Le Top Chrétien est-il critiquable ?

Je tiens en préambule à cet article à préciser certains points, afin que mes propos ne soient pas dévoyés…

Samuel Foucart

Samuel Foucart

Il y a une année de cela, j’ai démissionné du Top Chrétien pour trois raisons : tout d’abord une grande fatigue due à mes activités, puis dix années au service du Top Chrétien qui m’ont laissé à penser qu’il était souhaitable d’en rester là, et enfin la nécessaire solidarité avec plusieurs collaborateurs qui en étaient partis, remerciés pour certains, proprement dégagés pour d’autres, parce qu’ils avaient refusé de cautionner certaines pratiques. On a beaucoup parlé d’argent, mais aussi de manipulation ou de harcèlement, voire d’humiliation de certains personnels à cette époque.

Suite à ma démission, la direction du Top Chrétien m’a contacté, faisant son mea culpa au regard de certaines erreurs commises. Je n’ai pas mis en doute une seule seconde cette attitude de coeur, que j’ai crue sincère et que j’ai défendue. La réalité, plusieurs mois après, est tout autre. Les mêmes pratiques continuent, en totale ignorance des mises en garde  des uns et des autres. Quel dommage !

Evitez moi, s’il vous plaît, le fameux «Pourquoi dire cela publiquement» ou le non moins célèbre : «N’en avez-vous pas parlé aux intéressés ?». Parce que oui, tout ce que j’aborde là, a été préalablement abordé avec ceux qui sont concernés et parce que cacher les choses, revient à terme à devenir complice.

Ce serait une grave erreur d’appréciation et un procès d’intention de considérer que ce texte a été écrit par vengeance, pour régler des comptes, cracher dans la soupe ou bien encore sous l’influence de l’amertume, voire avec l’intention de «couler le Top». Le Top Chrétien  n’a pas besoin de moi pour se couler ! Cela va sans dire, mais peut-être est-ce mieux en l’écrivant.

Ne rien dire, jamais, sous prétexte d’unité (illusoire), de risque de scandale, d’amour de l’autre ou de je ne sais quoi encore, finit par faire de celui qui sait, un complice. Je n’ai pas vocation à cela !

Alors revenons à notre question : le Top Chrétien est-il critiquable ?

N’importe quel organisme intelligent accepte et heureusement, d’être  critiquable !

Mais, en ce qui concerne le Top Chrétien, il semblerait que non, du moins aux yeux de ses responsables. D’ailleurs, il faut avouer que, pour avoir été précurseur dans son domaine, le Top Chrétien jouit aujourd’hui d’une aura largement surévaluée. Cette start-up destinée à l’évangélisation du monde, ne fait plus guère d’évangélisation maintenant, mais continue d’entretenir l’illusion à ce propos, tout en touchant les dividendes réservés «aux missionnaires».

Moi je réponds OUI, le Top Chrétien est critiquable, au sens premier et noble de cette expression ! Ne plus être accessible à la critique met en danger dans le meilleur des cas, et  le plus souvent rend dangereux ! Le Top Chrétien n’échappe absolument pas à cette règle.

Que dire de ces incessantes campagnes d’appel aux dons, de ces titres ronflants « 12 jours pour semer » qu’il faut lire avec les yeux des responsables du Top Chrétien, c’est à dire : «12 jours pour récolter le maximum d’argent» ! Eh oui ! Selon le côté de l’écran où l’on se place, les mots ne veulent pas toujours dire la même chose ! Si vous étudiez un peu cet appel en particulier, il n’y a rien de nouveau à financer au Top, absolument pas de projet novateur. Il s’agit juste d’entretenir financièrement sa direction ! Il est normal qu’un organisme fasse appel aux dons en fin d’année pour pouvoir travailler, la question n’est pas là. Mais même sur la Pensée du jour, juste avant la signature de l’auteur, vous trouvez un appel au don, qui laisse supposer que l’auteur adhère à ce genre de pratiques.

Un petit carton de remerciement arrivant de la part du Top et au demeurant sympathique, se doit de contenir en bas de page la mention «Faire un don au Top» ! Une lettre de nouvelles n’échappera pas non plus à cette règle.

Comment ne pas s’interroger entre une affaire de chalet à acheter pour, je cite «le ressourcement spirituel de l’équipe du Top», une Garden party organisée mi-novembre dans les murs du Top, et un voyage offert – pour la très bonne cause s’entend, sans doute l’évangélisation du monde – à toute l’équipe du Top Chrétien aux States, début décembre. Sans doute me dira-t-on qu’il s’agit de miles, entendez  billets gratuits, mais finalement ces derniers ne sont-ils pas accordés aux très bons clients voyageant régulièrement à plein tarif ?

Comment ne pas être dans l’interrogation en ce qui concerne les salaires versés à certains dirigeants du Top Chrétien, quand on entend qu’ils émargeraient, salaire mensuel et avantages de toutes sortes à  5 à 8 fois le SMIC.

J’ai posé, les yeux dans les yeux, la question à ces très chers dirigeants, pour savoir si les sommes évoquées étaient juste une rumeur émanant de «jaloux» ou la vérité. Je n’ai obtenu que des justifications maladroites mais aucun démenti. Les généreux donateurs et les autres, ceux qui se saignent aux quatre veines pour soutenir ce qu’ils pensent encore être de «pauvres missionnaires», apprécieront !  Ils ressemblent de plus en plus à des dindons d’une farce si peu comique !

Historiquement, l’Eglise où je suis pasteur soutient le Top Chrétien depuis le commencement, de ce qui était alors une si belle aventure. Nous avons cessé notre soutien cette année, de manière définitive et irrévocable pour toutes ces raisons et ce, après 3 années d’hésitations et d’interrogations.

Comment ne pas être inquiet quand pour l’achat des locaux du Top Chrétien, on a battu le rappel de quelques «grands» prédicateurs internationaux et de certains français – ces derniers triés sur le volet et pas en reste pour le coup – pour culpabiliser  et manipuler par un discours trop bien rôdé, ceux qui pourraient envisager de ne pas faire un don, aussi petit soit-il ? Et que dire de tous ces bruissements concernant le prix de ces locaux, largement surévalué ? Là encore, j’ai posé des questions précises, mais je n’ai obtenu que des réponses évasives.

Les membres de la direction du Top Chrétien sont-ils encore membres d’une Eglise locale ?  Il semblerait qu’ils aient pour certains d’entre eux pris leurs distances avec cette réalité aussi. Là encore les réponses à mes questions demeurent vagues. Qu’est devenu le conseil de surveillance du Top Chrétien, créé au départ et constitué de plusieurs pasteurs d’horizons différents, chargé de contrôler les dépenses du Top Chrétien ? Disparu !

Comment se fait-il que les comptes du Top Chrétien pour l’année 2011 au moins, n’apparaissent nulle part sur Internet ? Comme n’importe quelle association soumise à la tutelle d’un commissaire aux comptes, le J.O. est censé donner la transparence nécessaire en matière financière. A ce jour, 1er janvier 2013, c’est impossible. Peut-être  cela changera-t-il  en 2013 ?

Que faut-il penser de ceux que les responsables du Top Chrétien nomment,  je cite : «Des amers, des aigris et des rancuniers, en plus d’être des ingrats  s’en prenant à l’œuvre de Dieu» ? En un mot ceux qui n’acceptent plus le système. Tous parlent de la même chose : «ambiance délétère, manipulation, harcèlement, humiliation, manœuvres politiciennes, goût démesuré pour l’argent et pour un certain faste !». Face à la persistance des propos qui se fondent sur nombre de témoignages concordants, sur des faits précis et des sources comptables irréfutables, le trouble ne peut que s’installer. En mission à Marseille en octobre dernier, pour la première fois deux pasteurs et leurs églises m’ont interdit de parler du Top Chrétien lors de la présentation de mon livre «Pensées du jour, Pensée d’un jour». Je cite : «Toi on te connaît, tu peux parler de ton travail, mais ne parle pas du Top Chrétien !». Etonnante réaction, hélas, de moins en moins rare.

Bandeau Paul Ohlott

Actu Chrétienne, l’été dernier, a osé poser une question à propos de cette affaire de chalet à 120 000 €, sans les frais de notaire – eh oui, il faut être précis dans ces appels d’argent – en dénonçant le pseudo-discours spirituel destiné à faire passer une pilule que beaucoup ont eu du mal à avaler. Il semble bien que, faisant fi des avertissements, l’achat ait bien eu lieu. Avec l’argent des généreux donateurs, bien entendu !

Les dérives existent partout, et depuis toujours, et elles répondent toujours au même schéma, parce qu’avant qu’un scandale n’éclate, ceux qui ont vu, qui ont su, par intérêt, par crainte, par compromis, parfois par chantage, ont décidé de se taire, et que d’autres ont décidé de ne pas entendre les éventuelles critiques.

Quand il n’y a plus aucune transparence, parce que l’on craint l’opposition, la critique ou tout simplement le débat, parfois contradictoire, il est déjà trop tard. Le Top Chrétien en serait-il arrivé là ? Personnellement, je le crains. Le monde du Top Chrétien n’est plus celui du commun des mortels, ni du commun des croyants. Ce monde là évolue bien loin des réalités des donateurs.

En tout cas, un peu partout, et de plus en plus, des voix s’élèvent pour dire, s’opposer, s’offusquer et manifester l’inquiétude et même parfois le dégoût.

Que faut-il dire ? Répondre ? Faire ?

1er janvier oblige, recevez mes meilleurs vœux pour cette année et sachez faire preuve de discernement dans votre manière de donner ! Etre un généreux donateur, ce n’est pas être un pigeon, pour reprendre un terme très présent dans l’actualité ces derniers temps.

Samuel Foucart
Source : actualitechretienne
Paru sur Pyramidedusalut.net 2 janvier 2013

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 2 mars 2015. Filed under Eva Nouvelles. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.