L’infidélité : une des causes du nanisme spirituel

Imaginez-vous un instant que votre conjoint vous dise « Chéri (e), tu ne doutes certainement pas de mon amour pour toi. Mais je te prie de comprendre ma faiblesse pour le butinage sur d’autres fleurs. Je ne puis m’empêcher d’aller voir ailleurs… » Je vous entends déjà traiter l’auteur de tels propos d’infidèle.

Mais que diriez-vous si votre enfant vous disait : « Maman, j’apprécie vraiment beaucoup les repas que tu me prépares avec tant d’attention et de finesse. Mais je te prie de comprendre que je prenne aussi plaisir à aller partager les repas de toutes les voisines…. » N’est-ce pas aussi une infidélité qui ne dit pas son nom ? Certainement vous n’approuvez pas de telles attitudes.

Eh bien, nous nous surprenons pourtant souvent à dire à nos dirigeants spirituels : « Moi je ne suis pas lié aux enseignements d’un seul dirigeant. Je lis tous les livres qui ont ‘Jésus’ dans une de leurs pages, je visionne toutes les vidéos produites par quiconque ‘est pasteur’, je suis les enseignements de tous les ‘rabbis’ sur Facebook… » Si ce n’est pas une autre forme d’infidélité, ça y ressemble trop à mon avis.

Ainsi à cheval entre plusieurs repas spirituels, vous vous rendez très vite compte de ce que les différents enseignements de divers « pasteurs », parfois contradictoires, vous donnent des indigestions, vous installent dans un état de confusion non propice à votre croissance spirituelle.

InfideliteExemples :
– Dois-je payer la dîme oui ou non ?
– Dois-je observer le Shabbat et saluer par Shabbat-Shalom oui ou non ?
– Jésus est-il Dieu ou alors la trinité est-elle une réalité ?
– La femme peut-elle prêcher dans une assemblée ?
– C’est quoi vivre dans la sanctification ?
– Etc.

La tentation est alors grande de comparer les effets de votre papillonnage, les goûts des différents aliments du voisinage, la véracité des messages reçus çà et là, pour en fin de compte rester sans convictions, donc nains spirituels, recommençant chaque jour votre démarche spirituelle.

« Car, quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n’avez cependant pas plusieurs pères, puisque c‘est moi qui vous ai engendrés en Yeshoua Ha Mashiah par l’Évangile. » (1 Corinthiens 4:15).

Si donc notre rébellion inhérente nous pousse à persévérer dans l’infidélité, tâchons toutefois de savoir discerner qui YHWH nous a donnés comme conducteur, que dis-je, comme « père ». Et rien de plus malsain que de venir exposer les résultats de notre infidélité à notre « père », de venir lui dire le goût du pollen de la voisine, du repas de la voisine, de la révélation de l’autre « Pasteur ». Soyons sages… Je comprends bien que nous soyons en train de chercher YHWH à tâtons. Mais dans ce que, je recommande de quitter un berger pour suivre un autre, et non les deux à la fois au risque de les mettre en plus en conflit larvé.

Hébreux 13:17 «Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage.»

Il me semble que nous ne sommes pas créés pour manger à tous les râteliers. Ceci me semble une raison du nanisme spirituel de plusieurs.

Guy François Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 1 juillet 2014. Filed under Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.