En quoi le message de l’adhérence diffère-t-il de la foi religieuse

Pour m’avoir trop bien connu dans mes activités religieuses, mon ami Emmanuel Nono n’a pas mis les gangs pour me signifier que ma décision de ne plus me reconnaître dans la foi chrétien ne manque pas de l’intriguer. Et ceci n’est pas inédit. D’autres amis en d’autres temps m’ont posé la même question. Peut-être est-ce aussi ton cas à toi qui lit ce message.

perfectionRappelons qu’en son temps, dans le livre des Actes des apôtres au chapitre 17, l’apôtre Paul avait dû se soumettre à un tel exercice d’explication succincte du message dont il était porteur «18 Quelques philosophes épicuriens et stoïciens se mirent à parler avec lui. Et les uns disaient: Que veut dire ce discoureur? D’autres, l’entendant annoncer Jésus et la résurrection, disaient: Il semble qu’il annonce des divinités étrangères. 19 Alors ils le prirent, et le menèrent à l’Aréopage, en disant: Pourrions-nous savoir quelle est cette nouvelle doctrine que tu enseignes? » Je t’encourage à lire sa réponse à la suite de cette question dans Actes 17.

C’est ainsi que j’ai été amené le 12 octobre 2014 à animer une réunion avec des personnes qui, avec moi, affirment qu’il y a bel et bien une différence fondamentale entre le message de la foi chrétienne et de l’adhérence à Yeshoua Ha Mashiah. Autour d’une table ronde donc, des intervenants ont accepté de se prêter à un exercice d’explication de leur démarche : En quoi le message de la foi religieuse qu’ils disent avoir rejeté aujourd’hui est-il différent du message de l’adhérence auquel ils affirment s’identifier dorénavant ?

Les choses se sont arrangées sans préparation aucune telles que nous avions parmi nous la présence apparemment fortuite d’une amie, Sandra Onana, pour ne pas la nommer, qui a joué avec maestria le rôle du contradicteur, mais alors un contradicteur de haute facture à notre sens qui nous a semblés forte de caractère et déterminée à démontrer aux intervenants successifs qu’ils ne disent rien de nouveau.

Lien sur Youtube : www.youtube.com/watch?v=kzMlVnmRkP8

Une des choses que nous avons discernées en Sandra pour nous en réjouir, c’est qu’elle voulait vraiment et sincèrement comprendre ce que ces discoureurs d’un genre nouveau veulent dire. Au terme de chaque intervention donc, la règle du jeu permettait à Sandre d’évaluer l’argumentaire du discoureur et surtout de dire si elle y décelait quelque chose de nouveau.

Autant dire que le but de l’exercice était loin d’être celui de convaincre Sandra de justice ou d’erreur puisque seuls les esprits peuvent convaincre les hommes en matière des choses spirituelles. Je ne peux donc pas te dire ici ce que ces interventions ont produit dans l’esprit de Sandra. Seul le temps pourra répondre à cette question.

Toutefois, j’ai pensé que cet échange pourrait être d’un quelconque intérêt pour mes amis et lecteurs. Aussi ai-je décidé de le rendre public. Mais mal m’en a pris de constater que le début de l’enregistrement était inexploitable du fait d’une défaillance technique hors de mon contrôle. Il ne me reste plus que les 57 dernières minutes de la rencontre qui a duré près de 2h30. Il me semble fort heureusement que ce reste résume assez bien les points de vue des intervenants.
Je te souhaite une bonne écoute de ce débat non sans exprimer mon intérêt de recevoir tes commentaires en retour dans la mesure du possible.

Guy François Olinga

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 13 octobre 2014. Filed under Eps Témoignage, Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.