Comment le pouvoir de la mort a été brisé pour quiconque le désire !

La mort a un impact dominateur sur la race humaine, et ce depuis des millénaires; et aujourd’hui, rien n’inspire plus de peur au monde que la Mort. Mais qu’est-ce donc ce mystère appelé la Mort? D’ou tire-t-elle son origine? Peut-elle être assujettie? Y a-t-il un espoir pour l’être mortel?

I- Exercice de définition

Alain-Moloto3Dans le langage courant, la mort se définit généralement comme l’état d’une personne qui a définitivement cessé de vivre, la disparition d’une chose ou d’une personne. Les circonstances qui entourent la mort sont fréquemment associées à une souffrance physique ou morale extrêmement vive, au désarroi et au désespoir des proches du défunt; ce qui a pour conséquence principale de conférer à la mort un caractère redoutable.

Sur le plan théologique, la mort se définit comme étant la perte de la substance de vie, la séparation d’avec la dynamique vivifiante. L’évangile de Luc nous offre une illustration intéressante de cette approche dans la parabole du fils prodigue “Car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir” (Luc. 15.24). Parce que le fils prodigue était perdu, loin des siens, il était considéré comme mort et séparé de la destinée établie par son père pour lui.

II- l’origine de la mort

La mort tire son origine de la désobéissance et de la rébellion de l’homme. Quand Dieu créa l’homme (Adam), Il le mit dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder. Dieu lui donna l’autorité sur tout ce qui était dans le jardin (animaux, végétaux, reptiles, oiseaux, arbres fruitiers pour servir de nourriture, etc.). Et Dieu lui montra deux arbres particuliers : d’une part, l’arbre de vie dont les fruits étaient consommés par l’homme pour accroître quotidiennement sa coudée de vie, et d’autre part, l’arbre de la connaissance du bien et du mal que l’homme ne devait pas manger, sous peine de mourir, . Gen. 2:15-17.

L’homme ayant désobéi à cet ordre, mourut. Bien que physiquement vivant, pour Dieu, l’homme était mort dès cet instant. “Car le salaire du péché c’est la mort…” (Rom. 6:23). Car il est impossible à Dieu de mentir, ce qu’IL dit s’accomplit toujours. (Nombres 23:19).

III – Les types de morts

Les trois types de morts recensés dans la Parole de Dieu sont: la mort spirituelle, la mort physique et la mort éternelle. L’homme n’est ni le cousin, ni le descendant du singe, mais il est une œuvre parfaite de Dieu, réalisée d’après le conseil divin, selon qu’il est écrit : “Puis Dieu dit: Faisons l’homme à Notre image, selon Notre ressemblance… Dieu créa l’homme à Son image, IL le créa à l’image de Dieu, IL créa l’homme et la femme.” (Gen. 1:26-27). D’après Esaïe 43:1, Dieu ‘créa’ (Bara en hébreu signifie amener à l’existence ce qui n’existait pas), l’esprit et l’âme de l’homme; (Gen. 5:1-2) et ‘forma’ (Yatsa en hébreu signifie modeler, ou façonner à base d’une substance existante) son corps, (Gen. 2:7).

1. La mort spirituelle

L’homme est un être souffle ayant une âme et vivant dans un corps. Bien que vivant physiquement, Adam était mort dans sa nature spirituelle, ceci est la première mort. C’est la rupture ou la séparation de communion entre Dieu et l’homme; après sa création, le premier homme (Adam), était dans le jardin d’Éden, il communiquait tous les soirs avec Dieu, et était auréolé de Sa gloire. Dès qu’il désobéit à l’ordre de Dieu, et mangea le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, Dieu lui interdit l’accès à l’arbre de vie et l’homme ne pouvait plus consommer de son fruit pour accroître quotidiennement sa coudée de vie (Gen. 3:24 par conséquent il mourut dans sa nature spirituelle et fut ainsi privé de la gloire de Dieu. (Rom. 3:23, Gen. 3:7; 9-13). Suite à cette mort spirituelle, la nature de l’homme changea, elle se pervertit et devint ennemie de Dieu. (Rom. 5:19; 8:7-8).

La mort spirituelle est la condition de l’homme naturel ou non régénéré, vivant encore dans le péché. (Eph. 2:1-2; 1Timothee 5:6) :

– Étranger à la vie de Dieu (Eph. 4:18-19)
– Et dépourvu de l’esprit de CHRIST. (Rom. 8:9)
– Tous les êtres humains nés de femmes, étant descendants d’Adam dans leur état naturel, sont des pécheurs, et naissent morts-vivants (mort d’esprit, vivant de chair). (Rom. 5:12)

2. La mort physique

La mort physique qui cause tant d’effroi aux hommes, n’est qu’une conséquence de la malédiction du péché (Gen. 3:19). C’est la perte du souffle de vie, ou la séparation de l’esprit et de l’âme d’avec le corps (Jacques 2:26). Son caractère universel est la preuve de l’universalité du péché (Rom. 5:12-14). La mort physique ne frappe que le corps, sans mettre fin ni à l’existence de l’âme, ni à celle de la conscience (Apo. 6:9-10; Luc 16:23-24).
Il existe une série de fausses croyances sur la mort physique, sur lesquelles il convient d’apporter un éclairage.

a)- Croire que la mort physique conférerait au défunt des pouvoirs supérieurs à ceux des êtres vivants, au point d’être consulté par ceux-ci (Esaïe 8:19; Deutéronome 18:10-14)
b)- Croire qu’après la mort physique, l’on peut revenir à la vie quelque part, en prenant une forme humaine, animale ou végétale, selon le cycle décisionnel du “Karma”, fondé sur la théorie de la réincarnation. Les saintes écritures sont péremptoires là-dessus en affirmant “qu’il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement.” (Hébreux 9:27).
c)- Croire qu’on peut corriger les erreurs d’un mort par une messe de requiem, ou l’honorer par une festivité funéraire (Psaumes 88:11-13; 1Cor. 10:20).

L’échelle de valeurs de la mort physique

Tous les hommes sont égaux devant la mort; “…Tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.” (Gen. 3:19), ce qui signifie que tous sont mortels.

Mais il est important de relever que la mort de l’homme naturel ou non régénéré est différente de la mort de l’homme converti. L’homme naturel mort, n’attend plus que le jugement à venir après la résurrection des morts: (Hébreux 9:27; Jean 5:29). Pourtant l’homme converti ou régénéré en JESUS-CHRIST qui meurt, n’attend que la vie éternelle après la résurrection, car il est passé de la mort à la vie (Jean 5:24). Il n’y a donc plus de condamnation pour lui (Rom. 8:1). Quand bien même il meurt physiquement comme les autres humains, sa mort a du prix aux yeux de L’Éternel Dieu (Psaume 116:15). La mort physique est pour lui, un repos ou un sommeil. (1Thes. 4:13; Apo. 14:13; Jean 11:11-13). CHRIST étant sa vie, la mort physique est un gain pour lui (Philippiens 1:21).

3. La mort éternelle

C’est l’éternelle séparation de l’homme d’avec son Créateur, Dieu, ou l’éternelle perte et ruine de l’homme non régénéré ou rebelle à l’Évangile de JESUS-CHRIST, à qui est réservé l’étang ardent de feu. Elle est encore définie comme étant la seconde mort (Apo. 21:8). Tous ceux qui croupissent sous le poids de la mort spirituelle, sont d’office qualifiés pour la seconde mort qui sera l’éternelle séparation de l’homme d’avec son Créateur (Apo. 20:12). Pour éviter le jugement dernier des morts, il est préférable et salutaire d’accepter le jugement de la croix qui consiste à se donner à CHRIST pendant qu’il est encore temps. (Gal. 3:13; 2:20).

IV- La défaite de la mort

Ce paragraphe traite des implications de la mort de Jésus-Christ. Durant plusieurs millénaires, (depuis Adam jusqu’à l’ère pré christique) la mort a régné sur tous les hommes (Rom. 5:14). Voyant l’homme impuissant devant ce mystérieux dominateur qu’est la mort, Dieu envoya au temps marqué, Son fils JESUS-CHRIST pour mourir dans la chair, afin de briser le pouvoir de la mort, et délivrer l’homme de cet esclavage naturel. Ainsi par Sa mort, JESUS-CHRIST a assujetti la mort sous ses formes spirituelle et physique afin de rétablir la destinée glorieuse de l’homme en Lui. (Apo. 1:18).

1ère implication: la crucifixion

La crucifixion de JESUS-CHRIST implique le brisement de l’esclavage spirituel de l’homme. Car, dans notre chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort (Rom. 6:6; 7:5). IL s’est incarné dans une chair semblable à celle de l’homme, afin d’anéantir le pouvoir du péché sur la chair de l’homme (Col. 2:13-15). Par Sa crucifixion, Christ a réconcilié l’homme avec Dieu (2 Cor. 5:19).

2ème implication: la résurrection

La résurrection de JESUS-CHRIST implique la victoire totale sur la mort, et le rétablissement du règne de l’homme converti sur la nature (Apo. 1:18). C’est un fait qui, établissant le fondement de l’adhérence chrétienne, anime leur engagement, et assure leur espérance (1Cor.15:14; Col. 3:1-4). Il existe deux types de résurrections

a)- La résurrection spirituelle : Elle régénère l’esprit de l’homme, ou renouvelle la nature divine en lui, c’est aussi la naissance d’en-haut qui affranchit l’homme de la vulgaire vie des ténèbres (mensonge, vol, convoitise, crime, etc.) dans laquelle il était naturellement embrigadé. Elle lui donne de vivre la vie de CHRIST (Eph. 2:1-6). Ce type de résurrection n’est effectif que du vivant de l’homme; après la mort physique, l’on ne peut plus faire cette expérience. (Hébreux 9:27).

b)- La résurrection matérielle ou physique : La résurrection matérielle ou physique, qui est le retour corporel à la vie, se manifestera en deux épisodes présentés et définis dans les saintes écritures en ces termes: première résurrection ou la résurrection des justes, et seconde résurrection ou la résurrection des injustes. (Daniel 12:2; Actes 24:15).

– La première résurrection physique sera celle des justes, personnes régénérées (pas selon leurs œuvres, mais par leur adhérence en JESUS-CHRIST) (Rom. 3:20-26). Elles ressusciteront dans un corps incorruptible pour la vie éternelle, en même temps que les justes encore vivant seront transformés en un clin d’œil dans la même nature. Ce corps ne sera plus soumis par la loi de la pesanteur et sera donc attiré par le Seigneur Jésus-Christ dans les cieux pour régner avec Lui (Apo. 20:4-6; Jean 5:29). C’est ce que la bible appelle l’enlèvement.

– La seconde résurrection physique, sera celle de tous les méchants et de tous les rebelles à l’Évangile de JESUS-CHRIST, pour le jugement dernier (Apo. 20:4-6; 20:11-15; Jean 5:29).
Conclusion :

JESUS-CHRIST est l’espoir de l’homme face à la mort. Quiconque croit en JESUS-CHRIST, ne craint plus la mort; car Jésus-Christ Est les prémices du retour à la vie de tous ceux qui portent un corps de chair; et la souche de garantie vitale de tous ceux qui, espèrent en LUI (1Cor. 15:20-24). La résurrection de JESUS-CHRIST est le fait qui prouve la défaite de la mort. C’est la raison pour laquelle nous pouvons nous écrier “Ô mort ou est ta victoire? Ô mort ou est ton aiguillon?” (1Cor. 15:55).

Dr Jean Paul BEGOUMIE
Yaoundé – Cameroun
Tél: (+237) 6 96 87 59 88 / 6 79 18 83 85 / 6 96 93 80 02

Publié le 01 Novembre 2005 sur EPS-Presse

Print Friendly

Publication lue 231 fois

Posted by on 5 décembre 2014. Filed under Eva Enseignements. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.