Le règne du mensonge et la pensée anti-Messie

« Nous savons que nous sommes de D.ieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin. » (1 Jn. 5:19)

Le cadre est posé

LMonde dominé par Satane monde entier, l’organisation humaine dans toutes ses expressions, est sous la puissance du malin. Cette affirmation peut paraître excessive, mais si nous voulons être objectifs dans nos observations, nous nous apercevrons qu’à tous sujets abordés, de niveau mondial ou personnel, jusqu’au vocabulaire communément utilisé, dans tous les domaines, tout est imprégné de distorsion, c’est-à-dire de mensonge.

Seuls, échappent à ce puissant et rusé totalitarisme, ceux qui demeurent pleinement en D.ieu, ceux qui ont compris ce que signifie « la Vérité vous affranchira ». Ces derniers ne sont donc pas de ce monde, et ne résident sur cette Terre qu’en qualité d’étrangers, mais surtout en qualité d’ambassadeurs du Royaume qui vient. Ce Royaume et Son Roi n’ont rien de ce monde. Ce monde est fondé sur le mensonge et la mort, le Royaume est de la Vérité et de la vie.

Le Satan possède-t-il réellement le pouvoir sur la Terre ? La réponse à cette question est terrible, la Bible nous le confirme : « Et le diable, le menant sur une haute montagne, lui montra, en un instant, tous les royaumes de la terre habitée. Et le diable lui dit, Je te donnerai toute cette autorité et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. » (Luc 4:5-7 DRB)

Le Seigneur, protagoniste de la scène, ne démentit pas le Satan. Néanmoins Il n’accède pas à la proposition diabolique, tandis qu’à terme un « autre »  l’acceptera. « Et la bête que je vis était semblable à un léopard, et ses pieds comme ceux d’un ours, et sa bouche comme la bouche d’un lion ; et le dragon lui donna sa puissance et son trône, et un grand pouvoir. » (Ap.13:2 DRB)

Le Satan a toute latitude de régner sur la Terre par son propre principe : le mensonge. Mais qu’est-ce que le mensonge sinon une absence de vérité ! Il suffit alors au mensonge d’œuvrer pour mettre en doute les vérités, les infantiliser, les rendre désuètes, les dénigrer, les teinter d’obscurantisme et de conservatisme, les chasser des cœurs, des pensées et des principes. La vérité abandonnée laisse un vide que le mensonge comblera de malfaisance et de malheur. La puissance du mensonge se décline en de multiples activités, car le mensonge ne reste pas sous forme latente, mais il se concrétise par de réels projets humains, séduisants mais détestables, dont les objectifs concourent à la destruction de la Parole divine.

« Pourquoi s’agitent les nations, et les peuples méditent-ils la vanité ? Les rois de la terre se lèvent, et les princes consultent ensemble contre YHWH et contre son Messie, rompons leurs liens, et jetons loin de nous leurs cordes ! Celui qui habite dans les cieux rira, le Seigneur se moquera d’eux. Alors il leur parlera dans sa colère, et, dans sa fureur, il les épouvantera, Et moi, j’ai messié mon roi sur Sion, la montagne de ma sainteté.” (Ps.2:1-6)

Le Satan a ainsi reçu tous pouvoirs, SAUF contre la Parole de Vérité, sauf contre le Messie Roi. C’est pour cela que la Parole est l’ennemi prioritaire du satan. N’a-t-il pas cherché à séduire le Messie Lui-même dans l’épisode de la tentation dans le désert ! Car c’est Lui qui est la Parole. Comment le Seigneur répliquait-Il aux propositions fallacieuses du diable ? Par la Parole. Le Seigneur, Parole issue du Père, nous enseigne que la réponse de refus et de résistance au mensonge est de s’ancrer sur la vérité et, pour ne pas s’y tromper, sur la vérité de la Parole écrite. À trois reprises le séducteur lui suggère des vérités tronquées, à chaque fois le Seigneur lui répondra par la Parole : « il est écrit …» (voir Matthieu 4:1-11)

Un processus mortel 

Après avoir trompé et entrainé le couple adamique à explorer des chemins divergents de la voie divine, le serpent-Satan l’a exposé à la sentence divine : à l’expulsion de l’Éden et à la mort programmée. Le mensonge, le doute, la mise en pratique du mensonge, le bénéfice apparent et excitant du fruit du mensonge, finissent par séduire durablement. Le mensonge et ses corrélatifs deviennent l’état d’être et le mode de fonctionnement de l’humanité. Les fruits qui suivent sont la violence, le meurtre, la mort. C’est à l’extrême de cette logique satanique que la première humanité adamique périt par le déluge.

Quel fut le schéma type et fondateur du processus malin qui marquera l’humanité ? « Et Qaïn parla à Abel son frère ; et il arriva, comme ils étaient aux champs, que Qaïn se leva contre Abel, son frère, et le tua. » (Ge. 4:8 DRB) Qaïn parle à son frère. Pourquoi ? Deux projets messianiques ont été présentés. Celui d’Abel fut agréé d’Élohim car il procédait de justice et d’amour, à travers la vision d’un sacrifice nécessaire à la réparation de la relation de l’homme et de son Créateur. Celui de Qaïn s’appuyait sur le mérite de l’homme qui travaillerait « la Terre ». La Terre maudite et l’homme déchu sont associés pour se rehausser jusqu’au divin. Cette dernière proposition relevait de la pensée du serpent.

C’est ainsi que Qaïn parla à son frère. Où ? Dans les champs, son territoire. C’est là qu’il tentera de convaincre son frère Abel de la supériorité de son projet, c’est dans son œuvre, dans le champ terrestre de ses activités qu’il cherchera à l’entrainer pour lui exposer tout l’intérêt et la beauté abusive de son labeur, et à le persuader qu’il n’est nul besoin de « sacrifice de vie » pour parvenir à réinvestir l’Éden. Abel ne se laissa pas submerger par cette vision certainement séductrice mais mensongère. Qaïn, premier bâtisseur-maçon de ville, tua Abel. Pourquoi le tuer ? Parce que la logique mensongère est ainsi organisée : orgueil, mensonge, haine, violence, meurtre. C’est une systématique. Le mensonge ne supporte pas la vérité, face à laquelle il ne peut que faire illusion, car le mensonge est incapable de proposer de solutions accomplissant paix, justice, harmonie. Cette impasse conduit les partisans du mensonge et de l’iniquité à faire taire la vérité en exterminant tout ce qui en fait les supports. L’Histoire témoigne de manière criante de ces systèmes basés sur le mensonge qui n’ont su engendrer que haine ou meurtre. Notre époque est très loin d’en être exempte, bien au contraire. « Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier dès le commencement, et il n’a pas persévéré dans la vérité, car il n’y pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et le père du mensonge. » (Jn. 8:44 DRB).

La guerre gagnée d’avance 

Seduction-par-le-serpentLa sentence divine sur le couple adamique touchait par justice la relation femme-serpent qui fut à l’origine de la séduction. C’est en somme le futur rapport entre « la femme » et « le serpent » qui se décidait, conformément aux projections prophétiques souvent conséquentes des comportements humains. En s’adressant au serpent Dieu dit : « et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et sa semence. Lui Il t’écrasera la tête, et toi tu lui mordras le talon. » (Ge. 3:15 DRB)

Il ressort de ce jugement que la semence du serpent et celle de la femme, deux humanités ou deux descendances, le Messie et l’antimessie, s’opposeront. Si le serpent est annoncé « tête écrasée » ce qui signifie sa disparition, la femme, quant à elle n’est touchée qu’au talon ; elle n’est pas éliminée. « Et quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il persécuta la femme qui avait enfanté le fils mâle. Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât dans le désert, en son lieu … Et le dragon fut irrité contre la femme, et s’en alla faire la guerre contre le résidu de la semence de la femme, ceux qui gardent les commandements de D.ieu et qui ont le témoignage de Yéshoua. » (Ap.12:13-17 DRB)

Le texte d’Apocalypse confirme que la sentence prophétique de Genèse trouvera sa réalisation. Le dragon, le serpent ancien ne peut atteindre la femme, mais il s’évertuera à éliminer sa semence. Néanmoins et malgré les terribles persécutions, la victoire de la semence de la femme est actée depuis la Genèse. La semence du serpent subira les jugements.

Détruire la Torah ou tuer le Christ

« … Moshéh ne vous a-t-il pas donné la Torah ? Et nul d’entre vous n’observe la Torah. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? La foule répondit et dit, tu as un démon ; qui cherche à te faire mourir ? » (Jn. 7:18-20 DRB)

Ce texte est extraordinaire, tellement il nous plonge au cœur du sujet. Texte tellement clair qu’il échappe à la compréhension de notre 21ème siècle, comme il échappait à la foule du 1er siècle qui répondait: « tu as un démon, qui veut te tuer ? ». Effectivement, sans considérer l’aspect spirituel de la Parole du Seigneur, il est difficile de relier les deux éléments de phrase : «vous n’observez pas la Torah » et « pourquoi cherchez-vous à me faire mourir » qui sont néanmoins indissociables. Le premier est la raison du second. Comprenons ce que le Seigneur dit : ne pas observer la Torah, c’est ne pas observer l’ordre de D.ieu, c’est désobéir, c’est se laisser séduire à l’invitation du serpent. C’est aussi se trouver toutes sortes de justifications intellectuelles, flattant l’intelligence, pour interpréter la Torah et ne plus l’observer. C’est la rejeter, la détruire. Le principe ainsi engagé a pour but de vider la vérité et de la remplacer par le mensonge, et à terme par le meurtre.

Le Seigneur Yéshoua est la Parole issue du Père, Il est la Torah, la Torah vivante. La logique spirituelle et évidente qui s’ensuit est que les hommes de la « semence du serpent » seront conduits à « faire mourir » Celui qui est Torah. C’est ce qu’ils firent. Tuer le Christ et détruire la Torah sont une et même action. Ce développement persiste, le monde de notre époque « travaille » à la destruction de la Parole conjointement au meurtre de tous ceux qui l’observent.

«… vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n’a pas d’entrée auprès de vous … mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai ouïe de Dieu … Pourquoi n’entendez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez pas ouïr ma parole. Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier dès le commencement» (Jn. 8:37-44 DRB)

Vous n’observez pas la Parole de la vie, c’est pourquoi vous cherchez à nous faire mourir. Mais qui cherche à vous faire mourir ? Vous, car vous êtes la semence du serpent. Cette phrase pourrait être une interpellation toujours de mise. Ne sommes-nous pas les témoins de la haine dont sont l’objet aujourd’hui Juifs et “chrétiens” (Y compris les vrais “disciples” par les “chrétiens religieux”) ? « L’esclave n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. » (Jn. 15:19-20) Étonnamment, c’est aux religieux que s’adressent prioritairement les paroles réprobatrices du Seigneur. Pourquoi ? parce qu’ils sont les premiers à modifier le sens de la Parole en lui adjoignant toutes sortes de développements issus de leurs réflexions qu’ils appellent «tradition, théologie …» puis ils en instruisent le plus grand nombre. Le Seigneur s’oppose évidemment à leurs mensonges, et lorsqu’Il le fait c’est aussi avec toute la puissance de la Torah de vérité. Cela, ils ne peuvent l’accepter sans renier «leur tradition» alors ils déclarent le Seigneur comme ennemi à abattre. C’est encore selon ce principe que toutes les expressions religieuses et laïques de ce monde, dominé par le Satan, se coaliseront et tenteront de détruire la Parole et de faire la guerre à ceux de la semence de la femme qui gardent « les commandements d’Élohim et le témoignage de Yéshoua ». Toutefois le Messie de D.ieu, Yéshoua le Fils, est vainqueur, Sa victoire est actée depuis le Golgotha.

« Et alors paraîtra l’impie* que le Seigneur Yéshoua détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il écrasera par l’éclat de son avènement. » (2Th. 2:8)

Le mot grec [*anomos anomoj] est traduit par : impie, méchant, péché, révolte … Le terme « sans loi ou sans Torah » est plus juste. Car celui qui renie la loi-Torah divine, l’antimessie, sera détruit par la Parole qui est le Esprit de la bouche du Messie. Il aura « la tête écrasée » conformément à la sentence de Genèse, lorsque le Messie-Roi posera Ses pieds sur Terre, à Son retour.

La roue du diable – la méthode

« Et le serpent dit à la femme, vous ne mourrez point certainement ; car D.ieu sait qu’au jour où vous en mangerez vos yeux seront ouverts, et vous serez comme D.ieu, connaissant le bien et le mal. » (Ge. 3:1-5 DRB) Que dit le serpent ? Que ne dit-il pas ? Le serpent dit : vous ne mourrez pas. Pourquoi ? Parce que vous deviendrez comme des dieux. Vous connaitrez tout, y compris ce que sont le bien et le mal, car les deux voies sont équivalentes, il suffit de les explorer, ne vous laissez pas limiter par ce Dieu. Donc vous trouverez en vous-mêmes la capacité de vivre éternellement par votre intelligence. Et Ève vit que l’ « arbre était bon à manger, agréable à voir, et propre à donner de la connaissance », ce qui est tout un programme !

Le serpent ne dit pas : que la désobéissance modifie immédiatement la relation d’harmonie et de confiance avec Celui qui est l’unique source de la Vraie Vie. Ils perdirent leur « tunique » de sainteté, ils virent qu’ils étaient nus et sans défense au regard de la boite de Pandore maléfique qu’ils venaient d’ouvrir. Désormais ils vivront en équilibre instable entre le fruit du bien qui est la bénédiction et le fruit du mal qui est malédiction. Et la Terre entière en sera infectée par le règne du menteur et meurtrier dès l’origine.

Mentir pour tromper, séduire pour détourner de la vision divine, réduire, ridiculiser, détruire toutes expressions de vérité, avilir l’humanité, tuer, exterminer, retourner au « tohou bohou », pour accomplir ce funeste dessein le Satan s’en prend d’abord au commandement divin, qui était en Éden très clair : ceci tu peux manger, cela n’en mange pas. Qui a-t-il de différent aujourd’hui ? N’avons-nous pas toujours les mêmes recommandations de notre Père ? Ce commandement-Torah, entièrement développé en Yéshoua, n’est-il pas le même ? Faites ceci et vous vivrez, si vous faites comme les nations vous mourrez !

« Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel, si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; or le pain aussi que moi je donnerai, c’est ma chair, laquelle moi je donnerai pour la vie du monde … Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est en vérité un aliment, et mon sang est en vérité un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi et moi en lui. » (Jn. 6:51-56 DRB) La relation à la bonne nourriture est ici mise en lumière définitivement par le Seigneur : si Je suis votre nourriture exclusive, vous vivrez, d’autre nourriture vous n’en prendrez pas car vous mourrez !

Détruire la
 « Torah »

Il est ecritLa Parole, la révélation divine se distribue logiquement de bouche à oreille, de cœur à cœur, c’est ce qui apparaît de prime abord, y compris lorsque le Esprit inspire les prophètes. Ces derniers s’expriment prioritairement de vive voix. Mais l’homme, dont le cœur est devenu mauvais, n’est plus en capacité de transmettre ni de recevoir sans corrompre la parole parlée. Le cœur de l’homme n’étant pas constant et porté à l’affabulation ou aux arrangements de circonstance, la révélation se fit « écrite » particulièrement à partir de la sortie d’Égypte. L’écrit deviendra le moyen de garder la mémoire non altérée de la révélation. Désormais ce sera un peuple entier qui est désigné pour porter et transmettre, à partir de l’écrit « Torah », les prescriptions de vie à toutes les nations. Ce rôle est échu à “Israël” (“l’Israël de D.ieu”, différent de “l’État d’Israël”*). Si la Parole dut s’écrire sur la pierre ou le papier, bientôt, avec l’incarnation du verbe, elle redevient dans la chair Souffle et puissance de la présence du divin en l’homme. Ce qui n’annule en rien et ne modifie en rien la référence écrite.

L’ordre de D.ieu est: Vivez, car Je suis le Vivant …

La Torah-Yéshoua en l’homme est l’assurance de la vie. Satan s’opposera donc de nouveau à la Parole dans toutes les particularités de son enseignement et s’attaquera à tous ceux qui la supportent, les enfants de D.ieu, le “tout Israël”, et bien évidement à Celui qui est la Parole : Yéshoua.

La tactique du destructeur 

Préalablement à toute révélation:

Le Satan imposera ses normes par la dictature du mensonge et du meurtre. Les empires des «bâtisseurs de villes» en sont l’illustration, avec leur cortège de malédictions : Babylone, Égypte Sodome et leurs déclinaisons successives qui fleurirent en toutes époques.  Idolâtrie, occultisme, despotisme, avilissement et déstructuration de l’humanité par l’iniquité et la souillure sont toujours notre actualité.

Face à la révélation:

Il tentera de supprimer le porteur ou futur porteur de la révélation. Ce fut le cas d’Abel, de Moïse, de la majorité des prophètes, de Yéshoua, des disciples en mission d’annonce de la « Bonne Nouvelle ». Par les nombreux moyens qui sont à sa disposition, il tuera les serviteurs du vrai D.ieu, les empêchera d’agir. Le moteur de son action malveillante reste le mensonge et les adeptes du mensonge qui ne peuvent supporter la présence ou l’expression de la vérité, car elle les condamne.

Face à la parole écrite:

Il lui faudra prohiber la connaissance de la vérité, en interdisant le livre et sa lecture ou en distillant les enseignements par des initiés du mensonge qui occulteront ou distordront le vrai message. Cette dernière méthode constitue le plus grand scandale.

Il fera déprécier les écrits :

– par les discours idéologiques,
– par les philosophies,
– par l’amalgame aux fausses religions, syncrétisme et tradition primordiale
– par la théologie globalisante,
– par les exégèses déstabilisatrices,
– par les sciences athéistes,
– par les discours et commentaires réducteurs et la moquerie,
– par des campagnes médiatiques orientées,
– par les traditions et les traductions tendancieuses,
– par les adjonctions de dogmes étrangers,
– par la destruction des preuves historiques et des acteurs (Israël ; judéo christianophobie),
– par les faussaires et les révisionnistes de l’Histoire…
– la liste pourrait s’allonger à souhait, tant la panoplie du menteur est fournie…

L’arsenal du
 « sans Torah » pour son Nouvel Ordre Mondial 

Un mot d’ordre : détruire les acquis universels de la Torah. Toutes les notions de l’organisation divine sont combattues méticuleusement.

– D.ieu le Père, le Fils-Messie
– L’homme et sa relation à D.ieu (Élohim)
– Le couple homme-femme
– La relation familiale
– La procréation
– La sacralité de la vie
– L’homme dans la société
– La nation
– La justice et la miséricorde
– La bénédiction du « pain par le travail »
-Tout ce qui est la déclinaison de « Aime Dieu par-dessus tout et ton prochain comme toi-même ».

A ces sujets, le Satan a mis les bouchées doubles sachant que son temps est compté !

Les axes de travail du mensonge aujourd’hui:

L’argument séducteur qui est imposé aux consciences est : «liberté» et«tolérance» en s’appuyant sur l’émotionnel, tout en prônant «la loi du plus
fort» et l’individualisme.

La méthode :
Promotion organisée à l’échelle mondiale du mensonge ; censure de la vérité …

L’organisation :
Secret, contrôle des médias d’information et de divertissement, dictature intellectuelle très vigilante, multiplication des organismes centraux mondiaux et de manipulation occupant tous les domaines décisionnaires, économiques, intellectuels, religieux …

Les actes:

– perversion culturelle générale par l’info
– démoralisation des défenseurs de la vérité
– prise en main de l’éducation de la jeunesse par la désinformation et la normalisation médiatique (cinéma, télé, informatique, jeux, désengagement
familial)
– manipulation du langage et des esprits jusque dans la vie privée
– pouvoir lobbyiste, manipulation politique
– discrimination d’expertises, falsifications des résultats statistiques, sondages manipulés.
– effet de foules, amplifié par les réseaux modernes d’infos.
– augmentation sensible des capacités de surveillance et de fichage des populations
Etc.…

La liste est longue et n’émane pas d’organismes «conspirationnistes », c’est un constat que chacun peut réaliser à partir de l’observation au quotidien.

Les travaux impliquant les « évolutions » :

L’ensemble des décisions citées ci-dessous n’est pas exhaustif. Il illustre comment les «forçages» législatifs s’opposent en l’occurrence à la «Loi» divine exposée dans la Parole. Sous des prétextes souvent fallacieux les décideurs de ce siècle légifèrent à la transformation dramatique de la société. Nous comprenons bien que toutes ces initiatives sont préparées dans les alcôves du satanisme universel. Elles sont basées sur des mensonges organisés.

(!) La démographie serait une menace, les ressources sont insuffisantes ( !)

Conclusion :  Il faut réduire drastiquement la population et pour cela la notion culturelle de la sacralité de la vie doit « évoluer ». Les actes favorisant les éliminations doivent faire l’objet d’une modification de vocabulaire pour déculpabiliser les acteurs. La démonstration médiatique du bien- fondé sera orientée sur l’émotionnel :

– Contraception sans limite (liberté sexuelle)
– Avortements (Interruption Volontaire de Grossesse, disposer de son corps)
– Euthanasie (accompagnement de fin de vie)
– Légalisation des drogues (réponse au stress)
– Alimentation des conflits armés (libérer les populations tyrannisées)
Etc.…

D’autres analystes disent : la planète bien gérée peut satisfaire 20 milliards d’individus. La Torah dit : « remplissez la Terre, assujettissez-la, et tu ne tueras pas».

(!) La famille est une notion culturelle qui freine l’évolution de la société (!)

Conclusion : La notion famille se doit d’être« évolutive » :

– Facilité des divorces (mariage républicain franc-maçon)
– Dénormalisation des rôles père-mère-enfants (et “égalité des sexes” !)
– Libération de la sexualité et liberté dans les couples
– Droits reproductifs
– Manipulations embryonnaires (Multi-parentalité) – déconnection de la conception et du couple
– Homosexualité
– Réseaux « communautaires ».

Ces choses ne sont plus de la science fiction, nous les vivons. La Torah dit : « c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’unira à se femme et ils formeront une seule chair ».

(!) Les problèmes d’aujourd’hui sont planétaires, un Nouvel Ordre Mondial s’impose ( !)

Conclusion : Il faut que les décideurs « éclairés » soient aux commandes du monde :

– Affaiblissement des États et des pouvoirs politiques
– Désengagement total des États dans l’économie (Ex: Traité de Lisbonne en Europe)
– Maîtrise des monnaies (une monnaie unique dématérialisée)
– Déréglementation ; suppression des services public
– manipulation des mouvements de masse
– Centralisation des grands ministères mondiaux (paix, industrie, santé, climatologie, alimentation, justice, finance …)
– Infiltration des tissus sociaux par une multitude d’ONG. Lobbying d’influence.
– Contrôle des individus

Sans évoquer la main mise sur la majorité des médias.
Etc.

Tous les domaines de la vie sur Terre sont entre les mains du menteur et de ses serviteurs conscients ou inconscients. C’est une dictature qui ne donne pas encore son nom.

Les acteurs 

Les serviteurs de l’ombre, pour ne pas dire des ténèbres, sont secrets mais, signe des temps, ils se cachent de moins en moins. Les serviteurs des ténèbres forment implicitement sous de nombreuses étiquettes une « confrérie » anti-messie. Ennemis des saints et de tout ce qui peut s’appeler “Israël”, ils préparent consciemment ou inconsciemment l’intronisation de leur champion: l’antimessie, l’homme sans Torah. Ils possèdent, richesse, puissance et influence.

Ils sont souvent à l’origine des projets de loi et des grandes modifications touchant tous les domaines de la planète. Ils participent aux travaux d’organismes reconnus et écoutés, dont les rangs sont peuplés de grands noms. Ces organismes dont les fonctions sont complémentaires participent au même objectif : celui du « menteur et meurtrier dès l’origine » qui a le pouvoir sur la terre ! Leurs travaux sont financés par les grandes fortunes et par les contribuables. Ils travaillent dans « leur champ qu’est la Terre » en y réalisant des œuvres remarquables, séduisantes, mais maléfiques à la mode de leur modèle et patron : « Qaïn »

C’est une véritable nébuleuse d’organismes dont les relations et les ramifications donnent le vertige jusqu’à douter de la réalité de ce «système ». La liste suivante cite les plus sulfureux d’entre eux, dont l’existence est niée ou dont l’influence est minimisée, réduite à la dimension de discussions de salon entre « gentlemen » érudits.

Illuminatii : Élite dans l’élite, les maîtres du monde, issue de la « confrérie du serpent » babylonienne – 3000

Skull and bones : Réseau de présidents et d’hommes influents politiques, diplomatiques et du renseignement.

Bohemians club : Économie, finance, politique, relation à culte païen et satanique

Groupe Bilderberg : Réseau très puissant mondialiste convaincu, politique, économique, finance, média, armée, services secrets, scientifique et universitaire

Trilatéral Commission : Multinational, gouvernants pays riches, partisans libéralisme, porteurs du NOM

Concil of Foreign Relation (CFR) : Travaux sur les buts de guerre dans l’intérêt des membres et hors tout contrôle démocratique. Écriture de l’Histoire officielle

World Economic Forum Davos-Genève

Institut Français des Relations Internationales
…etc.

La franc-maçonnerie est omniprésente dans ces organismes. (Réf : de la dictature du mensonge à la libération – Daniel Peyron)

« Malheur à eux ! Car c’est dans la voie de Qaïn qu’ils sont allés, c’est dans l’égarement de Bilam qu’ils se sont jetés. » (Jude 1:11)

Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez pas ! 

Face à ces « puissances » du monde, écrasantes, malignes, qui foulent toute la Terre, et dont nous connaissons le dessein, notre Chef nous exhorte à la confiance et au calme, car Il combat pour nous. « C’est moi qui ai sacré mon roi sur Sion, ma montagne sainte. Je publierai le décret de YHWH : Il m’a dit : Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. Demande, et je te donne les nations pour héritage, pour domaine les extrémités de la terre ; tu les briseras avec un sceptre de fer, comme un vase de potier tu les casseras. » (Ps. 2:1-9 Jer)

Ceci nous assure que la Terre ne restera pas sous la domination du menteur.

« Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute–puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Ép. 6:10-12 NEG)

Père, protège tes enfants du mensonge et des mains du meurtrier. Accorde-nous la puissance de Ta présence pour témoigner de la Vérité, pour annoncer au nom de Yéshoua « La Bonne Nouvelle de Ton Royaume ». « Car YHWH, ton Dieu, marchera lui–même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point. » (De. 31:6 NEG)

LA PENSÉE ANTI-MESSIE 

Deux textes, l’un de Jean, l’autre de Paul, nous permettrons d’établir le sens de notre réflexion sur un sujet aussi immense que celui de l’anti-messie.

« Et tout souffle qui n’atteste pas Yéshoua Messie n’est pas d’Élohim ; mais c’est celui de l’antimessie*, duquel vous avez ouï dire qu’il vient, et déjà il est dans le monde. » (1 Jn. 4 :3)

« Et alors paraîtra l’impie* que le Seigneur Yéshoua détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il écrasera par l’éclat de son avènement. » (2 Th. 2:8)

*anti-messie ou ante-messie. Grec : ANTICRISTOU [antikhristou]
*le sans loi ou sans Torah. Grec : O ANOMOS [ô anomos]

Notre propos et une remarque générale 

Nous fixerons notre propos sur la nature de la pensée et de l’action « anti-messie » sans entrer dans la recherche de l’identité de ce personnage haut en couleur annoncé par plusieurs prophètes. En évitant les spéculations propres à notre temps, nous nous intéresserons à savoir pourquoi une approche de ce sujet est nécessaire pour clarifier notre témoignage et être plus précis en termes de dénonciation des mensonges et de leurs conséquences. Les deux textes préambules présentent des notions complémentaires concernant la notion anti-messie : une déclaration généraliste portée par Jean, qui détermine la nature de l’anti-messianisme, et une déclaration d’évènements concrets, s’inscrivant dans la prophétie, portée par Paul.

Un point commun se constate dans les deux versets : Jean utilise le terme de « antimessie » ou « ante-messie » ; Paul utilise le terme de « sans loi ». Effectivement ces deux désignations se confortent. Si ce personnage ou son système est « sans loi », il ne peut que s’opposer à Celui qui est Torah (loi) vivante ; le Messie d Dieu. De plus, le suffixe grec « anti » a une connotation de « opposé à », et selon certaines versions « ante » qui suggère le « devant ». Au regard du thème, les deux possibilités sont compatibles, car le mensonge et l’imposteur s’imposent avant (ante) le Véritable, et ils s’opposent (anti) évidemment à ce dernier.

L’apport de Jean 

« Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Yéshoua est le Messie ? Celui-là est l’antimessie, qui nie le Père et le Fils. » (1 Jn. 2:22)

« car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Yéshoua Messie venant en chair, celui–là est le séducteur et l’anti- messie. » (2 Jn. 1:7)

« Petits enfants, c’est la dernière heure ; et comme vous avez entendu qu’un anti-messie vient, maintenant aussi plusieurs anti-messies, par quoi nous savons que c’est la dernière heure » (1 Jn. 2:18)

Jean n’expose pas sur la révélation eschatologique de l’antimessie. Il dit dans son texte préambule que le souffle (pensée, inspiration, esprit) de l’anti-messie est déjà dans le monde et inspire les hommes pour en faire des serviteurs du Satan. Nous comprenons que depuis la chute adamique, et la première manifestation du projet messianique mensonger de Qaïn, la pensée de l’adversaire a marqué toute l’Histoire de son influence. La séduction par le mensonge, qui précède toujours le meurtre, sera répétée en de multiples occurrences historiques dramatiques, nos livres d’Histoire en témoignent. Il y a plusieurs anti-messies dit Jean, ne pensons donc pas dans notre précipitation que le prochain candidat potentiel sera automatiquement l’ultime anti-messie. Jean met en évidence la nécessité d’être toujours sur nos gardes. Jean insiste sur les critères de : menteurs, séducteurs, multiples anti-messies.

Le mensonge consiste dans la négation maligne ou affichée de la messianité de Yéshoua, de Sa filiation dans la révélation du Père ET du Fils. Car celui qui n’a pas le Fils n’a pas davantage le Père et réciproquement. Toutes déclarations qui ne satisfont pas cette vérité sine qua non sont « mensonge, séduction et antimessie ». Le Père ne se manifeste que par le Fils, ce qui implique que celui qui n’a pas le Fils n’a pas non plus le Père. Tout discours controversant serait inutile.

S’il ne s’agissait que de dire du bout des lèvres une telle déclaration pour ne pas paraître « anti-messie » la tromperie serait aisée. Renier le Messie, c’est faire clairement preuve d’anti-messianisme, mais le déformer, le mésestimer, l’adapter aux besoins d’une dogmatique mensongère est tout aussi grave et révélateur de la soumission à l’influence du menteur et meurtrier dès l’origine : le Satan.

Pour nous-mêmes, posons-nous la question. Lorsque nous disons : Yéshoua est le Messie, le Fils du D.ieu Vivant, le disons-nous comme le dit Pierre, par une révélation du Père dans le cœur, ou le disons- nous par apprentissage comme nous réciterions un texte quelconque ?

« Par cela, je vous fais connaître que personne, parlant dans le Esprit de Dieu, ne dit : maudit est Yéshoua, et personne n’est capable de dire: Seigneur est Yéshoua, sinon dans le Saint-Esprit » (1 Co. 12:3)

L’apport de Paul 

« Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme impie [l’homme sans loi, sans torah] » (2 Th. 2:3)

« Or le Esprit le dit en clair : dans les derniers temps, certains apostasieront l’adhérence, pour suivre des souffles errants, des enseignements de démons. » (1 Ti. 4:1)

« Son apparition [du sans loi] se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et en toute séduction d’injustice pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Et à cause de cela, D.ieu leur envoie une énergie d’erreur pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux-là soient jugés qui n’ont pas cru la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice.» (2 Th. 2:10 )

Voici une déclaration qui se rapporte aux circonstances de l’apparition du « dernier despote satanique » avant le retour en gloire du vrai Roi ; Yéshoua. Paul met en garde les Thessaloniciens contre toutes nouvelles erronées concernant le retour du Seigneur. Ce retour ne se fera que lorsque « l’homme sans Torah » se sera manifesté, et que l’apostasie, c’est-à-dire l’abandon de l’adhésion à la vérité, soit devenu quasi mondiale. Cette apostasie précède et accompagne l’intronisation de « l’homme représentant suprême » du mal incarné. Paul précise ensuite comment et pourquoi cela sera rendu possible. Il rejoint les axes déjà énoncés par Jean : séduction efficace à cause de l’affection pour l’injustice et l’absence du souci de la vérité. Séduction puissante accompagnée d’une énergie d’erreur pour que le diktat mensonger devienne pour les séduits une vérité indiscutable. La pensée unique hégémonique de l’anti-messie triomphera pour un temps. L’humanité incrédule sera réduite à croire au mensonge. C’est terrible ! C’est la nuit où personne ne peut travailler.

Dieu n’existe pas affirmeront les uns, Dieu n’a pas de Fils diront les autres, le Dieu de la Bible n’est pas le vrai Dieu … Yéshoua n’est qu’un homme prophète exceptionnel, un opportuniste de l’Histoire. Ou encore, il est bien le Messie, fils de David, roi des Juifs, roi d’Israël, annoncé par les prophètes, mais il n’est pas de filiation divine (d’Élohim). Ce Yéshoua n’est pas ressuscité prétendront encore d’autres, etc. Bien évidemment chacun avancera ses arguments plus ou moins recevables de philosophie, de tradition. Tout est bon pour égarer, troubler.

Si ce n’est pas suffisant et pour en finir avec les irréductibles « fidèles » alors le mensonge deviendra meurtre. Car telle est la démarche obligée du Satan. Mais cette méthode n’est-elle pas développée depuis l’origine ? N’a-t-elle pas augmenté en puissance depuis la venue du Seigneur ? Ne s’est-elle pas surpassée au 20ème siècle ? Oui bien sûr. Ne vit-on pas aujourd’hui une nouvelle menace encore plus terrifiante ? Et le monde sera d’accord, car comme le dit Paul : « ils ont pris plaisir à l’injustice ».

« Malheur à vous, la terre et la mer, car le diable est descendu vers vous, emporté de fureur, sachant que peu de temps lui reste. » (Ap. 12 :12)

Autres caractéristiques 

« Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. » (Jn. 5:43)

« Le roi fera ce qu’il voudra ; il s’élèvera, il se glorifiera au-dessus de tous les dieux, et il dira des choses incroyables contre le D.ieu des dieux ; il prospérera jusqu’à ce que la colère soit consommée, car ce qui est arrêté s’accomplira. Il n’aura égard ni aux dieux de ses pères, ni à la “filiation divine (d’Élohim)” qui est l’objet du désir des femmes ; il n’aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au–dessus de tous. » (Da. 11:36-37)

Un des critères déterminant de l’anti-messie ultime est ici brossé. Il se réclame de son propre nom, il n’a d’égard pour aucune “divinité” (filiation d’Élohim). Il se positionne par ses discours au-dessus du “divin” et méprise le “divin”, peut-être en expliquant que l’homme est la puissance suprême dont il est lui-même le représentant ! Cette particularité exclurait les religions que l’on soupçonnerait d’être l’antimessie en titre, comme le prétendent certains vis-à-vis du Vatican ou de l’Islam ou du judaïsme, qui joueraient ce rôle d’anti-messie en exclusivité. Sans toutefois les blanchir de toutes compromissions ou prostitutions avec ce dernier, car elles font partie du dispositif dont l’anti-messie se servira. Certaines religions des plus connues ont bien servi le Satan, et elles continuent à le faire, étant elles-mêmes adeptes du mensonge, de la séduction, voire du meurtre. En effet si l’anti-messie ultime s’élève au-dessus de tout ce qui s’appelle “dieu”, et n’a d’égard pour aucun “dieu”, il serait inutile de spéculer sur les systèmes religieux. Les adeptes de ces systèmes ne seraient alors au regard de la pensée anti-messie que des manipulés, des séduits ou des collaborateurs de circonstance, qui après avoir servi la cause de l’anti-messie feront office de « dindon de la farce ». C’est ainsi que se terminera le parcours de Babylone la mère des prostitutions.  (Toutefois, chronologiquement, la première fausse religion, “la mère”, c’est Rome… issue de Babylone).

La caractéristique anti-messie serait alors le « sans d.ieu », « sans loi » donc anti D.ieu, anti-Torah. Notre proche Histoire du 20ème siècle est remarquable à ce titre si l’on considère le nazisme hitlérien et le bolchévisme stalinien. Un peu plus loin dans le temps, la Révolution française ne fut-elle pas elle-même portée par la même pensée exprimée par les « philosophes des lumières » ? Les hommes de l’anti-messie étaient déjà et secrètement à l’œuvre, répandant leur pensée dans le monde, manipulant l’Histoire et préparant l’heure de la révélation de leur « surhomme – le sans Torah ». (Il faut remarquer à ce sujet que “l’impie” osera “se proclamer Dieu”, ce que Yéshoua n’a jamais fait… et que la tendance évangélique actuelle est à déclarer “la Loi abolie”… ce qui nous donne un “Jésus sans Torah” !) 

Autres éléments à retenir 

« Fils de l’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur YHWH : Ton cœur s’est élevé, et tu as dit : je suis D.ieu, je suis assis sur le siège de D.ieu, au sein des mers ! Toi, tu es homme et non D.ieu, et tu prends ta volonté pour la volonté de D.ieu. Voici, tu es plus sage que Daniel, rien de secret n’est caché pour toi ; par ta sagesse et par ton intelligence tu t’es acquis des richesses, tu as amassé de l’or et de l’argent dans tes trésors ; par ta grande sagesse et par ton commerce tu as accru tes richesses, et par tes richesses ton cœur s’est élevé. » (Ez. 28:2-10 NEG)

Si ce texte se réfère au prince de Tyr, plusieurs estiment qu’il intéresse aussi l’anti-messie ultime. Son cœur est enflé à cause de l’abondance de ses richesses. Ce qui ne se limite pas à la possession d’or et de choses précieuses, mais à toutes autres nuances de pouvoir, tant ce « surhomme » sera préparé et pourvu par ses parrains lucifériens. L’abus de richesses, de pouvoir, d’intellectualisme étouffent la Vérité. « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres ; car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre, vous ne pouvez servir D.ieu et les richesses. » (Luc 16:13 )

Note de JYH: J’y ajoute la différence suivante:
– Il est dit de Yéshoua: “lequel, existant en forme de Élohim (“Dieu”), n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Élohim (“Dieu”). (Phil 2:6).
– Il est dit du “satan”: « tu es l’astre brillant qui disais en ton cœur : je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de D.ieu, je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, à l’extrémité du septentrion ; je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très-Haut. » (Esaïe 14)

Il existe dans les livres de la nouvelle alliance deux mots grecs dont la valeur numérique équivaut à 666. Ce nombre est représentatif du pouvoir de la Bête apocalyptique. C’est aussi le nombre de talents d’or que Salomon recevait chaque année. C’est aussi le nombre des fils d’Adoniqam qui revinrent d’exil emplis de Babylone. Symbole de réussite, il est aussi le symbole de l’empreinte dictatoriale du Satan. Combien d’ « églises » et de « méga Church » riches à millions, cotées en bourse, se sont ainsi fourvoyées dans « l’évangile de la prospérité » à cause du fer de lance de Mammon : l’argent.

– 1er mot : EUPORIA [euporia]
Abondance de richesse : 5+400+80+70+100+10+1 = 666

Le second est relatif à un type de faux enseignement. « Et il leur dit, vous annulez bien le commandement de D.ieu, afin de garder votre tradition. » (Mc. 7:9 )

« Car il y a beaucoup d’insoumis vains discoureurs et séducteurs (de déraison), principalement ceux issus de la circoncision, auxquels il faut fermer la bouche, qui bouleversent des maisons entières, enseignant ce qui ne convient pas, pour un gain honteux. » (Ti. 1:10)

Nombre de religions ou sectes issues de la Bible, juives et chrétiennes, imposent leurs « traditions » en les infiltrant dans la Parole avec laquelle elles se retrouvent en compétition jusqu’à l’étouffer. Le Seigneur nous a prévenus contre les conséquences de ce type de déviation qui s’apparente au travail du levain, qui ne s’affecte pas qu’au seul judaïsme mais d’autant au christianisme.

– 2e mot : PARADOSIS [paradosis]
Tradition : 80+1+100+1+4+70+200+10+200 = 666

La Parole nous met donc doublement en garde contre ces éléments. Directement par l’écrit et indirectement par les valeurs numériques de ces mots. Si nous n’en étions pas déjà convaincus, nous voilà avertis à deux niveaux.

Quoi, ton D.ieu ? 

C’est la question que les hommes de l’antiquité se posaient lorsqu’ils se rencontraient sur les grands chemins. En effet le polythéisme ambiant invitait les quidams à se renseigner sur l’identité et surtout sur la spécificité du dieu de l’autre. Cette question serait-elle aujourd’hui obsolète ou incongrue ?

«… néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul D.ieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Yéshoua Messie, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. » (1 Co. 8:5-6 NEG)

Qui-est-ton-DieuIl n’y a qu’un seul D.ieu et Père tout puissant, le même pour toute la création et au-delà. Mais compte tenu de la confusion entretenue aujourd’hui sur « D.ieu » qui serait, selon plusieurs, le même invoqué par toutes les religions, y compris ceux qui le renie en lui préférant le G.A.U. grand architecte de l’univers maçonnique,… il est plus que raisonnable d’être précis à ce propos. Sinon nous serions coupables d’entretenir le flou du mensonge-séduction de la pensée anti-messie. En effet, laisser supposer à un interlocuteur adepte du « Bon Dieu » ou de « Allah » ou de « Bramah » ou de toutes expressions qui ignorent ou excluent la filiation de Yéshoua, etc. Que son “dieu”, ou plutôt l’image qu’il s’en fait, serait, malgré les différences de révélations et d’actions, le véritable D.ieu, c’est être faux témoin par omission. Attention aux amalgames de complaisance ou de confusion ! Notre Élohim n’est pas n’importe quel “dieu”, y compris si on le désigne comme le D.ieu de la Bible, CE N’EST PAS SUFFISANT. Quoi ton D.ieu ? Avaient la sagesse de demander les nomades de l’antiquité.

Il est l’Élohim suprême de toute la création et au-delà, Il demeure dans Sa lumière inaccessible. Il est Le vivant, Il ne se manifeste qu’en son Fils, Son Messie, le messager de Sa face devenu pour nous Yéshoua. Il est Dieu d’Abraham, Dieu de Isaac, Élohim de Jacob … Dieu d’ISRAEL (pas de “l’État d’Israël” mais de “tout Israël”, les “deux Maisons”*). Il se révélait à Moïse sous le nom de YHWH. Il instruit Ses serviteurs les prophètes de Sa volonté, promesses qu’Il accomplit à la lettre, Il les inspire de toute la révélation de Genèse à Apocalypse (il n’y a aucune autre révélation). Aucun autre “dieu” n’a fait cela. Il fait alliance avec Son peuple au Sinaï, Il rend parfaite l’alliance au Golgotha dans le Fils Yéshoua. Il donne tous pouvoirs au Fils. Il est par le Fils la Torah vivante, accomplie. Il donne la vie éternelle à Ses enfants. Il est vérité, amour et justice … La liste des précisions pourrait s’allonger.

Lorsque nous prions « Père, que Ton Nom soit sanctifié », souvenons-nous que le terme sanctifié signifie : mis à part ! Qu’Il ne soit pas profané par amalgame avec des erreurs, qu’Il soit compris dans toute Sa sainteté et vérité. Qu’on ne Le confonde pas avec d’autres faux dieux ou avec des pseudo- représentations de Lui-même. Là encore se situe notre part de témoignage. Et pour ne pas succomber aux pièges de la pensée antimessianique, écoutons encore Paul : « Ne vous inquiétez de rien, mais, en toutes choses, exposez vos requêtes à D.ieu par des prières et des supplications avec des actions de grâces ; et la paix de D.ieu, laquelle surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Messie Yéshoua. » (Ph. 4 :6).

* Concernant “Israël” et sa définition, voir les articles de la rubrique:
http://jyhamon.eklablog.com/israel-spirituel-ou-terrestre-12-c18257328

Nota: J’ai remplacé autant que possible le mot “divinité” (associé au “deus romain”) par “filiation d’Élohim” pour respecter l’origine des “noms propres” (et hébreux).

Par Phare Ouest Casher dans Articles majeurs (13) le 24 Juillet 2013 à 12:30
et des notes de JYH (en bleu) D’après: http://blog.qehila.info/7/nos-articles/
(Copie autorisée et même souhaitable, à condition d’en redonner le texte intégral et les sources)

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 24 juillet 2013. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.