Comprendre la différence entre l’obéissance et le sacrifice

1 Samuel 15:22-23 : “Samuel dit: L’Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Éternel? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’Eternel, il te rejette aussi comme roi.”

L’obéissance est l’action par laquelle le disciple reçoit les pleins pouvoirs d’Elohîms, disponibles dans le Mashiah. L’obéissance confère le pouvoir d’anticipation, l’obéissance abrège les souffrances et les douleurs, l’obéissance réduit la durée de l’épreuve. L’obéissance limite l’homme naturel et confère l’énergie à l’homme spirituel. L’obéissance fait souffrir l’homme animal, mais libère l’homme spirituel.

Source et vertus de l’obéissance

Le vrai pouvoir, la force, l’énergie, la puissance nécessaire et disponible dans le Mashiah pour marcher à contre sens du monde se trouve dans l’action de l’obéissance. L’obéissance est cette violence qu’il faut se faire pour pénétrer les richesses inépuisables et éternelles disponibles dans le Mashiah. C’est par l’obéissance que l’accès au Royaume d’Elohîms est possible grâce au Mashiah Modèle inébranlable de l’obéissance parfaite et sans faille au Père Elohîms.

Toutefois, l’obéissance dont il est question ici n’est en aucun cas le fruit d’une quelconque pression exercée par la morale, les lois humaines, ou les principes charnels, mais il s’agit d’un fruit d’une perception claire de l’identité du Mashiah, le Modèle Parfait de l’obéissance et de la totale dépendance à Elohîms. Il s’agit du fruit d’une prise de conscience profonde et réelle qui, sous l’impulsion du souffre sacré, provoque une action directe et concrète qui propulse le sujet vers l’idéal de sa convoitise, vers son devenir, vers son accomplissent qui est le Mashiah.

Il devint donc claire que :

Un rapprochement vers son accomplissent, implique un éloignement de la distraction ;
Un rapprochement vers la vie se traduit par un éloignement de la mort ;
Un rapprochement vers l’homme spirituel, équivaut à un éloignement de l’homme naturel ;
Un rapprochement vers Yeshoua Ha Mashiah, c’est forcément un éloignement du monde, de l’impie.

De la difficulté d’obéir

Mais la grande question, la vraie difficulté qui se pose après avoir réalisé qu’on est éloigné de son l’héritage, n’est pas comment s’en rapprocher! Le problème n’est pas dans la question du comment se rapprocher du but, mais plutôt dans celle du comment s’éloigner de la distraction, du monde, du contreprojet. Au lieu de se poser la question de savoir comment se rapprocher de la vision d’Elohîms, on devrait plutôt se demander comment s’éloigner du monde, de l’impie, car le problème, ce n’est pas Elohîms, mais le problème, c’est l’impie. Elohîms le Créateur n’a pas de soucis à se faire quant à comment se rapprocher de lui. Pour lui, c’est un acquis puisque, par le Mashiah, il a résolu ce problème : c’est lui-même qui vient à nous ! Mais le problème à notre niveau, c’est comment s’éloigner, se séparer du monde, d’où l’insistance, l’injonction d’Elohîms de: ” Quittez, Sortez ! ”

Nous passons plus de temps à chercher comment nous rapprocher du Créateur; au lieu de quitter, de sortir tout simplement du contreprojet, du monde, et c’est justement là que se situe le piège de la religion qui consiste au développement de plusieurs activités qui procure l’idée d’être proche du Créateur mais tout en restant accroché au monde, donc au finish toujours proche de Satan. Si nous tombons facilement dans le piège de la religion, c’est parce que nous cherchons d’abord comment faire, quoi faire pour se sentir proche du Créateur, alors que le Créateur nous demande juste de quitter le monde, l’impie.

C’est ici même le fondement de l’obéissance dont l’objectif ne consiste pas « à faire » ou « ne pas faire »  quelque chose, mais plutôt à quitter, à sortir, à se séparer. Le reste quant au rapprochement Elohîms s’en charge lui-même !

Ne pas confondre obéissance et sacrifice

C’est même là, la grande confusion entre le sacrifice et l’obéissance. Alors que le sacrifice consiste à vouloir absolument faire quelque chose pour plaire, mais sans toutefois au préalable être séparé du mal, l’obéissance par contre consiste à se séparer tout simplement du mal, chose impossibilité à l’homme naturel. D’où la nécessité de la révélation du Mashiah provoquant ainsi la ”naissance d’en haut” qui, d’espérance en espérance, confère l’acquisition visible, concrète de l’identité, la nature, les vertus du Mashiah.

Jordy TousseL’homme naturel par défaut de perception de son identité, réagit exactement comme Jonas qui paye le prix du transport qui a pour seul but que de l’éloigner de la face du Créateur (Jonas1:3). Jonas, par refus de se conformer à la volonté d’Elohîms, par refus d’obéir, est prêt à tout. Il préfère se conformer aux principes humains, aux lois humaines. Il utilise même les ressources à lui gracieusement rendues disponibles par le Créateur pour malheureusement fuir, se séparer, s’éloigner de celui qui lui a portant tout donné ! Quel dommage !

Mais il y a encore une solution pour nous : C’est faire comme Jonas, c’est se repentir, c’est-à-dire « Faire retour, changer de destination, se détourner du contreprojet, Arrêter sa rébellion. »

Jordy Tousse

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 15 novembre 2015. Filed under Méditation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.