Foi et superstitions

Nos contemporains se croient souvent rationnels lorsqu’ils rejettent Dieu. Le sont-ils vraiment, surtout quand c’est pour laisser des superstitions les enchaîner ?

L’astrologie, les voyantes, les gris-gris et les mages de toutes sortes se portent bien. Tout se passe comme si beaucoup refusaient la foi par principe, mais ne supportaient pas d’être seuls au monde.

Le besoin et la peur

foi-et-superstitions1Il y a, en effet, dans toute superstition, une manière de se rassurer. Si mon avenir peut être annoncé par l’horoscope, par la boule de cristal ou les lignes de la main, alors ma vie a un sens et, avec ces béquilles, je vais peut-être trouver un moyen d’éviter les ennuis et d’être plus heureux. Mon saint Christophe en plastique ou le porte-bonheur qui pendouille sous mon rétroviseur vont peut-être m’éviter un accident. Peut-être, car au fond, peu de gens y croient complètement. Beaucoup ne « croient » pas aux horoscopes mais les lisent régulièrement. On les lit comme on regarde les séries fantastiques à la télé. On pense bien que c’est de la fiction, mais on voudrait tellement qu’elle soit vraie. Car toutes les superstitions sont comme des signes d’une autre réalité. Si le vendredi 13 ou les chats noirs portent bonheur (ou malheur, c’est selon), c’est que le monde a un sens, c’est qu’autour de nous, il y a quelque chose, un autre monde, un « au-delà » qui a ses règles.

Le problème, c’est que cette réalité invisible ne fait pas que nous rassurer, elle nous emprisonne et peut aussi nous faire peur. Je ne vais pas m’engager aujourd’hui dans telle entreprise car le ciel n’est pas favorable. Je prendrai telle décision car Madame Irma me l’a conseillée, elle qui, pour une somme modique, me fait profiter de son commerce avec l’invisible. Les augures, les devins ont toujours existé. Toutes les superstitions que nous connaissons sont les résidus nombreux et tenaces d’anciennes religions élémentaires. Nos superstitions sont les restes des croyances magiques qui ont existé sous toutes les latitudes. Il ne s’agit pas, comme dans les grandes religions, d’expliquer le réel, mais simplement de l’élargir un peu, de lui donner des marges invisibles qui n’engagent pas beaucoup, mais qui permettent de se protéger et d’avoir prise sur ce qui arrive. Et on assiste aujourd’hui au dialogue de sourds entre le rationalisme et la superstition. Si la superstition résiste à toutes les attaques, c’est qu’elle répond à un besoin profond de l’être humain qui sait confusément qu’il n’est pas seul dans l’univers.

Foi et superstitions

La foi chrétienne peut et doit elle aussi attaquer les superstitions, même si c’est pour d’autres raisons que le rationalisme. Elle ne nous parle pas d’abord des forces obscures qui agissent autour de nous, mais d’Élohim qui a créé l’univers et qui règne sur toutes choses. Et ce Dieu se révèle de manière toute particulière en Jésus-Christ mort pour nous sur la croix et ressuscité. On est là aussi devant l’extraordinaire, le « sur-naturel », mais paradoxalement un fantastique raisonnable, ou pour le dire autrement, un réalisme spirituel. Ce Christ ressuscité, des gens l’ont vu et en ont témoigné ; ils ont même souvent payé leur témoignage de leur vie. Il n’est pas nécessaire de saborder son souffle critique pour croire à leur parole. Si on l’accepte, on croira aussi que le monde que nous pouvons percevoir, celui que la science décrit, n’est pas tout. Mais surtout, nous commencerons à savoir qu’au cœur de toute la réalité, visible et invisible, il y a un Dieu d’amour, un Dieu qui nous aime et qui nous veut libre.

Dans la Bible, la foi s’oppose aux superstitions et à la magie. Si elle sait être ironique contre les morceaux de bois que l’on prend pour des dieux (1), elle ne nie pas nécessairement toute réalité aux forces à l’œuvre. Elle souligne simplement que les diverses formes de magie sont ou vaines ou nocives. On sait à quel point la magie tenait une place importante en Égypte et on verra Moïse s’opposer aux magiciens du pharaon (2). Babylone et la Mésopotamie avaient elles aussi, leurs mages et leurs magiciens. Et on voit les prophètes d’Israël lutter contre les superstitions et les pratiques magiques qui avaient cours au sein même de leur peuple (3). Ensuite, sous bien des cieux, le christianisme a été l’ennemi des superstitions ; il a libéré beaucoup de gens de la peur des signes, des esprits et des maléfices. Car Dieu nous apprend aussi que nous sommes des êtres responsables de notre vie, responsables de la réponse que nous donnons à l’amour premier de Dieu. Pour le croyant, un chat noir n’est qu’un chat noir et le vendredi 13 un jour comme un autre, car sa vie ne dépend pas de signes ou de révélations particulières. Il n’a pas besoin de s’appuyer sur des porte-bonheur stupides ou très élaborés car il sait que le monde dépend de celui qui l’a créé et qui nous a aimés au point de donner sa vie pour nous sur la croix.

La vraie liberté

C’est pour cette raison que la Bible elle-même met en garde contre les pratiques magiques ou les invocations des esprits (4). De deux choses l’une : ou il s’agit de charlatans qui vous font perdre votre temps et votre argent, ou il s’agit de forces qui ne sont peut-être pas complètement illusoires et le risque est plus grand. Beaucoup de nos amis africains témoignent et de la peur des magiciens et des sorts qui existe encore en bien des lieux, et de la libération que procure la foi en Jésus-Christ.

Cette foi est la porte de la liberté. Nous ne sommes en effet pas seuls, mais nous ne sommes pas non plus soumis à des forces obscures. Par la prière, nous entrons dans une relation vraie avec le Dieu de l’univers, notre Père en Jésus-Christ. A sa lumière de Dieu, nous sommes appelés à vivre dans la liberté et la responsabilité en étant, à notre tour, les témoins de son amour pour toute femme et tout homme de ce monde.

Louis Schweitzer
Source www.publicroire.com

1. Esaïe 44.9-20

2. Exode 7 et 8

3. Esaïe 3.18-23

4. Deutéronome 18.10-14

 

Print Friendly

Publication lue 129 fois

Posted by on 17 septembre 2014. Filed under Eva Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.