La loi écrite donne la mort, mais l’Esprit saint donne la vie

Cette assertion de l’apôtre Paul est tirée du verset biblique 2 Corinthiens 3:6. Elle est une de celles que nous aurions bien voulu supprimer de la Bible au cours de notre existence religieuse passée si nous en avions eu l’autorité. Parce que nous ne la comprenions pas, nous nous tenions dans notre subconscient du côté des contemporains de Paul qui, pour réclamer sa lapidation, l’accusaient comme suit : « Cet homme ne cesse de proférer des paroles contre le lieu saint et contre la loi. » (Actes 6:13) « Cet homme excite les gens à servir YHWH d’une manière contraire à la loi. » (Actes 18:13)

Bible La lettre tue

La lettre tue

Et nous pensions secrètement ceci : « Sapristi, quel culot pour cet homme nommé Paul que de s’attaquer à la loi qui a été écrite par le Doigt du Créateur, YHWH, sur le Mont Sinaï et remise à Son serviteur Moïse pour conduire au quotidien ceux qui aiment YHWH! » (Exode 31:18). Aujourd’hui que notre pénétration du mystère du message biblique est à son étape embryonnaire, nous sommes tout honteux de ces pensées qui nous ont donné du tournis en son temps. Nous nous en repentons et nous pouvons maintenant affirmer avec Paul que la loi écrite, la loi de Moïse donne la mort, mais le Souffle sacré de YHWH donne la vie.

La sphère d’existence de l’homme et son corollaire

L’homme étant un être existant à cheval entre la sphère matérielle et la sphère spirituelle, certains humains ont une intelligence limitée à la dimension matérielle (humaine, naturelle) de la création. Ces personnes ne conçoivent pas l’existence de l’invisible. Du moins, la vérité (réalité) pour elles se trouve dans ce qui peut être validé par la science ou perçu par les organes de sens. Ces hommes sont de ceux que nous désignons comme étant des « hommes psychiques », parce que le siège de leur intelligence est dans leur raison, leur âme donc et qui, elle, est gouvernée, parfois à leur insu par leur égo apprivoisé par la Conscience Cosmique. En d’autres termes, ces personnes sont conduites par leur ego qui s’exprime surtout par la peur de la mort (physiologique et psychique) et l’orgueil de vouloir être le centre du monde en s’opposant aux desseins de son Créateur.

La Bible désigne aussi les hommes psychiques par hommes naturels ou animaux, parce qu’ils n’existent que dans la sphère matérielle comme le sont les animaux. (1Corinthiens 2:14, LSG). Dans cette catégorie se trouvent tous les religieux et tous les soi-disant non-croyants ou athées qui se veulent ne pas avoir de relation avec le spirituel. Nous les avons désignés par le terme « moutons » dans d’autres publications, par opposition aux « loups » (hommes spirituels enténébrés) qui les tondent jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de laine, puis ils les conduisent à l’abattoir en leur disant que c’est dans leur intérêt, ceci parce que les moutons sont des objets connectés à leur insu et sources de production d’énergie vampirisée pour la réalisation des loups qui les gouvernent (manipulent / exploitent) sans foi ni loi, mais seulement conformément à la volonté de leur maître, le Prince du monde.

Par opposition à l’homme naturel donc, l’homme spirituel croit que la vérité (la réalité) est dans l’invisible duquel il tire intelligence, puissance, force et donc vie, à la mesure de la pénétration de la sphère cosmique spirituelle par son esprit humain. Pour ce faire, l’homme spirituel soumet sa raison et son intelligence humaine aux esprits auxquels il est connecté pour bénéficier de leurs vertus et attributs. L’homme spirituel, que l’homme animal considère comme un sorcier, se confie en toutes choses aux esprits qui le conduisent consciemment en lui conférant leur « intelligence ». Pour lui, c’est l’esprit qui donne forme à la matière, les choses visibles existent d’abord dans l’invisible, la puissance et la force véritables sont dans sa connexion avec les esprits. Pendant donc que l’homme animal vivra pour s’accomplir dans la recherche effrénée de l’addition de la matière périssable, ce qu’il appelle richesse ou développement, l’homme spirituel considèrera la production matérielle comme une conséquence de son développement dans la pénétration de l’esprit auquel il se confie.

À l’instar de tout le texte biblique dans son ensemble, l’affirmation de Paul en titre de ce papier ne peut être comprise que sous le prisme de la sphère d’existence du lecteur. L’homme animal en aura une intelligence (compréhension) différente de celle de l’homme spirituel. Ce dernier ayant été homme animal avant de devenir spirituel, il aura la capacité de comprendre les limites de l’intelligence de l’homme animal pour lui pardonner ses fautes, parce qu’il ne sait pas ce qu’il dit et fait. (Luc 23:34) « Ils disent qu’ils ont la sagesse, mais ils sont devenus fous. » (Romains 1:22). Ils ne sont pas en pleine possession de leurs facultés pour discerner le bien (la volonté de YHWH) du mal (la contestation des desseins de YHWH), parce que leur intelligence est corrompue par la Conscience Cosmique. Comment donc en vouloir à un animal qui vous mord ? Ainsi, le pardon par exemple, pour l’homme spirituel, est une évidence dans sa nature, pendant qu’il exige un effort psychique à l’homme animal.

Exercice d’analyse sémantique de l’affirmation de Paul

« La loi écrite donne la mort, mais l’Esprit saint donne la vie. » (2 Cor. 3:6) La compréhension de cette affirmation de l’apôtre Paul requiert la définition des termes selon la sphère d’existence du lecteur.

Pour l’homme animal, la loi c’est un ensemble des règles juridiques, des prescriptions, des clauses de lois que nul n’est censé ignorer. Celui qui observe toute la loi sans fautes est considéré comme un citoyen juste dans la sphère d’application de cette loi. Et la transgression d’une seule disposition de la loi le fait injuste au regard de la loi, donc condamnable avec toute la rigueur de la loi. (Galates 3:12, Jacques 2:10) « Quand Moïse parle de la justice qui vient de la loi, il dit: “La loi donnera la vie à celui qui obéit à TOUS ses commandements.” » (Romains 10:5)

En cela, l’exigence de l’observation complète et sans failles de toute la loi en vue de la justification de l’homme devient une source de peur permanente, une forme de servitude de la loi, une malédiction, un grand risque de perdition. Et dire que YHWH a fait le constat implacable que « les Juifs et ceux qui ne sont pas juifs sont tous sous le pouvoir du péché. Dans les Livres Saints, on lit: “Aucun être humain n’est juste, même pas un seul! Personne n’est intelligent, personne ne cherche YHWH! Tous ont quitté le bon chemin, ils sont tous corrompus. Personne ne fait le bien, même pas un seul! » (Romains 3:9-12) Tous les hommes sont donc coupables par défaut et indignes de s’approcher de YHWH par leur mérite d’avoir observé la loi.

Quiconque cherche à devenir juste par l’observation de la loi est condamné à passer son éternité loin du Royaume éternel du Mashiah Yeshoua, au risque d’aller y prétendre qu’il a mérité sa présence dans ce Royaume par son observation de la loi, ce qui est une expression de l’ego spirituel. (Galates 5:4) Et pourtant l’homme animal brut (païen), quand il est adepte des religions organisées, espère contre toute évidence que son comportement, rigoureusement conforme à la loi écrite, lui confèrera à la longue une identité de justice selon YHWH. Vous l’entendrez alors dire qu’il est un « chrétien biblique » ou encore qu’il « imite Jésus ». Pure séduction diabolique ! Ce faisant, le judaïsant, quant à lui, croit que la loi est comme une sorte d’antenne mystique dont l’observation établit la connexion entre lui et la Vie en YHWH. Et du coup, le judaïsant idolâtre la loi écrite au risque d’ignorer Yeshoua qui se révèle dans les clauses de cette loi. (Jean 5:39)

Par ailleurs, la mort selon l’homme animal, c’est le fait pour l’homme de perdre ses fonctions physiologiques et psychologiques. L’homme animal non religieux considère que c’est le néant après la mort, c’est la fin de toutes choses. L’homme animal aux relents religieux, quant à lui, considère que la mort éternelle c’est le fait de passer son éternité en enfer. Dire que l’observation de la loi de Moïse donne la mort revient, selon lui, à affirmer que la mise en pratique des ordonnances et instructions écrites par le Doigt du Créateur pour lui indiquer comment se comporter selon la volonté de son Créateur en vue de sa justification conduirait l’homme en enfer. Non-sens, impossible ! Paul doit probablement être fou de le dire.

Il apparaît du reste que Paul oppose la loi au Saint-Esprit que le religieux considère comme une personne de la divinité qui est parfois trinitaire dans sa conscience. Ce faisant, Paul semble présenter ici le Saint-Esprit comme une autre forme de loi, donc ayant la même fonction que la loi, à savoir conférer une identité de juste à l’homme, identité que Paul appelle la Vie. Aussi, pour l’apôtre Paul, en être spirituel, la première loi, la loi écrite, la loi de Moïse donc, donne la mort tandis que la loi de l’Esprit saint ne donne pas la mort. Il est dès lors important de comprendre ce que l’homme spirituel entend par mort et vie. Si pour l’homme animal religieux, la mort c’est le fait pour l’homme de séjourner éternellement en enfer après sa mort physique et psychique, pour l’homme spirituel, la mort c’est le fait de ne pas avoir une connexion permanente et fusionnelle avec le Saint-Esprit qu’il appelle le Souffle sacré de YHWH et par lequel il reçoit de manière dynamique des instructions du Créateur pour les observer.

Par exemple, si le Créateur ordonne à l’homme animal de tuer un être humain, celui-ci lui rappellera l’article de sa loi écrite qui dit : « Tu ne tueras point ! » et en vertu duquel il se considérera en droit de désobéir à l’instruction du Créateur au nom de la loi écrite. Un tel comportement fait de l’homme animal quasiment un perroquet, un robot, un objet connecté à la loi écrite et donc sans intelligence. Une telle personne ne saurait être agréable au Créateur qui s’en éloignera. C’est ce que Paul appelle la mort, c’est-à-dire le fait pour une personne de ne pas être connectée à la Vie en Yeshoua. (Jean 14:6) L’homme spirituel préférera s’en tenir aux instructions dynamiques de YHWH reçues au travers du Souffle sacré pour les exécuter promptement et sans état d’âme au grand plaisir de YHWH qui verra en lui un homme obéissant.

Pendant donc que l’homme animal religieux va se présenter en observateur rigide et mécanique de la loi écrite sans la sensibilité vivante du Souffle sacré, l’homme spirituel en Yeshoua ne s’interdira rien que YHWH lui prescrit d’exécuter, quitte à violer le shabbat, la loi de Moïse, la morale, les traditions des hommes, etc. Le premier de ces deux hommes est dit mort parce qu’il a fait de la loi écrite (tout ou partie des 613 commandements) son idole et il n’est conduit que par elle, tandis que le second est dit vivant du fait de la connexion active et permanent de son esprit avec le Souffle sacré de YHWH.

Est-ce à dire que la loi de Moïse est abolie pour l’homme spirituel comme veulent nous le faire dire avec une ironie maladroite ceux qui n’ont pas pénétré le mystère de la loi ? Assurément que non ! Cependant, croyez-le si vous le voulez ou pas, la loi de Moïse n’est pas faite pour établir la justification de ceux qui sont fidèles à YHWH. Elle est faite pour ceux qui refusent la justification par le mariage (union / fusion / connexion) à YHWH par le Souffle sacré en vertu du sacrifice du Mashiah Yeshoua, pour les révoltés, pour les méchants et pour les pécheurs. La loi est pour ceux qui ne respectent pas YHWH ni les choses de YHWH, pour ceux qui veulent s’affranchir de l’autorité de YHWH pour se confier à leur ego avec un parfum d’observation égocentrique de la loi écrite. (1 Timothée 1:9)

Mais pourquoi donc la loi écrite a-t-elle été donnée aux hommes ?

Pour répondre à cette question, nous reprenons dans ce paragraphe une publication de Paul Chandler in http://www.la-rencontre.lu/ qui nous semble fort perspicace. Nous apporterons au besoin quelques explications entre parenthèses.

Galates 3:19-29

[> Paul a expliqué que Dieu (YHWH) n’avait jamais prévu que l’homme se justifie par son obéissance à la loi (écrite ou loi de Moïse) mais que la justice (le droit de se tenir en la présence de YHWH) soit reçue par la foi (le mariage, l’adhérence, la connexion, la fusion avec YHWH par le Souffle sacré en Yeshoua) selon les promesses faites à Abraham et à sa descendance – que l’apôtre a déjà démontré être Jésus (Yeshoua).

Ceci laissait néanmoins la question : pourquoi l’ancienne alliance avec la loi (écrite ou loi de Moïse)?

  1. Le péché et la loi (écrite ou loi de Moïse)

Ayant montré que les judaïsants se sont trompés quant à l’objet de la loi, Paul explique quel est (ou plutôt était) en réalité son rôle. Le verset 19 dit qu’en attendant la venue de Jésus (Yeshoua), la loi (écrite ou loi de Moïse) était donnée « à cause des transgressions ». Il y a trois interprétations possibles de ce verset :

A.) La loi (écrite ou loi de Moïse) était donnée pour retenir la nature humaine : suite à l’entrée du péché (la fusion de la Conscience Cosmique) dans la nature humaine (ego), l’homme est devenu incapable de faire la distinction entre ce qui est bien (la volonté de YHWH) et ce qui est mal (ironique en vue des promesses de Satan) et donc Dieu (YHWH) a donné sa loi (écrite ou loi de Moïse) pour montrer ce qui est bien et ce qui est mal (rébellion contre la volonté de YHWH) sachant qu’au moins certains feraient de leur mieux d’éviter le péché (ou au moins ses plus grosses manifestations) une fois qu’ils étaient au courant (cf. Rom. 3:20) ;

B.) Pour rendre le péché punissable : selon Romains 1 – 3, l’homme est sans excuse pour le péché (obéissance à la Conscience Cosmique) à cause des révélations de Dieu (YHWH). La révélation générale le laisse sans excuse de ne pas chercher Dieu (YHWH) (Rom. 1:18-23), alors que la révélation de Dieu (YHWH) dans la loi (écrite ou loi de Moïse) le laisse sans excuse pour des péchés particuliers (Rom. 5 : 20). Dieu (YHWH) dans sa justice est obligé de punir le péché mais puisqu’il est juste il veut également nous montrer le pourquoi de notre jugement ;

C.) Pour nous montrer notre besoin d’un sauveur : ceci est en quelque sorte un aspect positif de la loi (écrite ou loi de Moïse). Elle nous montre notre péché en nous montrant notre incapacité d’obéir aux exigences de Dieu (YHWH). Ceci nous prépare donc pour le message d’un sauveur qui accomplit la loi à notre place.

  1. Le vrai rôle de la loi

Paul continue cette dernière pensée avec deux illustrations prises de la vie courante pour aider à expliquer le vrai rôle de la loi. Tout d’abord, il dit que l’homme était prisonnier sous la garde de la loi. Elle n’offrait aucun espoir de liberté mais nous rappelait nos péchés pour nous faire soupir après une solution, un pardon. Sa deuxième image prolonge cette pensée. Il dit que la loi a joué le rôle d’un guide (ou d’un précepteur, d’un pédagogue). Le mot qui est employé ici parle d’un esclave qui n’avait pas forcément la tâche d’enseigner l’enfant lui-même, mais qui devait assurer que l’enfant arrivait sain et sauf à l’école. La loi avait donc ce rôle de garder l’homme de lui-même jusqu’à ce qu’il arrive à (la fusion / la connexion / l’union avec) Christ.

Paul conclut alors que ce rôle est maintenant caduc puisque Jésus (Yeshoua) est venu (et la connexion est rendue possible par son sacrifice). Le verset 19 souligne le fait que la loi n’était pas donnée pour offrir une solution permanente pour l’homme, mais était prévue d’être un système temporaire en attendant la venue de Jésus (Yeshoua). Le fils majeur ne vit plus sous l’autorité de son guide (Versets 24 & 25), et donc le désir des judaïsants de vivre toujours sous la loi est en réalité un désir d’être libre tout en vivant toujours sous cette autorité, comme s’ils étaient toujours des petits enfants. <]

La justification est dans la connexion et non dans la loi écrite

Le but fondamental de la loi et de son observation est d’établir notre justice. Et pourtant personne ne peut devenir juste devant YHWH par son observation de la loi écrite, c’est clair! Il est en effet écrit que celui qui croit en (fusionne / se marie à) YHWH est juste, et ainsi, il aura la vie. Et pourtant, les Juifs n’attendaient pas la justification par la fusion, la connexion, le mariage avec YHWH en Yeshoua le Sauveur de l’humanité. Ils croient encore de nos jours l’obtenir par leurs actes d’observation religieuse, rituelle et mécanique de la loi écrite, la loi de Moïse. Ils ont ainsi heurté la pierre qui fait perdre l’équilibre.

Même dans le naturel, aucun homme ne peut prétendre trouver l’épouse parfaite à son sens avant de se marier. L’homme épouse une femme et c’est seulement dans l’union de mariage que commence le processus de la formation et de la transformation de l’épouse à la stature que lui souhaite son époux. Ainsi, les juifs et les religieux, en somme, n’ont pas compris que YHWH rend justes les êtres humains dans le lien du mariage avec Lui par le Souffle sacré en Yeshoua. Ces personnes séduites de toute évidence par la Conscience Cosmique, cherchent à imposer leur façon d’être justes par l’exaltation de leur observation de la loi écrite en dehors du Souffle sacré en Yeshoua. Ainsi, ils refusent le chemin que YHWH prend pour rendre justes les êtres humains. En Son Souffle sacré, YHWH, en effet, a libéré la puissance qui donne à l’homme le pouvoir de mourir au monde (à la Conscience Cosmique, à son ego) pour accepter de se marier à YHWH en Yeshoua, dès lors que sa mort au monde est constatée.

Les personnes justifiés sont celles à qui YHWH a enlevé leurs fautes, pardonné leurs péchés et accepté de fusionner avec elles sans tenir compte de leur faute. Et ce privilège n’est pas seulement pour les Juifs, mais aussi pour tous les autres peuples de la terre, pour quiconque consent à invoquer la puissance disponible dans le Souffle sacré pour l’aider à mourir au monde en vue d’entrer dans une relation de mariage sincère et éternelle avec le Créateur YHWH en Yeshoua le Mashiah.

« En effet, quand quelqu’un est uni au Messie Yeshoua, la loi pour lui, c’est le Souffle sacré qui donne la vie. Cette loi m’a libéré de la loi du péché et de la mort. » (Romains 8:2)

Guy OLINGA

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 2 septembre 2015. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.