La grâce comme instrument redoutable de séduction des chrétiens

Jean 1:12 « À tous ceux qui le (Yeshoua Ha Mashiah) reçoivent, il a donné le pouvoir de devenir (la grâce) enfants d’Elohîms, à ceux qui adhèrent à son nom (sa stature) » (A. Chouraqui)

la grace chrétienneA la suite de la chute d’Adam sous l’instigation malicieuse de Satan, le Souffle sacré de YHWH quitta l’homme qui ainsi se retrouva seul, sans contre-pouvoir véritable face à Satan, un adversaire redoutable qui l’asservit à l’insu de la majorité des humains. Pour parfaire son plan d’esclavagisme, Satan transféra sa stature à l’homme afin que celui-ci participât à consolider et faire perdurer son asservissement par ceci qu’il rejetterait, voire tuerait quiconque tenterait de lui révéler sa condition d’esclave, encore moins celui qui oserait proposer de le sauver de cette condition de servitude. La nature de Satan en l’homme fait que jusqu’à nos jours, l’homme voit, entend, ressent, parle, agit, etc. par Satan sans qu’il ne s’en rende compte.

L’homme ainsi transformé en objet connecté est dépourvu de tout pouvoir de s’opposer à Satan pour revenir à sa relation de filiation avec son Créateur, YHWH-Adonaï. L’homme n’a donc en lui-même aucun pouvoir de devenir enfant d’Élohim.

Les inspirés (prophètes), les sacrificateurs et quelques rois du peuple Juif étaient cependant les seuls êtres humains conscients de cette condition misérable de l’humanité toute entière qui leur avait été révélée par Élohim suite à son amitié avec leur ancêtre Abraham. Par le même fait, Élohim promit la délivrance, le salut donc, à toute l’humanité au travers de la postérité d’Abraham. Aussi le peuple Juif fut-il enseigné que le Sauveur de l’humanité serait engendré en son sein. Et il l’attendait avec impatience : Yeshoua Ha Mashiah. Notons que le passage du Mashiah sur la terre a échappé à quelques Juifs qui continuent d’attendre un messie au risque de prendre l’Anti-Messie annoncé pour le Messie.

Voilà une promesse qui remplit Abraham d’allégresse et d’espérance. « Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour: il l’a vu, et il s’est réjoui. » (Jean 8:56)

C’est ainsi que, avant le sacrifice de Yeshoua Ha Mashiah, « ce salut, les inspirés l’ont cherché et scruté, eux qui furent inspirés sur le chérissement (la grâce) qui vous était réservé. Ils ont scruté pour quels temps et circonstances le souffle attestait en eux les souffrances du messie et les gloires qui devaient les suivre. Il leur a été découvert (révélé) qu’ils servaient tout cela, non pas pour eux, mais pour vous. Ce qui vous a été annoncé maintenant grâce aux annonciateurs, par le souffle sacré envoyé du ciel, ce vers quoi les messagers (anges) aspirent pour le voir. » (1Pierre1 :10-12 A.-Ch.)

Mais le Sauveur ne vient pas pour s’imposer aux hommes ; il ne vient pas pour imposer le salut aux hommes. Il ne vient pas non plus pour donner le salut sur un plateau d’or aux chiens et aux pourceaux. Il ne vient pas pour attirer les ennemis téméraires de Son Père, les idolâtres amoureux du monde, dans son Royaume.

Non ! Yeshoua vient pour donner gracieusement le pouvoir (la grâce) aux élus de YHWH de devenir fils de YHWH, de suivre le sentier épineux et étroit qui conduit hors de la porte, hors du monde, hors de l’emprise de leur geôlier, dans le Royaume du Père YHWH-Adonaï. Pour montrer l’exemple, Yeshoua va parcourir ce chemin du Salut, boire la coupe du Salut et demander à tous ses disciples, ceux que le Père a élus depuis la fondation du monde, de boire de la même coupe.

Marc 10:38-39 « Jésus leur répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être baptisés du baptême dont je dois être baptisé? Nous le pouvons, dirent-ils. Et Jésus leur répondit: Il est vrai que vous boirez la coupe que je dois boire, et que vous serez baptisés du baptême dont je dois être baptisé; »

Marc 8:34 « Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. »

Mais comme la croix n’a jamais été un instrument de plaisir et de réjouissance, Yeshoua a promis gratuitement à ceux que le Père lui a donné depuis la fondation du monde une aide, le pouvoir (la grâce donc) de porter leur croix qui est incontournable et inévitable, à ceux qui adhèrent à Lui au point de s’engager volontairement et en toute bonne conscience à le suivre dans le Royaume de son Père. Loin donc d’être un don gratuit, le salut est pour les violents. En effet, « depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent. » (Matthieu 11:12)

Yeshoua déclare à ce propos : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jean 14 :6) Nul donc ne peut venir à Élohim sans se conformer aux souffrances de Yeshoua, sans devenir un avec Lui dans la douleur, sans boire sa coupe, sans être baptisé de son baptême, sans passer par le désert. Mais ce faisant, il promet gracieusement son aide, son pouvoir, LA GRÂCE donc, aux violents.

Romains 6:5 « En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, »

1 Pierre 4:13 « Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. »

2 Corinthiens 1:5 « Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. »

Oh que cette compréhension de l’Évangile du Royaume de YHWH reste encore une lecture que les croyants, les chrétiens, les hommes de tous bords et même Satan redoutent car c’est le seul chemin qui conduit des ténèbres au Royaume de Lumière, le seul chemin que Yeshoua a établi et dont il a majestueusement fait la démonstration de l’aboutissement heureux. C’est le seul chemin au bout duquel sont manifestés les véritables disciples de Yeshoua, les sosies de Yeshoua, ceux qui sont UN avec Lui et YHWH.

Pour exorciser ces souffrances inévitables, le christianisme d’inspiration satanique a donné un autre contenu au mot grâce pour maintenir ses adeptes dans la servitude et la perdition.

En effet, selon les chrétiens de toutes obédiences, la grâce est une disposition de faveur divine. Elle a aussi le sens de pardon, affection, amour et bienveillance inconditionnels. Les rapports de la grâce et du libre arbitre ont été au cœur de controverses théologiques importantes. Le concept de grâce est parfois étroitement lié à l’idée de prédestination. Pourquoi donc souffrir ?

Pour certains chrétiens, la grâce désigne la bienveillance absolument gratuite que, de toute éternité, Élohim témoigne à l’homme en l’appelant à partager sa propre vie. C’est l’intimité avec le Père de Yeshoua Ha Mashiah donnée sans conditions et sans contrepartie aux hommes, pour peu que l’on récite une formule inspirée mal à propos de la Bible (Romains 10 :8-10) pour affirmer une identité instantanée de fils d’Élohim. « C’est par grâce que Dieu nous sauve! » disent-ils dans ces milieux. En d’autres termes, pour les chrétiens séduits et aveuglés par Satan, la grâce désigne plus le don, immérité, du salut en Yeshoua Ha Mashiah et elle a pour conséquence la foi.

2 Corinthiens 4 :3-4 « Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire du Mashiah, qui est l’image de YHWH. »

GFO

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 10 août 2014. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.