Justice divine versus justice du monde

Le discernement spirituel et la connaissance des saintes Écritures conduisent rapidement celui qui les possède à constater que les mots et les concepts n’ont pas la même connotation, le même sens, selon qu’ils sont utilisés par Élohim, le Créateur de l’Univers ou par les hommes naturels dont l’intelligence a été pervertie par le prince de ce siècle. Ainsi en est-il du concept de la justice.

La justice pour la masse

TribunalEst qualifié de juste dans le monde en général, tout comportement qui se conforme à la loi. La loi a par ailleurs la prétention de garantir la paix, la sécurité, l’égalité des droits et la préservation de la morale dans la société à laquelle elle s’applique. Et du coup, il apparaît juste au commun des mortels que soit sanctionné tout manquement à la loi, dès lors que le délit est dûment constaté et établi par l’autorité garante de la loi. Ainsi vue, la loi devient une fin en soi. L’homme, ou du moins la masse, le petit peuple, veille à se conformer à la loi par peur de la sanction du magistrat et aussi comme preuve de sa justification. En cela, la loi est comme un pédagogue, un geôlier qui tient les personnes qui lui sont assujetties dans une captivité qui ne dit pas son nom. L’autorité compétente déclarera donc juste, celui-là qui n’a pas été convaincu de transgression de la loi.

Le concept de justice tel que appliqué dans les sociétés qui se veulent justes (état de droit) sous-tend l’égalité en droits et en devoirs de tous les citoyens devant la loi. Or l’égalité entre les hommes est une utopie dans la mesure où la balance qui établit cette égalité se trouve être le juge, un être humain, donc incapable de se départir d’une certaine mesure de subjectivité et de parti pris. L’on peut d’ailleurs s’interroger sur la qualité de la loi dans la mesure où elle est en plus conçue par des humains qui peuvent y accorder des privilèges non avoués (niches juridiques) à certaines classes sociales ou catégories de personnes, implantant ainsi des gênes de l’iniquité dans la fondation universelle de la justice humaine, la loi. Constatons aussi que ce qui est considéré comme juste par un groupe social ou dans un pays peut n’être qu’injustice dans un autre. Ces états de fait témoignent de l’imperfection de la justice telle que pensée et imposée par l’élite mondiale au petit peuple ignorant et impuissant.

La justice selon l’élite mondiale

Ces faiblesses inhérentes à la justice humaine pourraient-elles constituer la raison pour laquelle l’élite dirigeante du monde semble avoir une autre compréhension du concept de la justice ? En effet, pour cette catégorie d’individus, la finalité détermine le caractère de ce qui est juste, peu importent les effets collatéraux. Pour l’élite mondiale donc, la fin justifie les moyens. Si la fin, c’est-à-dire l’exigence de la réalisation d’un projet, le but à atteindre, est suffisamment important, alors il peut justifier l’usage des méthodes peu orthodoxes, voire illégales ou brutales pour l’atteindre. Dans ce cas, tous les moyens sont bons, c’est la réussite à tout prix, sans scrupule, même si ça se fait aux dépens de la morale et des droits fondamentaux de l’homme.

Considérons par exemple dans cette optique que les intérêts politiques, économiques, de survie ou géostratégiques selon l’élite du monde passent par la conquête d’un espace territorial habité par des hommes de moindre valeur, mais qui n’aspirent pas moins à la paix, la sécurité et la vie. Il suffira à l’élite mondiale de faire déclarer la guerre juste par un organisme (ONU) que contrôlent les dirigeants du monde pour que de nombreuses vies humaines soient sacrifiées et que des acquis technologiques, historiques et sociaux d’un pays soient détruits par des bombardements « chirurgicaux », mais pas moins « justes ».

Dans cette perspective, tout individu qui s’oppose à la réalisation de ce qui est « juste » est soit exécuté ou alors remis à une parodie d’instance judicaire que contrôle l’élite mondiale pour être punie pour entrave à l’application de la « justice ». Les cas les plus récents d’application de cette justice de l’élite sont légion : la destruction en cours de la Syrie, l’assassinat de Kadhafi et la déportation de Laurent Gbagbo à la CPI, etc. C’est aussi au nom de cette justice de l’élite mondiale, que soutiennent mordicus les médias créés par elle, que l’esclavage et la colonisation auraient été plus bénéfiques que nuisibles aux peuples qui les ont endurés; et que l’on ne saurait s’attarder sur le cas des leaders nationalistes africains (Lumumba, Sankara, Ernest Ouandié, Um Nyobe, Gilchrist Olympio, Nkrumah, etc) qui ont osé s’opposer à la justice, version élite.

La justice d’Élohim, Élohim Créateur

Autant dire que le contenu qu’un homme donne au concept de justice est fort révélateur de son appartenance sociologique : soit de la masse qui se laisse abrutir et domestiquer par des préceptes moraux, soit de l’élite mondiale qui n’est mue que par les objectifs à atteindre pour déterminer la nature de ce qui est juste. A l’opposé, le Créateur de l’Univers, et de tous les mots et concepts, a un autre entendement de ce qui est juste. Et ceux qui sont révélés en Lui croient en la justice selon Lui en vue de leur justification, donc de leur salut.

En effet, selon YHWH Adonaï, le Dieu de la Bible, juste se dit de celui qui est parfait. La justice est donc le mécanisme qui permet d’établir la nature (parfaite ou non) de l’homme. Et le Créateur affirme que seul Lui est parfait. A l’instar de l’élite du monde qui s’inspire maladroitement de Sa définition des concepts et des termes, pour Élohim, la fin justifie les moyens. La fin juste selon Élohim étant unique : l’acquisition de Sa nature, de Sa stature, de Son identité parfaite, Son ADN. Ainsi le Dieu Créateur distingue uniquement et exclusivement deux catégories de personnes : les justes et les injustes.

Deux catégories d’individus 

Selon YHWH, les justes sont les personnes parfaites, celles qui ont Sa nature, Sa stature parfaite, Son identité spirituelle. La Bible dit de ces personnes qu’elles sont nées de nouveau et les appelle fils d’Élohim, saints, enfants de la Lumière, frères de Yeshoua Le Mashiah, etc. Il est dit de telles personnes qu’elles sont sanctifiées, selon la Bible. L’identité d’Élohim étant commune à toutes ces personnes qui passeront leur éternité avec Son Fils et Lui, en langage divin, on dit qu’elles sont UNE avec Yeshoua Le Mashiah et Élohim, Son Père. (Jean 17:17-21)

Tenez quelques passages bibliques à ce propos.

Matthieu 5:48 « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

Philippiens 3:15 « Nous tous donc qui sommes parfaits,… »

1 Jean 4:17 « Tel Il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: … »

Jacques 1 :4 « … afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. »

Matthieu 25:37 « Alors les justes lui répondront disant : Seigneur, … »

A l’opposé des justes se trouvent les injustes, les personnes imparfaites. Elles n’ont pas la nature, la stature, l’identité spirituelle, l’ADN d’Élohim. La Bible les désigne par les termes rebelles, fils de la perdition, fils de la colère, méchants, pécheurs, etc. Autant dire que beaucoup sont appelés à la justice d’Élohim mais peu sont élus. La grande majorité des humains est d’ailleurs constituée des injustes. Un principe divin établit que tout homme doit soit naître deux fois (de la chair et de l’Esprit), et partant, ne mourir qu’une seule fois, soit alors naître une seule fois et mourir deux fois (de la chair et de l’esprit qui sera jeté dans la géhenne). Les fils de YHWH, nés deux fois ne connaîtront donc pas la seconde mort.

La puissance de la Loi sur l’homme

Alors que le premier homme, Adam, à sa création par Élohim, était destiné à être à l’image d’Élohim une fois parvenu à la maturité à l’instar du second Adam, Yeshoua Ha Mashiah, juste, donc parfait, il perdit sa stature de juste suite à sa rébellion à son Créateur et il devint une âme vivante, un être mortel, pas très différent d’un animal, étant donné que sa raison se pervertit pour s’opposer systématiquement à la pensée du Créateur.  C’est depuis lors que les hommes, inspirés par l’Ennemi de l’humanité, Satan, ont redéfini tous les termes et concepts pour leur donner un sens blasphématoire à l’endroit d’Élohim, et donc glorificateur pour Satan, leur geôlier. En cela, les rebelles ont la nature, la stature, l’identité, l’ADN de Satan aussi longtemps qu’ils sont injustes.

Désirant sauver l’homme de la stature de la condamnation, le Créateur donna à un peuple choisi de Lui comme prémices, Israël, la Loi comme un pédagogue qui devait rebâtir en ce peuple la nature d’Élohim en ceci qu’il dépendrait uniquement d’Élohim et, ce faisant, recevrait Sa nature. La loi donc, à l’instar des principaux moraux qui sont encore imposés de nos jours à la masse et aux religieux pour les domestiquer et les asservir, devait révéler au peuple élu, et plus tard à l’humanité toute entière, les limites de cette approche de justice à laquelle nul ne pouvait accéder avant le sacrifice de la vie innocente de Yeshoua, parce que la nature humaine est soumise à la puissance de la loi du péché (rébellion) et de la mort. Celui en qui Yeshoua est construit n’est plus sous l’autorité de la Loi du péché et de la mort. Il peut donc Lui résister. Il ne lui obéit plus que par motif de conscience, pour éviter de scandaliser les esprits faibles et pour éviter de subir inutilement la violence des garants de la loi dans le monde. En tout état de cause, il n’en fait plus son critère de justification et de sanctification, donc de salut.

Une des plus grandes armes de séduction de Satan pour la perdition de l’humanité tient donc dans ce ceci qu’il leur a voilé le véritable sens de la justice selon Élohim. Aux non religieux, il donne la morale et l’observation des lois sociétales et traditionnelles comme critère de justification. Aux religieux, il donne des règles morales, des rites, des formes et des cultes comme critères de sanctification. Ce faisant, il fait dire aux religieux qu’il n’est pas possible d’accéder à la stature parfaite d’Élohim, faisant ainsi d’Élohim un menteur et de Son Fils Yeshoua un imposteur.

Accéder à la stature d’Élohim

Malgré tout, et par amour pour l’humanité, le Créateur a envoyé Son Fils unique, Yeshoua Le Mashiah, ayant la stature d’Élohim, juste donc, né dans la chair sous la Loi et engendré par la puissance de l’Esprit d’Élohim, pour dépouiller la Loi de la rébellion et de la mort de son autorité et son pouvoir sur la chair en la vainquant sur la Croix par ceci qu’Il a résisté jusqu’à la mort dans la chair à la tentation de lui obéir. C’est ainsi que la mort ne put le retenir parce qu’Il n’était coupable d’aucun péché. Il Est donc demeuré le Juste qu’Il a toujours été de toute éternité. D’où Sa déclaration triomphale au moment de rendre Son souffle à Son Père : « Tout est accompli » (Jean 19:30).

Tout est accompli en ceci que la mort du Juste, Yeshoua, est mise au crédit des injustes afin que ceux-ci aient le droit de s’affranchir de la domination de la loi vaincue par Yeshoua. Tout est accompli en ceci qu’avec l’aide de l’Esprit d’Élohim envoyé aux hommes à la pentecôte, ils ont dorénavant accès à la stature d’Élohim. Tout est accompli par ceci que Yeshoua a démontré aux hommes que quiconque accède à Son identité spirituelle a la victoire sur Satan, sort donc de la domination de la Loi du péché et de la mort pour se soumettre à la Loi de l’Esprit de Vie en Yeshoua. Tout est accompli parce que les hommes que le Père attire vers le Fils hériteront dorénavant du Royaume avec le Fils, Yeshoua Le Mashiah.

Victoire, alléluia, chantons et crions de joie; Le salut (la stature d’Élohim) est gracieusement accessible. Pour y accéder, attirés par Élohim, il nous suffit dorénavant de croire que Yeshoua est le Messie, le Mashiah envoyé par le Père parce qu’Il peut donner sa Stature parfaite (le salut) aux hommes, les sauver donc. Et celui qui croit doit encore être baptisé du Souffle sacré et de feu pour recevoir la puissance qui lui permettra de s’affranchir de la convoitise du monde par laquelle Satan maintient l’humanité captive et l’accompagner dans sa croissance spirituelle.

Êtes-vous un juste ou un injuste ?

Au terme de ce papier, il est loisible de comprendre comment il sera possible que des personnes qui auront consacré leur vie à prêcher, à faire des miracles, à prophétiser, à prier, à parler en langues, à obéir aux préceptes religieux, etc. s’entendent dire au grand Jour du Jugement par le Seigneur Yeshoua : Je ne vous ai jamais connus, vous qui n’aviez pas accepté que je me bâtisse en vous pour vous sanctifier (donner ma stature) par Ma Parole (Yeshoua Le Mashiah). Vous avez fait toutes ces choses hors de moi et par l’esprit d’iniquité, l’esprit du monde, l’esprit de Satan.

Élohim ne tenant pas compte des temps d’ignorance, je vous en conjure par le Seigneur, vous qui lisez ce papier : quittez le système religieux et venez au Fils d’Élohim pour votre salut. C’est une question de vie ou de mort et les temps sont accomplis. Il y a une seule justice qui sauve. Elle consiste à se laisser bâtir à la stature parfaite de Yeshoua.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je recommande de se brancher sur la radio-internet www.epsradio777.net qui diffuse à longueur de journée les messages édifiants sur ce sujet.

Guy François Olinga

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 15 juillet 2014. Filed under Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.