De l’ego comme d’une montgolfière qui nous pompe l’air

Galates 6:3 « Si quelqu’un se croit important, lui qui n’est rien, il se trompe! »

Voilà une pensée qui n’est pas pour plaire à mon ego : être rien! Comment donc être rien, alors que l’ego voudrait faire de moi quelqu’un de reconnu, d’important, d’apprécié, qu’on remercie, de valorisé, de suivi, d’écouté, de respecté, de vénéré, d’adoré, bref le centre de l’univers ou encore dit autrement, un Dieu.

Comment faire pour être quelqu’un ?

Voici que dans la présence consciente du Souffle sacré, à côté de Yeshoua Ha Mashiah, à la vision lointaine de la gloire de YHWH, je ne peux que constater combien je suis un grain de poussière dans l’univers, un point minuscule et insignifiant, bref rien dans l’univers.

Pour exister, il me faut pourtant être quelque chose, quelqu’un. J’ai le choix entre devenir UN avec le Créateur, YHWH en Yeshoua pour vivre en lui, par lui et pour lui. C’est alors que j’hérite de ses vertus, attributs et capacités par le lien du Souffle sacré. Dans ce choix, je deviens effectivement un Dieu par héritage et non un Dieu souverain.

L’alternative à ma disparition dans YHWH en Yeshoua c’est de devenir un Dieu souverain par le choix de m’associer, de m’identifier à, de devenir un avec, de fusionner avec la création au lieu du Créateur, par la puissance de l’ego qui est le souffle de Satan. Je deviens alors comme une montgolfière pompée d’air chaud.

Comment fonctionne une montgolfière ?

La Montgolfière désigne un aérostat dont la sustentation est assurée par de l’air dilaté par la chaleur d’un foyer. Plus légère que l’air, la montgolfière ne se dirige pas et s’élève lorsque l’on réchauffe l’air contenu dans l’enveloppe.

A l’aide de ventilateurs appropriés, on insuffle de l’air froid dans l’enveloppe de la montgolfière en 5 minutes. Lorsque l’enveloppe est suffisamment ventilée, le pilote allume les brûleurs dont les flammes commencent à réchauffer l’air dans l’enveloppe. L’air chauffe, se dilate et devient plus léger. C’est ainsi que l’enveloppe se relève peu à peu du sol.

De l’ego comme d’une montgolfière

Montgolfière

L’homme est un grain de poussière dans l’univers, un point minuscule et insignifiant, bref rien dans l’univers, c’est clair. L’homme le plus beau, le plus intelligent, le plus spirituel, le plus fort, le plus puissant, etc. perd tous ses moyens devant la mort.

Nul n’est à l’abri des ravages d’un virus ou des conséquences d’un AVC. Qu’à cela ne tienne, l’ego, fonctionnant comme une montgolfière, s’entête à mentir à l’homme qu’il est quelque chose, quelqu’un.

Pour ce faire, le rien en moi, homme ego, se cache dans une montgolfière pour se donner de la valeur, du contenu, une existence. Mes concurrents hommes egos s’amusent toujours à percer des trous dans ma montgolfière pendant qu’elle est en vol.

Ce qui fait que je suis en permanence occupé à boucher ces trous avec tous les moyens dont dispose pendant que j’essaye de faire face à la puissance de nuisance de mes concurrents. Ce faisant, je dois continuer à pomper de l’air dans ma montgolfière pour qu’elle ne tombe pas.

Tel est le sort de toute l’humanité, de tous les hommes egos, de nous tous en somme. Chacun de nous est quasiment à 100% occupé à la maintenance et à la protection de sa montgolfière. Je ne puis m’imaginer existant sans ma montgolfière. Rien ne me fait plus peur que la pensée de perdre ma montgolfière.

Et plus ma montgolfière est grande, plus je peux m’élever dans les airs, au-dessus de mes concurrents. Ainsi je deviens un plus grand quelqu’un que les autres, exactement comme le seul Dieu souverain dans les ténèbres.

La taille de ma montgolfière me donne l’illusion de la richesse, de la puissance et de la gloire. Mais aussi, plus elle est grande, plus il me sera difficile d’accepter de la perdre.

La vie est en dehors de la montgolfière

Enfermé dans ma montgolfière, je ne sais pas que je suis un mort en sursis, un mort-vivant, parce que la vie est en dehors de la montgolfière. Ma montgolfière, encore appelée la matrice, c’est les ténèbres, le monde, le royaume de l’ego, la mort. Je dois absolument en sortir pour vivre.

Pour donc vivre, je dois mourir à ma montgolfière, faire un saut dans le vide, renoncer à moi-même, lâcher prise, accepter de n’être rien en moi-même. Quelle idée effroyable !

Et pourtant je n’ai pas d’alternative, si je veux me reconnecter à la Vie. Je dois permettre que ma montgolfière se dégonfle au prix des moqueries de mes concurrents d’hier, de la douleur et des blessures consécutives à la chute. L’ego appelle une telle chute, la mort et il se donne pour mission de m’en préserver.

Que penser de mon ego ?

Je me demande vraiment à quel jeu joue l’ego. Est-il pour moi ou contre moi ? Comment se fait-il qu’il me pompe l’air pour me faire croire que ma vie est dans du vent, dans la vanité, dans les airs ? Pourquoi s’entête-t-il à me tenir suspendu dans les airs, loin de la Vie ? Qu’est-ce qui m’impose de lui obéir au prix de mon éternité ?

Gloire soit rendue à Yeshoua Ha Mashiah par le sacrifice de qui je reçois de YHWH dans le Souffle sacré le pouvoir de demeurer dans sa présence consciente pour moi-même percer progressivement ma montgolfière. Il me donne le courage d’accepter de mourir à mon existence dans la vanité pour vivre en lui, par lui et pour lui.

Je préfère de loin cette Vie-là et je suis pressé de la vivre à 100 pour cent, peu importe le prix à payer. Et toi alors, mon ami ?

Guy Olinga

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 25 mai 2016. Filed under Méditation, Vie Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.