Home » Archives by category » SÉCULIER » Politique » Sec Diplomatie
Les secrets de la trahison de la Côte d’Ivoire par le Général Philippe Mangou

Les secrets de la trahison de la Côte d’Ivoire par le Général Philippe Mangou

Aujourd’hui, c’est Philippe Mangou qui va témoigner contre Laurent GBAGBO à la Haye, alors que ce monsieur est innocent. Il faut le dire tout net, c’est vrai que nous avons combattu Laurent GBAGBO, mais nous n’avons pas accepté qu’il soit déporté en prison loin de son pays, n’ayant pas encore digéré cette déportation, voilà que nous apprenons que Philippe va aller témoigner contre lui après l’avoir trahi. Je suis très peiné, je refuse cela, c’est pourquoi j’ai décidé de parler et d’informer l’opinion et ce n’est que début.

Témoignage exclusif d’un des détenus qui ont enterré Thomas Sankara

Cet après midi-là, Thomas Sankara et douze autres personnes avaient été tués et enterrés a la sauvette au cimetière de Dagnoen, dans l’est de Ouagadougou, par une vingtaine de détenus de la prison centrale de la capitale burkinabè.

Continue reading …
Désordres du monde : remettre l’ONU au centre

Il a été affirmé que la fin de la guerre froide et la suprématie incontestée des Etats-Unis avaient globalement pacifié la planète : les violences seraient en recul et l’impression de chaos mondial proviendrait de l’abondance des images et des reportages de guerre. Des recherches récentes (1) remettent en cause cette vision rassurante : si les risques de guerre entre Etats restent faibles (pour l’instant), le nombre des conflits intraétatiques à dimension internationale, comme en Syrie, en Irak, en Ukraine, s’accroît dangereusement.

Que faire devant ces « désordres du monde » ? Aux Etats-Unis et chez leurs alliés, notamment européens, la tentation de l’action unilatérale est forte. Il suffirait, pour remédier aux crises les plus graves, que les pays occidentaux, sous le leadership américain, sanctionnent, bombardent et arment les groupes qui leur sont proches, au nom d’un droit international dont ils seraient à la fois les législateurs, les juges et les exécutants.

Continue reading …
Grâce à la presse occidentale Poutine est devenu un surhomme

Si l’Occident a appris à manipuler l’information, il était prévisible que la Russie apprenne à jouer avec la contre-information. Depuis le début de la crise de l’Ukraine, nous constatons que les médias font du sur-place, alors que chaque coup médiatique fait faire à la Russie un grand bond en avant, à l’intérieur comme à l’international, chacun de ces coups présentant le président russe comme le plus fin des stratèges. Cette vision pourtant flatteuse, est quand même reprise par ces médias pour tenter de diaboliser un peu plus le chef du Kremlin, comme si la machine à propagande avait du mal à réécrire son logiciel dont le noyau se résume à : personnification des problèmes, diabolisation de la personne cible, et matraquage de cette personne à outrance.

Continue reading …
“La supériorité de l’Occident sur le reste du monde est de plus en plus illusoire”

Hubert Védrine : Il faut tout d’abord rappeler que, chaque fois que l’Occident intervient, il ne prétend pas le faire au nom de la défense de ses « prérogatives », mais au nom de la communauté internationale. On entend souvent dire que cette dernière est indignée par le comportement d’un chef d’Etat comme Vladimir Poutine, mais une communauté internationale sans la Russie n’a déjà plus de fait un caractère si international que cela. Cette forme d’abus de langage est typique d’une vision qui oscille sans arrêt entre le fait de traiter avec le monde, autrement dit d’exercer la diplomatie telle qu’elle a toujours été exercée, et la volonté de le changer. L’on parlait aux siècles passés d’une « évangélisation » du globe, et c’est d’une certaine manière l’extension des valeurs des Droits de l’homme qui a repris le flambeau aujourd’hui. Plus précisément, c’est une partie de l’Occident, notamment les Etats-Unis et la France, qui considère actuellement qu’elle a un rôle particulier à jouer dans le concert des nations, (exceptionnalisme, universalisme)

Continue reading …

Pour les uns à l’instar de René Dumont dans son livre paru en 1962, « l’Afrique noire est mal partie. » Les autres tels Moussa Konaté ne peuvent s’empêcher de se demander si L’Afrique noire est maudite (éditions Fayard, 2010, 240 pp). Autant dire que le cas de l’Afrique noire dans le monde intrigue les anthropologues, les sociologues, […]

Continue reading …
Laurent Gbagbo se raconte (son action politique de 2001 à 2010)

Quelques actions phares de Laurent Gbagbo comme Chef de l’État 1. 09 janvier 2001 Gratuité de l’école de base jusqu’au BEPC et Libéralisation de l’uniforme scolaire • Scolarisation et Alphabétisation à 100% 2. 25 juin 2001 Relance de la coopération avec l’Union Européenne • Remboursement des 18 milliards détournés par le gouvernement Bédié 3. 02 […]

Continue reading …
Benoît XVI appelle à la mise en place d’un gouvernement mondial!

Le Pape a déclaré :

L’organisme proposé (gouvernement mondial) ne serait pas une superpuissance, concentrée dans les mains de quelques-uns, qui allait dominer tous les peuples, en exploitant les plus faibles.

Le pape a également décrit sa vision comme une « force morale » ou l’autorité morale qui a le « pouvoir d’influence en accord avec la raison, est une autorité participative, limitée par la loi dans sa juridiction.

Ces dernières remarques faites par le Pape et l’Église catholique ne sont pas surprenantes compte tenu du fait qu’en 2010, l’Église catholique a demandé l’établissement d’une nouvelle Banque centrale mondiale qui serait responsable de la régulation du secteur financier mondial et la masse monétaire internationale.

Il a été rapporté que le Vatican a cherché « une autorité supranationale » qui aurait une portée mondiale et une « compétence universelle » pour guider et contrôler les politiques économiques mondiales et les décisions.

Continue reading …
Poutine: plus jamais les erreurs faites en Libye et en Côte d’ivoire

Les prémices de la Gouvernance Mondiale sont mises en place par l’Organisation des Nations Unies(ONU) qui, pour le moment, se veut être l’organisme de résolution des conflits entre les états dans le monde. Pour diriger le monde, l’ONU s’est dotée d’un Conseil de Sécurité composé de 15 membres dont 5 en réalité disposent du véritable pouvoir décisionnel. Ce sont les fameux membres permanents du Conseil de Sécurité : les USA, la Russie, le Royaume-Uni, la France et la Chine. Outre le fait qu’ils ne fassent pas l’objet d’un renouvellement, les membres permanents ont le droit de veto, un droit qui leur permet de bloquer toute résolution ou décision, quelle que soit l’opinion majoritaire au Conseil. Ainsi pour intervenir en Irak, en Libye, en Côte d’Ivoire, etc. il avait forcément fallu que ces cinq membres permanents soient tous d’accord sur la forme et le but des interventions ; et ils l’étaient!

Continue reading …