Les trois types de connaissances

La connaissance est l’état de celui qui connaît ou sait quelque chose. Dès lors, la connaissance devient un puissant levier de l’ego puisqu’elle permet à l’homme de s’identifier, de se démarquer de l’autre comme étant une entité originale, exceptionnelle et unique, un être meilleur que son prochain. L’ego adore donc se servir de la connaissance, ou du moins de l’illusion de la connaissance pour maintenir l’homme dans l’ignorance, la séduction, le leurre et partant, la perdition temporelle et éternelle. Voyez-vous pourquoi certains individus ne peuvent pas se passer de dire à tous les coups : « JE SAIS » ? L’observation me donne de distinguer trois types de connaissances : la connaissance instinctive, la connaissance intellectuelle et la connaissance spirituelle.

La connaissance instinctive

La connaissance instinctive est innée, inscrite dans les gènes de l’être pour lui donner de poser des actes non appris en vue de prolonger instinctivement son existence dans son environnement d’appartenance. Il sait d’instinct ce qu’il doit faire au risque de mourir. Les instincts le lui enseignent. Les exemples sont légion d’abord dans le règne animal. Dès sa naissance, le petit de l’animal sait marcher, puis manger dans les heures qui suivent sa naissance. Pendant toute son existence, il saura instinctivement comment se protéger et trouver sa nourriture. À cette connaissance viendra certes s’ajouter celle acquise par l’observation de ses semblables, mais qui n’en demeure pas moins instinctive parce que motivée par l’instinct de survie. La connaissance instinctive ne se glorifie point. L’animal n’en fait pas un motif de fierté pour se distinguer comme meilleur vis-à-vis de son semblable.

On retrouve aussi cette connaissance chez le bébé humain qui sait dès sa naissance qu’il doit crier pour libérer ses voies respiratoires et ensuite respirer, manger et dormir. Personne ne lui dit à quoi sert le sein de sa maman dans sa bouche. Même parvenu à la maturité, l’humain connaît et donc fait instinctivement plusieurs choses pour prolonger son existence sur la terre parce qu’il ne veut pas mourir. Pour autant, l’ego ne se glorifie pas de la connaissance instinctive parce qu’elle est exempte de toute notion de mérite et de compétence. À moins d’un handicap, tout homme sait marcher, parler, entendre, voir, sentir, manger, boire, déféquer, respirer, dormir, etc. Quelle gloire ai-je donc à exhiber ces connaissances universelles pour me distinguer de l’autre tel que l’ego le désir ?

La connaissance intellectuelle

Ah que si ! L’ego peut mettre des qualificatifs sur les connaissances instinctives pour identifier l’homme qui les manifeste. On parlera alors de la manière de … marcher, parler, entendre, voir, sentir, manger, boire, etc. Cette manière va s’apprendre intellectuellement auprès des parents et maîtres pour faire la différence afin de s’en glorifier.

La connaissance intellectuelle siège dans l’âme de l’homme, sa raison, son intellect. Elle est acquise par l’apprentissage, et parfois elle est monnayée au prix fort. La qualité de la connaissance intellectuelle en dit en long sur vos parents, vos compagnies, vos lectures, les milieux, écoles et universités que vous avez fréquentés, etc. La connaissance intellectuelle est donc méritée par le privilège d’une naissance dans un cadre distingué ou l’effort personnel et, par conséquent, elle permet à l’ego de se démarquer de l’autre. Nous vivons dans la société de la connaissance et c’est la gloire à qui connaît le plus. La connaissance intellectuelle a pour fruit premier notre singularisation comme individu avec son corolaire dans l’admiration, voire l’adoration des autres, la fierté, la reconnaissance, les podiums. La connaissance intellectuelle ouvre aussi la porte à des emplois mieux rémunérés, donc à l’accomplissement d’une existence remplie de plaisir, de jouissance et de biens matériels.

En un mot, la connaissance intellectuelle est exclusivement au service de l’ego, par opposition à la connaissance spirituelle qui produit l’amour. C’est au niveau de la connaissance intellectuelle par exemple que tous les discoureurs contemporains sur la Bible, la religion, la spiritualité ou sur Dieu parlent. Ils se contentent de démontrer qu’ils connaissent les versets bibliques, les mystères du Royaume de Dieu, la structure de l’humain, les secrets de l’amour, la puissance de l’ego, etc. Mais ils ne franchiront jamais ce niveau de connaissance, parce que l’ego leur dit que c’est en cela que consiste le but de leur existence, l’excellence de la révélation et leur salut. N’est-il pas écrit que « La vie pour toujours, c’est te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et connaître celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17:3) ? Ou encore « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » (Jean 8:32) ? Et bingo, je connais, donc je suis libre et sauvé. Et pourtant c’est la connaissance intellectuelle qui fait le lit de la séduction de l’humanité.

La connaissance spirituelle ou illumination

Le terme « illumination » évoque l’idée d’un accomplissement surhumain, et l’ego aime s’en tenir à cela. Mais l’illumination est tout simplement le fait d’être devenu UN avec le Créateur. C’est un état de fusion avec YHWH en Yeshoua par le Souffle sacré. L’illumination, c’est le fait trouver notre identité seulement dans notre esprit, donc au-delà de tout nom, de toute étiquette et de toute forme, parce qu’il a fusionné avec YHWH en Yeshoua. Celui qui est parvenu à l’état d’illuminé est porteur de la Lumière en YHWH. Parce qu’il a la révélation de l’Intelligence et de la Sagesse en YHWH, il n’a que dégout et mésestime pour sa connaissance intellectuelle qu’il reconnaît sans le moindre doute comme provenant de Satan.

La personne illuminée est dépositaire de la connaissance spirituelle. Celui qui voit et entend la personne illuminée croit voir et entendre Yeshoua. C’est une personne qui a donc connu la vérité et par conséquent, elle est libre et elle a la vie éternelle. Par la fusion avec YHWH, l’illuminé meurt à lui-même et ce n’est plus lui qui vit, mais c’est YHWH en Yeshoua. Le fruit de la connaissance spirituelle est donc l’amour. En effet, la connaissance spirituelle fait abstraction de toute forme (pas de qualité, quantité, couleur, taille, forme, odeur, sensation, capacité); elle voit en toute créature une portion du Souffle du Créateur qui lui donne de se mouvoir et d’exister, le même souffle qui est en l’illuminé. L’autre est donc moi-même.

Et comme personne de sensé n’a jamais détesté lui-même, celui qui a la connaissance spirituelle aime tous les humains, amis et ennemis. Il va dès lors sans dire que l’illuminé est patient, il est plein de bonté, l’illuminé. Il n’est pas envieux, il ne cherche pas à se faire valoir, il ne s’enfle pas d’orgueil. Il ne fait rien d’inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s’aigrit pas contre les autres, il ne trame pas le mal, il a la maîtrise de soi, il ne se plaint jamais, il ne réagit pas, il ne craint pas la mort du corps. L’illuminé ne considère pas l’autre comme un infiltré. L’injustice l’attriste, la vérité le réjouit. En toute occasion, l’illuminé pardonne, il fait confiance, il espère, il persévère. L’illuminé connaît la joie, la paix du Souffle sacré, et il est au service de tous.

Encore la preuve de notre imposture

Plusieurs de mes interlocuteurs me disent non sans anxiété : « Maintenant que je maîtrise la théorie sur l’identité de l’homme, la structure du cosmos, les parallèles entre les versets bibliques, les exploits des héros de la Bible, les évènements de la fin des temps, la malice de l’ego, etc. Maintenant que j’ai lu plusieurs publications, écouté des merveilleux enseignements et visionné en boucle plein de vidéos, quelle est la prochaine étape ? »

L’homme séduit par la connaissance intellectuelle affirme avec empressement que c’est en cela que consiste le salut. Il pense même qu’il est idiot de se poser de telles questions parce qu’on connaît déjà. Et telle est la condition de tous ces religieux et hommes spirituels qui épiloguent à longueur de journée sur Facebook et autres média sociaux, dans des livres, dans des journaux, sur des radios, dans des conférences, dans les assemblées religieuses, dans les réunions de maisons, dans les loges mystiques, etc. pour se tromper les uns les autres en faisant étalage de leur illusion de connaissance, la connaissance intellectuelle.

Mais à celui qui est insatisfait de la connaissance intellectuelle, celui qui est fatigué de se faire bourrer le crâne, je dis que l’étape après la connaissance intellectuelle, c’est l’illumination, devenir sosie de Yeshoua, devenir amour. Et ce n’est pas en vain que Yeshoua dit : « Ayez de l’amour les uns pour les autres. Alors tout le monde saura que vous êtes mes disciples. » (Jean 13 :35). Et à l’apôtre Paul de renchérir : « Je peux avoir le don de parler au nom de Dieu, je peux comprendre tous les mystères et posséder toute la connaissance. Je peux avoir une foi assez grande pour déplacer les montagnes. Mais si je n’aime pas les autres, je ne suis rien! » (1 Corinthiens 13:2)

Guy Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 17 février 2016. Filed under Méditation, Sec Points de vue, Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.