Boire ou ne pas boire du vin, c’est la question

La question divise. Pour certains enfants de Dieu, on peut boire de l’alcool; pour d’autres, il faut s’en abstenir. Personnellement je reste convaincu que l’alcool est dangereux et qu’il convient de ne même pas y goûter.

ondogo-daniel

Rév. Pasteur Daniel Ondogo

Je peux paraître légaliste mais je sais une chose: les chrétiens ont un statut particulier qui leur confère de jouer dans ce monde un rôle déterminant. Celui qui en est conscient comprendra certainement la volonté parfaite d’Élohim sur le sujet qui nous préoccupe.

PEUT-ON BOIRE DE L’ALCOOL?

Oui, selon certains frères, les passages bibliques couramment cités pour soutenir cette position sont les suivants:

– Éphésiens 5:18. On comprend ici que l’alcool n’est pas interdit, c’est l’ivresse qui est condamnée;
– 1Timothée 5:23. Paul a conseillé à son fils spirituel de boire un peu de vin
– Jean 2:1-10. A l’occasion des noces de Cana, le Seigneur Jésus a transformé de l’eau en vin. Il ne l’aurait pas fait s’il ne l’approuvait pas.
– Luc 7:33-34: “Jean est venu, il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin et vous dites: il est fou. Le Fils de l’homme est venu, Il mange et Il boit et vous dites: Regardez! Cet homme pense seulement à manger et à boire! Il est l’ami des pécheurs et des employés des impôts!” (Version parole de vie).

Faut-il conclure que Jésus buvait de l’alcool? Nous éclairerons ces différents passages dans la deuxième partie de notre article mais avant, nous t’invitons, toi qui lis ces passages, à répondre sans idées préconçues aux questions suivantes:

Lifoko du Ciel : Je n’ai jamais vu un homme

 

[lien http://www.youtube.com/watch?v=eR4B6-XunO8]

1. Comment parvient-on à l’ivresse? En buvant de l’alcool n’est-ce pas? Dans l’affirmative, ne crois-tu pas qu’en buvant de l’alcool tu prends un risque?
2. Pour une personne qui consomme occasionnellement de l’alcool (et peut-être que c’est ton cas), peut-on garantir le seuil au-delà duquel on sombrerait dans l’ivresse? Un verre, deux verres, trois verres?
3. Te sens-tu suffisamment fort pour arrêter à temps, dans une ambiance de fête par exemple?
Peut-être, avez-vous déjà trouvé des réponses à ces interrogations. Peut-être y réfléchissez-vous encore. Qu’importe! La suite de notre propos vous aidera à vous positionner sur la question de l’alcool, selon Dieu. Je vous rappellerais tout simplement ce qu’Il a fait de nous et ce qu’Il attend de nous.

CE QUE NOUS SOMMES DEVENUS : LE TEMPLE DE DIEU

Paul nous commande: “Ne vous enivrez pas de vin, c’est de la débauche. Soyez au contraire, remplis de l’Esprit” (Éphésiens 5:19). Dans la version Parole de Vie “c’est de la débauche” est traduit par “la boisson pousse les gens à se détruire”. La destruction dont il est question est pluridimensionnelle: elle est financière, physique, morale, spirituelle. (Galates 5:21) Elle agit sur nos enfants et nos conjoints. Aussi Paul a-t-il pris soin de conseiller une conduite circonspecte, non comme des insensés mais comme des sages, précise-t-il (Éphésiens 5:15). Or selon Proverbes (23:31-32), cette sagesse se résume, s’agissant de l’alcool, en ces termes: “Ne regarde pas le vin lorsqu’il paraît d’un beau rouge, qui fait les perles dans la coupe, et qui coule aisément. Il finit par mordre comme un serpent et par piquer comme un basilic”. Ne pas regarder, éviter, fuir: voilà qui est sage.

L’Esprit d’Élohim habite en nous, Il est la source de notre joie, pas le vin. Il nous aide à nous maîtriser quand les passions et les désirs nous pressent. “Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit” (Galates 5:25).

JESUS A-T-IL BU DU VIN?

Le Seigneur notre modèle a reçu du Père l’Esprit sans mesure. Quelle place l’alcool pouvait donc occuper dans sa vie? Les accusations de plusieurs relevées dans Luc 7:33-34 avaient en fait un autre sens. Ils dénigraient tous ceux qui n’appartenaient pas à leur confession. Jean Baptiste, qui vivait en ermite et pratiquait de l’ascétisme, en avait fait les frais. Le Seigneur Jésus ne pouvait pas échapper à leur attitude arrogante à l’égard du commun des mortels (ils ne peuvent par exemple pas partager le repas d’un non pharisien). Or le Seigneur était venu justement pour les pécheurs. Pour les pharisiens, voir Jésus en compagnie des publicains et des gens de mauvaise vie était scandaleux. Tel est le véritable sens de ce passage.

Venons-en aux noces de Cana. Faut-il le rappeler, le vin servi est le produit d’un miracle divin. Il ne peut donc être assimilé à nos vins qui causaient tant de tort. Souvenons-nous de ce nouveau fruit de la vigne dont il est fait mention dans Matthieu 26:29. C’est un avant-goût de ce vin que le Seigneur se propose de boire avec nous au banquet de l’Agneau dans le Royaume de son Père qui a été servi quand Il établissait la Sainte Cène. Nous relevons par ailleurs que ce breuvage n’avait pas eu le temps de passer par le processus de la fermentation.

UNE RACE ELUE, UN SACERDOCE ROYAL, UNE NATION SAINTE

Jonadab s’était consacré à l’Eternel et avait engagé sa descendance sur cette voie. Nous lisons dans Jérémie 35 que le prophète un jour avait présenté du vin aux Récabites, descendants de Jonadab, mais ceux-ci avaient décliné l’offre pour rester fidèles aux prescriptions de leurs ancêtres. Et l’Eternel avait apprécié. Dans l’ancien testament, le sacrificateur servait dans le temple, se positionnant entre Dieu et le peuple. Il lui était interdit de se présenter devant l’Eternel en état d’ébriété: “Tu ne boiras ni du vin ni boisson enivrante…”

Le chrétien remplit une sacrificature plus excellente encore, se tenant en permanence devant Dieu. Nous avons une libre entrée dans le saint sanctuaire (Héb. 4:16). Comment boirons-nous alors? L’Eternel avait parlé d’une loi perpétuelle “afin que vous puissiez distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur” (Lévitique 10:8-10). D’après (1Pièrre 2:9), nous assurons la continuité de la sacrificature en Jésus-Christ.

Dans cette logique, le conseil de Paul à Timothée serviteur de Dieu, à savoir “Fais usage d’un peu de vin” peut être un prétexte pour le chrétien de boire. Paul s’adressait particulièrement à son fils spirituel pour une raison précise: ce dernier souffrait du mal d’estomac et de fréquentes indispositions. C’était une prescription médicale.

NOUS SOMMES UN PEUPLE DE BERGERS

La vie chrétienne nous impose de veiller les uns sur les autres (Hébreux 10:24). Or, certains d’entre-nous sont plus forts que d’autres, ont plus de connaissances que d’autres. Par ailleurs, Christ nous a appelés à la liberté. Cependant, par amour fraternel, afin de ne pas scandaliser un plus faible que moi, je dois m’abstenir de ce que je me sens libre de faire. Paul écrit (1Corinthiens 8:9-13) version parole de vie: “Vous êtes libres de faire ce que vos voulez. Mais attention cette liberté ne doit pas faire tomber les chrétiens fragiles.” Malheureusement, quelques-uns sont passés outre cette mise en garde et sont responsables du naufrage spirituel de certains frères dans ce domaine délicat de l’alcool.

NOUS SOMMES LA LUMIERE DU MONDE, LE SEL DE LA TERRE

Le monde nous observe pour nous prendre à défaut. Mais nous pouvons lui proposer une alternative à la vie qui ne lui apporte que des déceptions. La joie, la consolation et le refuge recherchés dans l’alcool ne sont que leurres. Notre joie et notre paix sont produites par le Saint-Esprit et la vie de Jésus en nous. Pour assumer notre rôle de lumière du monde et de sel de la terre, nous devons nous détacher des pratiques mondaines (1Pierre 2:11-12).

NOUS SOMMES DES ENFANTS DE DIEU

En tant qu’enfants de Dieu, nous sommes des princes et des princesses. Or, Proverbes 31:4-5 livrent le conseil suivant: “Ce n’est point aux rois, Lemuel, Ce n’est point aux rois de boire du vin, Ni aux princes de rechercher des liqueurs fortes, de peur qu’en buvant ils n’oublient la loi, Et ne méconnaissent les droits de tous les malheureux.”

CONCLUSION

“Pour qui les ah? Pour qui les hélas? Pour qui les disputes? Pour qui les plaintes? Pour qui les blessures sans raisons? Pour qui les yeux rouges … Tes yeux se portent sur des étrangères, et ton cœur parlera d’une manière perverse …” (Proverbes 23:29-35). Lot, Noé, Belschatsar et autres burent de l’alcool et beaucoup de désastres s’en suivirent. C’est un constat, la Bible ne dit pas du bien de l’alcool. Le problème, c’est qu’il est facile d’en faire excès. Aussi est-il prudent et raisonnable de s’en éloigner. Ce faisant, nous avons tout à gagner.

Rév Pasteur ONDOGO Daniel
Assemblée d’Élohim Pentecôtiste du Cameroun
BP. 11256 New-Bell Douala
Tel: (+237) 77 87 36 39

 

Print Friendly, PDF & Email
Posted by on 1 décembre 2005. Filed under Eva Enseignements, Non classé. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.