Le Brigand sur la croix n’est pas un païen, et pourtant …

Plusieurs païens chrétiens fondent leur assurance du salut sur le salut du célèbre Brigand dans la Bible qui avait discerné la Seigneurie salutaire de Yeshoua Ha Mashiah quelques instants seulement avant sa mort sur la croix aux côtés de Yeshoua Ha Mashiah. En cela ce brigand manifestait sa repentance à salut et, par conséquent, « Yeshoua lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23:39-43). Forts de ce fait biblique, des païens chrétiens ont développé une doctrine de conviction de salut fondée sur une récitation des versets bibliques. Aussi le paradis est-il promis à des malades à l’article de la mort dans les hôpitaux quand ils acceptent de collaborer à un tel processus « d’évangélisation ». Mais alors, en ont-ils seulement la légitimité ?

Le salut est dans l’adhérence monothéiste à YHWH en Yeshoua

Mamon Amour ArgentLe dessein parfait de YHWH pour l’homme est que l’homme soit progressivement transformé à son image et selon sa ressemblance. (Genèse 1:26) Ainsi, le Créateur avait prévu que l’homme soit libre d’accepter d’être progressivement transformé en la seule stature (nom) agréée pour se tenir en sa présence. Cette stature est unique et infalsifiable. La stature du salut a un visage depuis un peu plus de 2000 ans. C’est la stature que Yeshoua Ha Mashiah est venu révéler à l’humanité.

« L’Éternel dit (à Moïse) : Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme (qui n’a pas la stature agréée) ne peut me voir et vivre. » (Exode 33:20). Donc la seule stature (nom) qui peut se tenir devant Élohim sans risquer de mourir est celle que seul le Souffle sacré d’Élohim peut conférer à un homme. En effet « Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom (stature) qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Actes 4:12)

Le challenge de l’homme pour acquérir la stature du salut est dans le fait qu’Élohim ne mélange pas sa stature avec des statures étrangères. Sa sainteté, sa nature, son identité n’est conférée qu’aux fidèles en Lui. Il veut être l’époux des consacrés. Il a les adultères en abomination. Il appelle adultères ou idolâtres les humains qui sont incapables de se confier en un seul dieu et un seul seigneur. « Car, s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs,… » (1 Corinthiens 8:5).

Élohim ne veut pas donner les choses saintes (son Souffle sacré) aux chiens (adultères / idolâtres). Le Créateur n’entend pas jetez ses perles (son Souffle sacré) devant les pourceaux (les adultères / idolâtres), de peur qu’ils ne les foulent aux pieds. (Matthieu 7:6) Parlant aux sanctifiés d’Élohim, Yeshoua dit : « Il vous (adorateurs monothéistes de YHWH) a été donné de connaître les mystères du royaume de YHWH; mais pour les autres (les adultères / idolâtres), cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point. » (Luc 8:10)

L’être humain séparé d’Élohim après la rébellion d’Adam avait néanmoins conservé le désir latent et persistant durablement de retrouver cette relation avec son Créateur. « Il (Élohim) fait toute chose bonne en son temps; même il a mis dans leur cœur la pensée de l‘éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Élohim fait, du commencement jusqu’à la fin. » (Ecclésiaste 3:11)

Cette recherche de l’Éternité qu’est Élohim a conduit l’homme à la rechercher à tâtons. Ce faisant, l’homme a consolidé sa relation avec les entités spirituelles méchantes diverses qui, chacune, s’est déguisée en ange de lumière pour se faire passer pour YHWH et que l’homme appela « Dieu » : un nom commun des divinités dans la conscience païenne. Aussi pour l’homme non pénétré par le Souffle sacré d’Élohim, toute manifestation spirituelle est une rencontre avec YHWH, le Créateur de l’Univers. Quand les démons se manifestent à lui, l’homme animal affirme que Dieu, pensant à YHWH, lui est apparu et lui a dit ci ou ça. C’est sur cette stratégie de séduction que Satan a fait le lit de toutes les religions, sans exceptions. Tous les chemins ne mènent-ils pas à Rome (Rome n’est pas la Paradis) ?

La corruption sémantique comme stratégie de séduction

Pour s’assurer de conserver les hommes sous son joug et dans la servitude ; et incapable qu’il est de faire disparaître les Saintes Écritures de la terre, Satan s’est arrangé à présider à leurs diverses traductions destinées aux païens en veillant à y introduire un peu de levain, une dose suffisante d’erreur qui lui garantit la perdition des croyants païens en la Bible.

Quelques pièges sémantiques des plus pernicieux dans les traductions de la Bible sont :

  • « YHWH » est appelé « Dieu », alors que Satan, Moïse et tout homme sont aussi appelés Dieu.
  • « L’adhérence », qui parle de coller à Yeshoua pour hériter de sa nature (son nom), est traduite par la « FOI » qui n’est rien d’autre que le principe franc-maçon de la pensée positive.
  • Le Souffle Sacré de YHWH est traduit par Saint-Esprit, au risque de faire dire aux Saintes Écritures qu’elles parlent du Saint-Esprit de l’Esprit, puisque YHWH est Esprit. C’est quoi l’Esprit d’un Esprit? Demandait à juste titre une apprenante de la Parole biblique.
  • La « grâce » qui est la puissance / pouvoir qui faisait défaut à ceux de l’ancienne alliance pour DEVENIR des enfants de YHWH, des personnes transformées à la stature que YHWH agrée, la grâce donc, a été traduite dans l’esprit des hommes séduits par « une faveur imméritée » qui permet que YHWH accepte dorénavant les adultères et les idolâtres en sa présence. YHWH n’est-il pas infiniment bon, le bon Dieu, pardi ?
  • Le péché qui se résume à l’adultère spirituel, la soumission à l’oppression des esprits méchants, l’idolâtrie donc, a été assimilé à la non observation des règles religieuses (bibliques) et / ou morales.
  • La sanctification, qui est le fait de sortir de l’emprise oppressante de Satan par l’intermédiaire de l’idolâtrie de la matière et des esprits méchants, est comprise par le païen chrétien comme le fait de ne plus pratiquer, ne fusse que ponctuellement ou par intermittence, l’adultère sexuel, la fornication, le mensonge, le vol, la cigarette, l’alcool, etc. pour dorénavant pointer fidèlement dans les réunions religieuses rituelles, tout en s’acquittant autant que faire se peut de tous les fardeaux qui y sont imposés aux vaches à lait que sont les suiveurs. Ce faisant, les conducteurs aveugles y donnent aux ignorants des stratégies d’acquisition facile et effrénée de l’argent qui va servir à soutenir « l’œuvre ».

au nom de jesus

Le coup assommant dans cette entreprise de séduction de l’humanité par la corruption sémantique est dans la traduction du mot « STATURE » en « NOM ». Quand la Bible traduite en langage humain déclare « Au nom de Yeshoua (Jésus) », l’esprit pénétré par le Souffle sacré de YHWH comprend « En vertu de la stature de Yeshoua (Jésus) qui est construite en moi et qui me confère son autorité, son pouvoir et ses prérogatives. » Seul un ignorant profondément séduit par Satan peut faire une telle déclaration à la légère et de conviction, sans en avoir formellement reçu délégation d’autorité.

Voyez-vous pourquoi les païens chrétiens crient à longueur de nuits d’incantations, que dis-je, nuits de prières, « au nom puissant de Jésus » sans jamais que les œuvres de Yeshoua Ha Mashiah ne soient manifestes dans leur vie ? Ce faisant, la nuée des témoins leur demande à chacun d’eux « Par quelle autorité fais-tu (dis-tu) ces choses, et qui t’a donné l’autorité de les faire? » (Marc 11:28) De là à faire dire à l’observateur interloqué que le Jésus-Christ des païens chrétiens n’est pas Yeshoua Ha Mashiah, le Fils d’Élohim au nom duquel Pierre, Paul, Jean, Jacques, Étienne, Philippe, etc. ont posé des actes dans la Bible, il n’y a qu’un pas que plusieurs aujourd’hui osent franchir.

Donc, non seulement Satan s’est arrangé à traduire le nom de Yeshoua Ha Mashiah en Jésus-Christ, mais en plus, il a fait croire aux païens chrétiens que l’invocation de ce nom est chargée d’une puissance / autorité venant de YHWH.

Stratégie d’acquisition de la stature du salut

Pour donc sauver l’homme de l’emprise perfide de Satan, YHWH se devait d’abord de sortir l’homme du polythéisme, de l’idolâtrie, de la prostitution spirituelle. Aussi YHWH se trouva-t-il un homme en Abraham à qui il demanda de quitter son milieu idolâtre pour aller commencer un genre de relation nouveau avec le règne spirituel en YHWH : le monothéisme. Abraham, qui s’appelait alors dans sa nature idolâtre Abram, devait se mettre à part, sortir du milieu idolâtre de sa naissance dans la chair pour aller apprendre à se confier en YHWH seul, le seul vrai Élohim.

abraham isaacGenèse 12:1-5 « L’Éternel dit à Abram: Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai … Abram partit, comme l’Éternel le lui avait dit, et Lot partit avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu’il sortit de Charan. Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, avec tous les biens qu’ils possédaient et les serviteurs qu’ils avaient acquis à Charan. Ils partirent pour aller dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent au pays de Canaan. »

Une fois qu’Abram, de son nom d’alliance avec YHWH Abraham, avait accepté de se séparer de son environnement idolâtre par essence, la seconde étape de sa relation avec YHWH fut d’apprendre à connaître le nom (la stature) de YHWH, son nouvel Ami, afin de pouvoir se confier entièrement en Celui qu’il connaitrait de mieux en mieux au fil du temps. La formation d’Abraham dura plus de 30 ans jusqu’au sacrifice d’Isaac. Au terme de cette formation, YHWH prononça l’acte d’admission d’Abraham dans sa famille spirituelle en ces termes : « L’ange dit (à Abraham) : N’avance pas ta main sur l’enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains YHWH (il n’y a plus d’idoles entre YHWH et toi), et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique (même pas ton fils unique Isaac). » (Genèse 22:12)

Parvenu à cette dimension d’adhérence à YHWH, rien n’empêchait plus YHWH de traiter Abraham en ami. Et YHWH promit à Abraham que sa descendance tirera bénéfice de cette alliance qu’il venait de sceller avec son seul et unique Élohim. Mieux, c’est de la postérité d’Abraham que YHWH susciterait une personne (un Messie) qui viendrait révéler aux hommes l’identité, la stature du salut, afin que ceux-ci connaissent son nom (sa stature) pour accepter de lui faire entièrement confiance à l’instar du patriarche Abraham. C’est ainsi qu’Abraham devint l’ancêtre du peuple Juif, le seul peuple dans la création qui avait l’ombre de la connaissance d’Élohim pour se confier à lui seul comme Dieu. C’est ainsi que le Juif devint le seul véritable adorateur monothéiste de son Élohim, YHWH, contrairement à tous les autres peuples de la terre qui étaient demeurés dans les ténèbres totales, adorant et servant des idoles à leur insu.

Pour consolider cette conscience monothéiste en YHWH, la Loi fut donnée par YHWH, au travers de Moïse, comme un pédagogue pour montrer au Juif le comportement qui le distinguerait des païens idolâtres en vue de le démarquer comme participant d’une nation exceptionnelle ; un peuple qui a un Élohim différent de toutes les autres nations sur la terre, le seul vrai Élohim. Par l’observation de la Loi, le Juif apprenait à se confier fidèlement à un seul Dieu et à observer ses commandements, quand bien même ces commandements n’avaient pas vocation de le transformer de l’intérieur en la stature salutaire agréée.


[Cantique de Abraham ]

Promesse lui fut cependant faite en ces termes que, dès lors que tout aura été accompli par le Messie annoncé : « Vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux enfants d’Israël. » (Exode 19:6)

Effectivement quand tout fût accompli après le sacrifice de Yeshoua sur la croix, l’apôtre Pierre déclara aux Juifs l’accomplissement de la promesse en ces termes : « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (1 Pierre 2:9)

La Loi était donc donnée pour préparer le Juif à recevoir le Sauveur / Messie qui viendrait non seulement réconcilier définitivement l’homme avec YHWH par l’offrande sacrificielle et volontaire de sa vie, mais aussi faire la démonstration aux hommes de la stature parfaite et unique qui aura droit de cité éternelle dans la présence de YHWH en Yeshoua. Ce faisant, Yeshoua prouva dans la vie de ses apôtres et des premiers croyants que la stature salutaire n’est pas un mirage, non ! La stature parfaite de l’homme selon YHWH en Yeshoua n’est pas inaccessible aux hommes. Cependant, la stature du salut est donnée à quiconque demande sincèrement à être pénétré par le Souffle sacré de YHWH afin que celui-ci lui donne la puissance de se faire violence pour quitter l’idolâtrie. C’est cela la grâce !

C’est seulement à la vue des personnes contemporaines qui parviennent à vaincre Satan en acceptant de quitter toute idolâtrie pour devenir UN avec YHWH en Yeshoua que la preuve sera donnée aux hommes que Yeshoua est vraiment le Sauveur / Messie promis par YHWH. « Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. » (Jean 17-20-21)

Les païens ont une identité commune avec les samaritains

Le Juif est donc le seul être monothéiste de la Création du fait de sa culture d’observation de la Loi de YHWH, le seul vrai Dieu. Pour le Juif, c’est 0 degré (pour l’erreur à fond) et 180 degrés (pour le salut instantané et à fond). Le salut acquis comme celui du brigand sur la croix est donc l’apanage du peuple Juif qui, de tout temps, vit avec la conscience de la vanité de ce monde et le discernement sans équivoque de l’idolâtrie. Aussi a-t-il une espérance sincère en YHWH. Son erreur est de s’accrocher à la justice de la Loi qui n’a pas le pouvoir de le conduire à la perfection en Yeshoua qui est le dessein parfait et unique de YHWH pour l’homme. Mais quand le Juif discerne ce mystère qu’est l’idéal de sa transformation en la stature révélée en Yeshoua, consécutive de sa pénétration par le Souffle sacré de YHWH, quand le Juif se tourne donc vers LE SALUT en Yeshoua, il est vraiment, sincèrement et instantanément DEVENU enfant de YHWH. C’est ainsi que le païen doit comprendre le salut du brigand sur la croix auquel plusieurs païens chrétiens osent s’identifier.

En effet, une conversion verbale déclarée dans la bouche du païen n’est pas la garantie qu’il a discerné la vanité de la création matérielle et abandonné l’idolâtrie. Il va du chrétien païen comme du samaritain dans la Bible. Parlant des samaritains, il est écrit :

« Ils craignaient aussi l’Éternel, et ils se créèrent des prêtres des hauts lieux pris parmi tout le peuple: ces prêtres offraient pour eux des sacrifices dans les maisons des hauts lieux. Ainsi ils craignaient l’Éternel, et ils servaient en même temps leurs dieux d’après la coutume des nations d’où on les avait transportés. Ils suivent encore aujourd’hui leurs premiers usages: ils ne craignent point l’Éternel, et ils ne se conforment ni à leurs Lois et à leurs ordonnances, ni à la Loi et aux commandements prescrits par l’Éternel aux enfants de Jacob qu’il appela du nom d’Israël. L’Éternel avait fait alliance avec eux, et leur avait donné cet ordre: Vous ne craindrez point d’autres dieux; vous ne vous prosternerez point devant eux, vous ne les servirez point, et vous ne leur offrirez point de sacrifices. Mais vous craindrez l’Éternel, qui vous a fait monter du pays d’Égypte avec une grande puissance et à bras étendu; c’est devant lui que vous vous prosternerez, et c’est à lui que vous offrirez des sacrifices. Vous observerez et mettrez toujours en pratique les préceptes, les ordonnances, la Loi et les commandements, qu’il a écrits pour vous, et vous ne craindrez point d’autres dieux. Vous n’oublierez pas l’alliance que j’ai faite avec vous, et vous ne craindrez point d’autres dieux. Mais vous craindrez l’Éternel, votre Dieu; et il vous délivrera de la main de tous vos ennemis. Et ils n’ont point obéi, et ils ont suivi leurs premiers usages. Ces nations craignaient l’Éternel et servaient leurs images; et leurs enfants et les enfants de leurs enfants font jusqu’à ce jour ce que leurs pères ont fait. » (2 Rois 17:32-41)

Les samaritains comme les païens chrétiens sont des peuples partagés dans leur relation avec les entités spirituelles. Leur relation n’est pas 0° ou 180°. Ils ne sont pas soit froids, soit bouillants. Yeshoua dit de telles personnes « Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. » (Apocalypse 3:16) Les samaritains comme les païens chrétiens excellent dans l’adultère spirituel. Ils sont capables d’adorer plusieurs dieux et plusieurs seigneurs en même temps « Car, s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs,… » (1 Corinthiens 8:5).

Aussi les samaritains et les païens chrétiens sont-ils dans une position spirituelle relativement complexe quant à accéder au seul salut monothéiste et authentique en Yeshoua. On ne saurait vraiment parler de basculement, donc de repentance (passage de 0° à 180°) du simple fait qu’ils ont fait une déclaration, fusse-t-elle biblique, ce d’autant que très souvent, ils se contentent de répéter comme des perroquets des Paroles bibliques qu’ils ne comprennent pas de toute évidence. Aussi l’Ennemi de la création a-t-il bâti son artifice de séduction ultime des païens chrétiens sur une illusion de salut fondé sur le soi-disant modèle du Brigand sur la croix.

Reconnaître l’antéchrist en vous ou près de vous

Vous comprenez, cher lecteur, que plusieurs antéchrists, tenant la Bible pour prêcher un soi-disant évangile, sont déjà dans le monde et polluent Facebook. Est en effet antéchrist :

  • Quiconque affirme que Yeshoua (Jésus) c’est YHWH (Dieu) parce qu’il affirme ainsi incidemment que la stature parfaite de l’homme n’est pas accessible aux hommes puisqu’aucun homme n’en aurait jamais fait la démonstration. YHWH est Esprit et non un homme.
  • Quiconque affirme que la stature parfaite de Yeshoua est un mirage inaccessible aux hommes parce qu’il induit que Yeshoua n’est pas le Messie qui avait été promis pour conduire les idolâtres à la stature parfaite de l’homme selon les desseins de YHWH.
  • Quiconque affirme que Yeshoua n’est pas mort innocent sur la Croix puisque c’est cette mort expiatoire et propitiatoire de Yeshoua Ha Mashiah qui a réconcilié les hommes avec YHWH afin qu’il accepta de libérer son pouvoir pour fortifier ses élus qui cherchaient vainement à sortir de l’idolâtrie jusqu’au temps de Jean-Baptiste.
  • Quiconque affirme que Yeshoua a eu une vie d’homme pécheur, donc soumis à Satan, car dans ce cas, sa mort n’aurait rien d’exceptionnel puisqu’il serait ainsi mort pour son propre péché.
  • Quiconque aime le monde et enseigne aux hommes à aimer le monde parce ceci qu’il les encourage à « réussir » dans le monde, à perdurer dans le monde et à régner dans le monde. Les disciples de Yeshoua Ha Mashiah déclarent avec leur Maître : « Mon royaume n‘est pas de ce monde, répondit Yeshoua. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs; mais maintenant mon royaume n’est point d’ici-bas. » (Jean 18:36)

Quelle Bible lisent les païens chrétiens ?

Le diable a fait croire au païen chrétien qu’il peut demeurer idolâtre de la création et pourtant se considérer par la foi (la pensée positive) comme un enfant de YHWH dès lors qu’il l’affirme au détour de la récitation blasphématoire de quelques versets bibliques. Quid pour le païen chrétien de la croix et de la violence contre les forces qui le retiennent dans l’idolâtrie, croix et violence qui sont les prérequis du salut véritable et authentique en Yeshoua Ha Mashiah.

Le-martyr-des-apôtresNe dites surtout pas au païen chrétien qu’il est écrit dans ‘’certaines’’ Bibles:

« Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents (contre l’idolâtrie) qui s’en emparent. » (Matthieu 11:12)

« Puis il dit à tous: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. » (Luc 9:23)

« Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. » (Luc 14:33)

Soit ces versets bibliques sont absents des traductions bibliques des païens chrétiens, ou alors « la violence, la croix et le renoncement » ne font pas bon ménage avec la « grâce par le moyen de la foi », entendue comme le salut gratuit par la puissance de la pensée positive, le salut donné gratuitement comme une faveur imméritée d’accéder en la présence glorieuse de YHWH malgré notre amour du monde et notre persévérance dans l’idolâtrie, à l’instar du jeune homme riche qui conduisit Yeshoua Ha Mashiah à faire cette déclaration que le païen chrétien ne peut pas comprendre : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche (idolâtre / amoureux du monde / disciple de Maslow) d’entrer dans le royaume de Dieu. » (Marc 10:25)

Alors païen chrétien “né de nouveau” et ayant l’assurance du salut, n’oublie jamais que tu n’as pas de go la conscience juive. Tu n’es pas un Juif, tu n’es pas l’apôtre Paul, tu n’es pas le Brigand sur la croix. Tu es par nature un idolâtre. Seule l’acquisition du nom (la stature) de Yeshoua Ha Mashiah suite à ta pénétration par son Souffle sacré peut te délivrer de la perdition pour te donner le pouvoir de devenir enfant de YHWH.

Guy François Olinga

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 5 octobre 2014. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.