeshoua vit en dehors de la conscience du monde, observant le monde avec le regard de son Maître et n’y intervenant que pour accomplir l’œuvre de son Maître, à savoir participer au salut d’un grand nombre. Étant donc ressuscité avec le Mashiah, il ne recherche que les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite d’Élohim. Il ne s’affectionne qu’aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. La prière pour lui ne sera jamais l’occasion de demander les choses du monde, les biens matériels, la boue, à son Père Céleste qui sait les mettre à Sa disposition au besoin.

5. Le témoignage du véritable disciple de Yeshoua est une véritable lumière qui expose les ténèbres qui constituent l’existence de ceux qui sont encore esclaves de la conscience du monde. À son contact ou son approche, ceux du monde discernent clairement la différence entre eux et lui; et choisissent, soit de le haïr, ou alors de s’approcher de lui pour lui demander comment faire pour être sauvé (devenir comme Yeshoua). Par lui en effet, son Maître va se révéler (faire voir) aux hommes du monde qui n’auront pas d’autres choix que d’en témoigner. Il lui sera en effet donné de faire les œuvres que Yeshoua a faites sur la terre en son temps, et même de plus grandes. Voici les miracles qui l’accompagnent dans son existence du fait de la stature, de l’identité de Yeshoua (en Son nom) qui lui a été transférée : il chasse les démons; il parle de nouvelles langues; il saisit des serpents; s’il boit quelque breuvage mortel, il ne lui fait point de mal; il impose les mains aux malades, et les malades sont guéris.

6. Le véritable disciple de Yeshoua, étant donc affranchi de la peur du départ de son corps (mort) et du manquement, est à l’abri de tout chantage, de toute idolâtrie et de toute convoitise. Il a une telle conscience de ce que c’est pour la liberté que le Mashiah l’a affranchi qu’il ne se laisse mettre de nouveau sous aucun joug de la servitude. Ainsi les lois morales, la religion, les interdits, les rites, les fêtes, les formes, les cultes, le temps (calendriers), les astres, les lois humaines, les aliments, les boissons, etc. ne constituent en rien des éléments qu’il considère comme utiles à sa transformation progressive (sanctification) à la stature parfaite de son Seigneur et Sauveur, Yeshoua Le Mashiah. Il ne s’astreindra occasionnellement à certaines de ces pratiques que par motif de conscience et pour éviter des scandales inutiles. Pour autant, sa liberté ne sera jamais jugée par une conscience étrangère.

Élohim, je te prie d’envoyer des ouvriers dans la moisson

Oh Élohim, que je souffre de ne pas encore être Ton véritable disciple. Je souffre de voir que ceux qui prétendent être Tes représentants dans le monde ne manifestent rien de ce que Tu as promis à ceux qui croiraient en Toi et en Ton Fils unique, Yeshoua Ha Mashiah.

Nous nous donnons une foule de règles morales, une pléthore de religions. Nous nous adonnons à de multiples programmes et shows religieux. Nous nous ordonnons à porter des titres ecclésiastiques ronflants. Par tout ceci, nous jouons le jeu morbide de Satan qui, par le témoignage de notre existence, Te fait passer pour le méchant imposteur incapable d’engendrer des enfants à Son image et selon Sa ressemblance ; pendant que lui continue à se faire passer pour le bienfaiteur humaniste qui travaille à l’amélioration des conditions d’existence des hommes (développement, croissance) qu’il conserve malignement dans l’aveuglement en vue de leur perdition éternelle.

Père, par notre mensonge, notre malice et notre hypocrisie, nous nous disposons comme étant les véritables rebelles à Tes desseins sur la terre. Aie pitié de nous, YHWH, expose notre malice, fais fermer nos antichambres de la perdition et donne-nous de venir sincèrement à Toi. Élohim, Père miséricordieux, prends pitié de nous et sauve-nous de nous-mêmes.

Amen !

Guy François Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 6 juillet 2014. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.